Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

NON à la dictature de la Troïka! UNITÉ POUR LE RETRAIT DES PLANS D’AUSTÉRITÉ DICTÉS PAR L’UNION EUROPÉENNE, LE FMI, LA BCE !

7 Décembre 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #l'Europe impérialiste et capitaliste

édité sur le blog du FSC

NON à la dictature de la Troïka!

Le Samedi 26 novembre s’est tenu à la bourse du travail de Paris une conférence nationale des militants syndicaux signataires de l’appel des 160 datant de juillet 2011.

Cet appel était intitulé "NON à la dictature de la « Troïka » (FMI, BCE, Union Européenne) …

Le Front Syndical de Classe avait décidé de signer cet appel en tant qu’organisation au cours de son assemblée générale de septembre dernier, plusieurs militants la signant par ailleurs à titre personnel.

Notre camarade Gilbert Rodriguez délégué par la réunion préparatoire du 92 qui s’est tenu à Nanterre a participé également en tant que membre du FSC à cette conférence nationale.

 

Nombre de militants présents : autour de 400.

57 départements représentés avec  une majorité de représentants de la CGT, mais également de représentants enseignants de la FSU et des représentants de FO, ainsi que 4 représentants du monde paysan.

La volonté de résister à la dictature des déficits a fait l’unanimité des participants avec la volonté de regrouper tous ceux qui partagent cet objectif dans le respect de l’appartenance de chacun.

Le FSC partage totalement cette analyse et cette volonté et continuera  de son côté à poursuivre ses efforts et ses initiatives afin que toutes les forces qui se réclament de la lutte des classes unissent leurs efforts afin que le mouvement syndical dans son ensemble renoue avec les orientations et les luttes qui ont permis les conquêtes ouvrières et celles de l’ensemble des salariées.

TOUS ENSEMBLE en France et en Europe pour mettre un terme aux reculs sociaux et aux politiques d’austérité !

 

Ce qui passe par la réappropriation par les militants des organisations engluées dans la collaboration de classe et le "dialogue social" qui de fait entérine tous les reculs sociaux.

Ce qui passe aussi par la dénonciation des politiques d’accompagnement de la crise du capitalisme portées par les organisations internationales comme la Confédération Syndicale Internationale (CSI) et la Confédération Européenne des Syndicats (CES).

 

ci-après l’appel issu des travaux de cette conférence nationale :

 

 

 

***********************************************

Appel de la conférence du 26 novembre 2011, à Paris

Le 2 juillet 2011, 160 militants ouvriers et élus lançaient un appel auxmilitants du mouvement ouvrier et démocratique, appel repris à ce jour par plus de 2 500 signataires, qui se
concluait par :


« ● Il n’est pas possible d’accepter la politique que veut imposer la « troïka » (FMI, BCE,UE). Pour aider à la résistance et préparer les combats inévitables à venir, les signataires appellent tous les travailleurs et démocrates, et leurs organisations, à se rassembler au-delà de la diversité de leurs engagements.


● Il revient au mouvement ouvrier de refuser le rôle que lui assignent les institutions internationales (FMI, BCE,UE) et les gouvernements.


● Il revient au mouvement ouvrier d’organiser la résistance pour défendre les intérêts des travailleurs mais aussi les conquêtes démocratiques et les acquis de la civilisation.


● Il revient au mouvement ouvrier de s’unir au delà des divergences compréhensibles pour refuser les diktats de l’Union européenne.


Sur ces bases, et face à la soumission des partis politiques liés à l’Union européenne, il revient aux travailleurs et aux militants qui partagent ces objectifs
de se regrouper.


● C’est pourquoi les soussignés proposent d’organiser une conférence nationale de militants afin d’échanger nos points de vue et de discuter des moyens à mettre en oeuvre pour défendre l’indépendance de nos organisations, notamment à l’égard des gouvernements, pour faire échec à tous les plans antisociaux préparés par l’Union européenne.
»
Depuis, la troïka a accéléré la mise en oeuvre d’une politique qui impose à tous les peuples de l’Union européenne des plans d’austérité menaçant de destruction toutes les conquêtes sociales.

En Grèce et en Italie, bafouant les formes les plus élémentaires de la démocratie, la Banque centrale européenne (BCE) désigne ses propres émissaires à la tête des gouvernements pour mieux imposer ses décisions aux peuples qui les refusent et se mobilisent massivement pour les rejeter.

En France, après un premier plan le 24 août, le gouvernement a, le 7 novembre, annoncé un second plan d’austérité encore plus sévère. Plan jugé insuffisant par Bruxelles qui exige des mesures supplémentaires mettant en cause acquis sociaux et garanties collectives (en particulier la Sécurité sociale et les retraites), tandis que le patronat multiplie
les plans de restructuration-démantèlement et de licenciements dans l’industrie.

413militants, réunis en conférence à Paris le 26 novembre 2011, après avoir débattu de la situation, considèrent que, plus que jamais, « il revient au mouvement ouvrier de s’unir au-delà des divergences compréhensibles » pour bloquer cette logique infernale qui voit la « dictature de la dette » menacer toutes les conquêtes, l’indépendance des
organisations ouvrières, et donc ce qui constitue les fondements mêmes de la démocratie.

C’est pourquoi notre conférence s’adresse à tous les militants ouvriers et démocrates, aux paysans : par l’unité, il est possible de mettre en échec cette politique réactionnaire et d’imposer le retrait du plan Fillon-Sarkozy et de toutes les mesures anti-ouvrières prises par le gouvernement sur ordre de l’Union européenne.
Nous appelons les militants, démocrates et travailleurs :

            - à contresigner cet appel et à le diffuser massivement;


            - à se regrouper dans des comités locaux afin de contribuer à organiser la résistance, dans le respect des prérogatives des organisations, pour le retrait de ces mesures et ainsi mettre en échec les plans imposés par l’Union européenne.

UNITÉ POUR LE RETRAIT DES PLANS D’AUSTÉRITÉ
DICTÉS PAR L’UNION EUROPÉENNE, LE FMI, LA BCE !

La conférence du 26 novembre donne mandat aux initiateurs pour, en fonction de l’évolution de la situation politique, convoquer une nouvelle réunion.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article