Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Népal : le PCUN-maoïste entre au gouvernement ;

8 Mars 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #L'Internationale

Suite aux nombreuses discussions et négociations à propos de l'entrée ou non du PC Unifié du Népal - maoïste au sein du gouvernement dirigé par JN Khanal (dirigeant de l'UML élu premier ministre grâce aux maoïstes), le Parti maoïste a finalement décidé de rejoindre le gouvernement.

 

Les dirigeants du Parti maoïste ont décidé de rejoindre le gouvernement après qu'ils aient estimé que JN Khanal avait fourni assez de garanties pour que l'accord en 7 points soit respecté (voir Sur l'élection de Khanal au poste de premier ministre ).

L'issue la plus controversée concernait l'intégration de l'APL et l'allocation du ministère de l'Intérieur. Mais selon Dev Gurung, un accord aurait été signé pour que le Parti maoïste ait le ministère de l'Intérieur à la mi-mars.

Prachanda a donné comme directive aux ministres maoïstes de travailler pour le peuple de manière coordonnée. "Vous devrez vous concentrer sur les tâches ministérielles plutôt que de perdre votre temps à des cérémonies publiques qui donneraient une mauvaise impression au peuple." 

D'un autre côté, les annonces à propos de la préparation de la révolte se sont succédées. Ainsi, Prachanda, après avoir demandé aux étudiants de se tenir près à transformer les lycées et universités en casernes lors de la révolte, a demandé la même chose aux travailleurs, à savoir que chaque usine, fabrique et hôtel soit transformé en caserne. Il a demandé aux travailleurs de faire les derniers préparatifs pour la révolte. 

"On ne nous croit probablement pas quand nous parlons de révolte. Mais ils le sauront une fois que nous aurons produit des résultats. On ne nous avait pas cru quand nous préparions la Guerre Populaire."

Le futur ministre du Tourisme, Bahadur Bishwokarma - représentant les Dalits (ou intouchables), a également affirmé : "Pour nous l'Assemblée Constituante n'est qu'un outil pour parvenir à nos objectifs."

Netra Bikram Chand 'Biplab', responsable de la Young Communist League, a annoncé la formation d'une nouvelle organisation dans le cadre de la préparation de la révolte populaire, les Groupes de Volontaires du Peuple. Le Parti planifie ainsi de recruter 500.000 jeunes qui seront répartis dans des camps de 200 volontaires dont la tâche sera de travailler pour les besoins du peuple. Ils recevront un entraînement de 2 mois. Il y aura les "pleins temps" et les "temps partiels", les premiers travaillant 8 heures par jour pour l'organisation et les seconds en dehors de leur journée de travail normale.

Nous avons également reçu ces photos, illustrant le mouvement des travailleurs demandant à ce que les hausses de salaires concordent au moins avec l'inflation.

  b-3

 

b-5.jpg

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

gilles questiaux 08/03/2011 13:26



Népal: Les communistes unis au gouvernement  


Dimanche 6 Mars 2011




Le Parti Communiste Unifié du Népal (Maoïste) c'est joint au nouveau gouvernement, nommant quatre ministres au terme d'une querelle de quatre mois avec le nouveau premier ministre










L'arrivée du Parti Communiste Unifié du Népal (maoïstes) devrait soulager le premier ministre Jhalnath Khanal (PCN-UML), élu le mois dernier grâce à l'appui des maoïstes. M. Khanal dirige
le Parti Communiste du Népal Union Marxiste Léniniste), mais puisqu'il ne détient pas de majorité au parlement, il a besoin de l'appui des maoïstes pour continuer à gouverner.

Les ministres maoïstes ont prêté serment au bureau présidentiel, vendredi. Les maoïstes devraient nommer un total de onze ministres, mais n'en ont nommé que quatre vendredi. Un
porte-parole maoïste a indiqué que les sept autres seront identifiés prochainement.

Les deux partis se querellaient quant à la distribution des ministères. Les maoïstes avaient ainsi réclamé le puissant ministère de l'Intérieur, ce que M. Khanal avait refusé, estimant
qu'on ne pouvait leur confier le contrôle de la police et de l'administration locale.