Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Norvège, Angleterre : deux textes du PRCF

12 Août 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #l'Europe impérialiste et capitaliste

ANGLETERRE : QUI SÈME LE VENT ......


Émeutes en Angleterre.


Nos journaux bourgeois et nos télés propriétés de l’État sarkozien ou des grands groupes capitalistes martelaient il y a peu l’excellence du « modèle » anglais. Là-bas pas de chômage, des opportunités que même des Français couraient saisir, pas de syndicats, deux partis responsables et modernes se succédant l’un à l’autre(Travailliste et Conservateur), la flexibilité reine, le libéralisme thatchéro-blairiste triomphait.


Et Tony Blair qui disait « il n’y a pas de politique de droite ou de gauche, il n’y a qu’une politique qui marche ou pas. » Eh bien cette fameuse politique « qui marche » s’envole dans la fumée des incendies allumés par les émeutes urbaines dans les grandes villes du Royaume où comme disait Shakespeare "quelque chose est pourri".


En fait ce qu’ont voulu cacher nos médias c’est que l’Angleterre est depuis Thatcher et sa politique de régression sociale et de guerre contre le mouvement ouvrier, un pays où la fracture sociale entre les riches de la City et les pauvres des quartiers populaires est abyssale. En 1970 les 1% des Anglais les plus riches concentraient 4,7% des richesses du pays. En 2000 les mêmes 1% possèdent 10% des richesses. La jeunesse est particulièrement frappée par la politique blairiste et des conservateurs : le taux de chômage chez les 16-24 ans est de 20%, dans les quartiers populaires 30% voire 40% . De plus les statistiques considèrent que 30% des jeunes sont « inactifs », absents du marché du travail !...


Le RMI anglais (Job Allowance) s’élève à 51 livres par semaine alors qu’une paire de baskets coûte 80 livres....on s’étonne que les jeunes émeutiers pillent les magasins de vêtements...Depuis deux ans le chômage de longue durée chez les jeunes a augmenté de 5%. La paupérisation des classes populaires est telle qu’est apparue une catégorie appelée « underclass » (sous-classe) constituée des familles qui ne travaillent plus depuis deux générations et ne survivent que des aides sociales de plus en plus étriquées.

Pas de travail, pas d’espoir, violence permanente due aux conditions d’existence d’une fraction importante du prolétariat anglais, d’origine étrangère ou pas, politique anti sociale aggravée depuis l’élection de David Cameron comme Premier Ministre, tout dans ce pays préparait à ces émeutes qui ne sont, comme nos émeutes de 2007 en France, que l’expression désespérée d’une situation désespérante.


Bien entendu la violence destructrice de ces « émotions » populaires, sans organisation, guidées par le seul désespoir ne peut permettre d’ouvrir des perspectives politiques. Au contraire elle radicalise vers l’extrême-droite une fraction même des classes populaires excédées par une violence souvent autodestructrice. Cela dit la réponse elle-même violente et répressive du gouvernement anglais  n’est évidement pas la réponse à ce symptôme de la crise du capitalisme dans le paradis des « traders », des boursicoteurs, de la spéculation, du capital financier.


Seule la renaissance d’un syndicalisme de lutte et d’une organisation politique de la classe ouvrière peut donner une réponse positive, constructive et authentiquement révolutionnaire à la colère populaire.


AM

 

 

 

 

NORVÈGE : LE PRODROME.


Prodrome : Symptômes annonçant une maladie, symptôme, signe avant-coureur,  signal.


De quoi donc l’attentat norvégien est-il le prodrome ?


D’un processus historique inquiétant qui se développe en Europe et aux Etats-Unis, dans les centres mêmes du capitalisme. De quoi s’agit-il ?


Comme l’a dit le PRCF : Contrairement au verbiage présentant le capitalisme comme un système universellement adaptable, ce mode de production depuis longtemps dépassé atteint des limites objectives qu'il ne peut plus désormais repousser sans recourir aux expédients de la guerre impérialiste et de la fascisation, quitte à mettre en péril la survie même de la démocratie, de l'humanité et de la vie sur terre.


Cela implique pour le Capital et ses hommes, contraints par les contradictions insolubles dans le cadre du système, de faire payer la crise au Travail (ouvriers, couches populaires et moyennes). Cette régression  sociale très dure suscite des résistances. Les partis ouvriers révolutionnaires qui ont « tenu » après et contre la dégénérescence gorbatchévienne (KKE, PCP, PC de Cuba...), les syndicats de lutte (groupés au sein de la FSM), les mouvements populaires divers - des luttes arabes contre les dictatures bourgeoises aux « Indignés »d’Espagne ou d’Israël -, un vaste front se constitue contre l’offensive capitaliste.


Cela entraîne ce que nous appelons la fascisation : contre les résistances populaires  les libertés démocratiques, acquises de haute lutte par le mouvement populaire, deviennent des obstacles pour le déploiement de la politique capitaliste. Chaque liberté devient une arme pour ceux qui résistent à la logique du capital et donc un objectif à détruire pour lui.


De même la souveraineté nationale-populaire devient un obstacle aux plans supranationaux du Capital qui attaque et tente de briser un cadre politique où l’expression démocratique peut encore s’exprimer. C’est pourquoi les porte-voix du Capital prônent, par exemple, le fédéralisme européen pour contrer les résistances patriotiques et empêcher leur jonction avec le combat social.

C’est dans ce cadre que la réactivation des groupes néo-fascistes se développe.


Dans toute l’Europe et aux USA des groupes d’extrême-droite se constituent pour à la fois stériliser la protestation populaire avec un discours populiste et d’autre part matraquer le mouvement populaire. Le racisme, l’antisémitisme, l’islamophobie, pourrissent le débat politique, occultent les vrais enjeux, l’ethnicisation et la lutte des races ayant pour but d’obscurcir la conscience claire de la lutte des classes.


C’est de toutes ces choses que l’attentat de Norvège, accompli par un néo-fasciste allumé certes mais cohérent avec son idéologie, est le prodrome.


Un vent mauvais, la fascisation, souffle sur le monde capitaliste en crise. N’oublions pas les leçons de l’histoire. Et souvenons nous que le seul chemin pour barrer la route à ces dérives mortifères du capitalisme est l’union des communistes, le front uni des patriotes, le front populaire pour la République sociale et le socialisme, la perspective du communisme.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 13/08/2011 13:28



Le commentaire précédent tombe dans le panneau du spectacle de l'émeute. La vérité c’est que les émeutes sont du pain béni pour les conservateurs et l’extrême droite. les formidables émeutes
anglaises des années 80 n’ont fait que conforter le thatchérisme, et celle de 2005 en France ont fait élire Sarkozy. Les émeutes ce n'est pas de la poésie c'est de la connerie.



le journal de personne 12/08/2011 18:22



Londres et Cassandre

Qui cherche à mettre la main sur Londres
les délinquants, les immigrés ou les indignés?
Etrange question... que l'on se pose depuis toujours
j'ai en mémoire quelques noirs préceptes de la fraction armée rouge qui a fait trembler les seventies en RFA et que l'on retrouve aujourd'hui à Manchester ou à Liverpool chez tous ceux qui n'ont
pas fini de réécrire cette terrible page de notre histoire.
tantôt rouge... tantôt noire!

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/08/londres-et-cassandre/