Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Inde : le camarade Azad libre.

23 Mars 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #L'Internationale

Un démenti vient d'être publié. Selon un communiqué émanant du bureau régional du PCI(m) Azad n'a pas été arrêté et se trouve maintenant en sécurité. Voir (en anglais) sur South Asia revolution Update from India: Maoist Leader Azad Not Arrested

Ajay,  Spokesperson,  North Regional Bureau


Photo : Arundathi Roy. Source ; South Asia Révolution  Traduction GQ

http://mikeely.files.wordpress.com/2010/03/arundati-roy-among-the-maoists.jpg?w=350Nous condamnons l’enlèvement et la détention illégale d’Azad, porte parole du PCI (maoiste) par la police d’État de l’Andrah Pradesh.

Nous exigeons que sa sécurité et sa vie soient garanties et qu’il soit immédiatement présenté devant une cour de justice !

Le comité central di PCI maoïste a informé le poète révolutionnaire Varavara Rao du fait que Azad, dirigeant de premier plan, membre du bureau politique et porte parole du parti demeure introuvable depuis le 12 mars 2010. Il y a une grande probabilité qu’Azad est détenu illégalement depuis cette date par la police de l’État d’ Andrah Pradesh. Azad a sans doute été arrêté près de Mumbai le 12 mars, d’après les informations dont dispose le PCI (maoïste).

Compte tenu des méthodes des forces de police d’Andrah Pradesh et des Greyhounds, sa force spéciale anti naxalite, et de son service de renseignement, et de leur passé lourd de violations grossières des droits humains, de leur usage répété du meurtre en détention ou maquillé en mort au combat, nous sommes fondés à considérer que sa vie est en grave danger.

La semaine passée, les medias ont informé que deux dirigeants importants du PCI, Sakhumi Apparao et Kondal Reddy, arrêtés au Maharashtra par la police d’Andrah Pradesh, ont été enlevés, soumis à des tortures sauvages, et assassinés de sang froid. Puis leurs corps ont été transportés dans deux districts différents d’Andrah Pradesh, la police prétendant qu’ils ont été tués au combat. De tels actes de répressions ont été commis de manière régulière par la police de l’Andrah Pradesh au nom de la lutte anti naxalite, et il est possible qu’Azad subisse le même sort.

Nous exigeons qu’Azad soit présenté devant un juge comme c’est la loi, s’il y a contre lui des chefs d’accusation, ou sinon, qu’il soit relâché immédiatement. Le ministre de l’intérieur de l’Union P Chidambaram ne doit pas autoriser la police de l’Andrah Pradesh ou de tout autre état à tuer le porte parole du PCI (maoïste) Azad, et doit le faire présenter à une cour de justice. Nous exigeons que le gouvernement central cesse sa guerre contre le peuple, connue comme « opération Green Hunt, et entreprenne des négociations avec les organisations visées par cette opération.

Arundhati Roy, Writer,  Prashant Bhushan, Advocate, Supreme Court,  G N Saibaba, Delhi University,  Asish Gupta, PUDR,  Varavara Rao, Poet.  Gautham Navlakha, PUDR,  Kumar Sanjay Singh, Delhi University,  Anirban Kar, Delhi University,  Naveen Chander, Delhi University.  Madhuresh Kumar, Delhi Solidarity Group..Poonam, Pragatisheel Mahila Sngathan,  PK Vijayan, Delhi University,  Karen Gabriel, Delhi University,  Rakesh Ranjan, Delhi University

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
<br /> Entretien avec<br /> l’écrivaine activiste indienne Arundhati Roy<br /> <br /> sur le blog de Danielle Bleitrach<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Merci de me considérer comme signataire du texte:<br /> <br /> Michel Peyret<br /> retraité, ancien député<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> Qui est Arundathi Roy? wikipédia :<br /> <br /> <br /> Née à Shillong, dans l'état du Meghalaya d'une mère<br /> kéralaise chrétienne et d'un père bengali hindou, elle passe son enfance à Aymanam dans le Kerala. Elle quitte cet état du sud<br /> de l'Inde pour la capitale Delhi à l'âge de 16 ans, et commence une vie de bohème, habitant une hutte couverte de tôle et gagnant sa<br /> subsistance en vendant des canettes de bière vides. Elle commence ensuite des études d'architecture à la Delhi<br /> School of Architecture.<br /> <br /> <br /> En 1984, Arundhati rencontre son futur époux, Pradip<br /> Krishen, réalisateur de cinéma, qui l'introduit dans le milieu du cinéma. Elle participe bientôt à son travail, jouant ainsi le rôle d'une jeune villageoise dans le film Massey Sahib (1985) et écrivant les scénarios de<br /> In Which Annie Gives it Those Ones (1988) et Electric Moon (1992). Elle écrit Le Dieu des petits<br /> riens, qui lors de sa parution en 1997 devient un best-seller mondial (il obtient le Booker Prize).<br /> <br /> <br /> Pacifisme et engagement social [modifier]<br /> <br /> <br /> Arundhati Roy est aussi célèbre pour son activisme pacifiste. Son premier essai, intitulé The End of Imagination<br /> (La fin de l'imagination), était une réaction aux tests nucléaires indiens de Pokharan au Rajasthan. Suivront The Greater Common Good (Le plus grand bien commun), contre la politique des grands barrages menée par le gouvernement<br /> indien, et The Reincarnation of Rumpelstiltskin (La réincarnation de Rumpelstiltskin), qui analyse la privatisation des canaux de distribution de choses essentielles comme l'eau et<br /> l'électricité.<br /> <br /> <br /> Elle défend l'idée d'après-développement et a participé à sa conceptualisation, ainsi elle a<br /> participé à plusieurs forums sociaux, notamment celui de Mumbai (2004).<br /> <br /> <br /> En mars 2002, elle est condamnée par la Cour Suprême indienne pour avoir dénoncé la décision de justice autorisant la construction<br /> d'un barrage sur la Narmadâ, condamnation symbolique d'un jour de prison et de 2000 roupies (35 € au cours de février 2004). En 2004, Roy reçut le prix Sydney de la Paix pour son engagement dans des campagnes sociales et son appui au<br /> pacifisme. En 2005, elle participa au Tribunal Mondial sur l'Irak.<br /> <br /> <br /> Œuvres [modifier]<br /> <br /> <br /> Fiction<br /> <br /> <br /> Le Dieu des Petits Riens, 1997 (trad. française 2000 ?). ISBN 2-07-074797-2<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Essais<br /> <br /> <br /> Le Coût de la vie, traduit de l'anglais par Claude Demanuelli, 163 p., collection<br /> Arcades, Editions Gallimard, Paris, 1999. ISBN 2-07-075728-5<br /> <br /> <br /> The End of Imagination<br /> <br /> <br /> The Greater Common Good<br /> <br /> <br /> The Reincarnation of Rumpelstiltskin<br /> <br /> <br /> Ben Laden secret de famille de l'Amérique<br /> <br /> <br /> L'Écrivain-militant, intégralité des essais et articles politiques écrits depuis 1998, traduits en français, ISBN 2-07-030281-4<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Articles<br /> <br /> <br /> Assiéger l’Empire<br /> <br /> <br /> Les périls du tout-humanitaire<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre