Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Michel Kilo cherche le chemin de Damas dans les fourgons saoudiens

26 Juin 2014 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Impérialisme

Et il n'est pas près d'y arrriver. Signalé par l'auteur, JW.

 

Un article de René Naba, dont je vous recommande la lecture, sur une figure de "l'opposition syrienne compradore" très en vue ces derniers temps dans les médias français. La dérive atlanto-wahhabite d'une figure historique de la gauche syrienne mise en lumière, dont les motivations restent obscures. Opportunisme et attrait des pétrodollars, aveuglement sénile et fuite en avant irrationnelle, ou bien amitiés douteuses l'ayant conduit du clan Tlass à la famille Saoud dans l'engrenage du reniement pas à pas de ses années d'intégrité ? Toujours est-il que Michel Kilo finit son parcours politique dans les habits d'un pro-saoudien jouant le rôle de "caution laïque" d'une coalition d'opposition à majorité islamiste...

http://www.renenaba.com/l-honneur-perdu-de-michel-kilo-phare-eteint-de-la-revolution-syrienne/

De mon côté, je vais faire un commentaire de l'une de ses dernières interviews dans un journal français, celle parue dans "Marianne", un journal auquel on a connu plus d'esprit critique, d'à propos et de sens de la contradiction : http://www.marianne.net/Michel-Kilo-l-ultime-combat-des-laiques-syriens_a238483.html.

Car, à titre préalable, contrairement à ce qu'affirme "Marianne", il est loin d'être le "leader de l'opposition laïque". D'abord car il est récusé de longue date par les principales organisations de ladite opposition laïque. A commencer le CCND, probablement le regroupement d'opposition laïque le plus important, qui rejette dès le départ la fuite en avant dans la militarisation via l'ASL d'une fraction du mouvement de contestation qui s'était initialement développé en Syrie, alors que Michel Kilo s'y est rallié (sur le tard d'ailleurs), et critique avec force la coalition d'opposition à laquelle Michel Kilo appartient, qu'elle accuse (à juste titre à mon avis) d'être le relai des intérêts d'un conglomérat de pays étrangers. Personnage contesté dans le camp dont il se réclame donc, et jusque dans le parti qu'il a lui-même fondé, "l'Union des démocrates syriens", au seins duquel ses prises de positions controversées et ses pratiques autoritaires ont créé une violente crises interne avec le bureau exécutif du parti quatre semaines seulement après cette interview. Passons...

Sur les propos de Michel Kilo maintenant :

- Selon lui : "Il y a trois forces contre Bachar en Syrie : les laïques, les Frères musulmans, les intégristes. Nous nous battons autant contre l’intégrisme que contre le despotisme." On notera la distinction qu'il fait entre les "Frères musulmans" et "les intégristes". Et qu'on peut déduire, par son omission volontaire sur le sujet, qu'il ne se bat pas contre les "Frères musulmans". Et pour cause, il fait banc commun avec eux au sein de la même coalition d'opposition... Or, n'en déplaise à Michel Kilo, les "Frères musulmans" font indubitablement partie de la catégorie des "intégristes" musulmans qu'il affirme combattre. Double discours donc, et connivences troubles dans les faits avec une partie conséquente des intégristes.

- Selon lui : "Nous nous battons autant contre l’intégrisme que contre le despotisme. Mais les deux sont en fait des alliés." Une thèse relayée par la Quai d'Orsay de manière tapageuse ces derniers temps. Mais qui ne résiste pas à l'examen des faits. Outre le fait que l'ASL et la coalition dont il fait partie sont elles-mêmes dominées par une force politique "intégriste" dans le discours comme en actes, les "Frères musulmans", les arguments invoqués pour "prouver" cette alliance tiennent du sophisme surréaliste, voire du "complotisme" délirant. A l'appui de sa thèse, il affirme : "Il y a d’anciens officiers de l’armée régulière au sein de l’EIIL. Leur mission est de détruire l’Armée syrienne libre.". Il y a aussi d'anciens officiers de l'armée régulière au sein de l'ASL et de ses soutiens, à commencer par... Rifaat al-Assad, le propre oncle de Bachar al-Assad (et corrompu notoire...) ! Mais aussi les Tlass, père et fils, anciens intimes de la famille Assad mais aussi et surtout amis et "protecteurs" (mécènes ?) de... Michel Kilo ! Ou encore Adnan Arour, dit "le boucher", un prédicateur appelant à l'extermination des "mécréants" très prisé par certains secteur de l'ASL : un ancien officier syrien emprisonné et dégradé pour... viol ! Doit-on pour autant en déduire que la coalition d'opposition dont fait partie Michel Kilo et l'ASL seraient "une émanation du régime de Bachar al-Assad" ou que ces gens seraient des comploteurs (y compris Michel Kilo...) manœuvrant pour "détruire l’Armée syrienne libre" l'intérieur ?

- Selon lui : "La plupart des islamistes violents ont été relâchés six mois après le déclenchement de la révolution de leur prison de Sednaya." C'est l'argument le plus sérieux à l'appui de sa thèse, incontestablement car il est factuellement vrai. Toutefois, il est vicié par une omission de taille : la libération de TOUS les opposants politiques était réclamée à cor et à cris par les "contestataires" à l'époque, à commencer par... Michel Kilo ! En libérant une bonne part des opposants, y compris des islamiste donc, Bachar al-Assad ne faisait rien d'autre qu'un geste politique de conciliation en direction du mouvement de contestation pour tenter de négocier un règlement politique par le haut de la crise politique. On notera qu'une partie des noms et groupes armés qu'il cite sont dans le giron... des "Frères musulmans". Donc des alliés... de Michel Kilo ! Entre mensonge par omission, argumentaire schizophrène et incapacité à la moindre autocritique concernant sa propre coresponsabilité dans l'ascension de la mouvance intégriste, Michel Kilo révèle ici surtout sa totale irresponsabilité, voire la duplicité cynique du "pervers narcissique".

- Selon lui : "Au sein de l’autre organisation intégriste, le Front Al Nosra, un courant important est proche du régime. Sinon pourquoi Al Nosra aurait-il enlevé l’opposante Razan Zeitouneh ? [..] C’est parce qu’elle en savait trop sur le régime que Nosra l’a enlevée." Là, les règlements de compte entre "opposants syriens" (ou non-syriens d'ailleurs...) ne s'expliqueraient-ils pas beaucoup plus prosaïquement et rationnellement par une volonté d'asseoir son leadership ou son hégémonie en muselant ou éliminant la concurrence. Un schéma comportemental malheureusement classique, d'une rationalité qui se suffit à elle-même comme explication. Là encore on est en plein délire de persécution de type paranoïaque...

- Selon lui : "L’ASL compte entre 150 000 et 200 000 combattants. Les extrémistes sont au nombre de 20 000." Aurait-il confondu avec les effectifs de l'armée syrienne (loyaliste), disposant, elle, bel et bien de 200 000 soldats (sans compter les réservistes et les "groupes d'auto-défense" loyalistes) ? Là autant dire qu'on a affaire à un mythomane... Si l'ASL avait vraiment disposé de 150 000 à 200 000 combattants, elle ne se ferait pas tailler des croupière et marginaliser sur le terrain des opérations militaires par 20 000 dissidents intégristes (chiffre probablement très sous-estimé évidement), en majorité des étrangers qui plus est, voyant sa zone de contrôle se réduire en peau de chagrin. Et à prendre ses désirs pour des réalités, Michel Kilo aurait déjà du être rentré à Damas depuis bien longtemps, juché sur un char de l'ASL, ovationné par la foule en qualité de Ministre, Premier Ministre, ou, qui sait, Président de la République... Mais il n'en est rien. Et pour cause, la réalité du rapport de forces sur le terrain est toute autre que celle présentée par Michel Kilo. Et c'est bien pour cela que la scène décrite est plus qu'improbable aujourd'hui comme dans l'avenir.

- Selon lui : "Depuis un mois, le régime a essuyé plusieurs défaites et il va être contraint de négocier. L’EIIL a perdu beaucoup de villes et de villages." Et là, autant conclure par un fou rire incontrôlable et se laisser aller à cet accès d'hilarité incontrôlé : oui, cet homme ne peut être qu'un mythomane. La seule question en suspens est de savoir s'il croit lui-même à ses propres mensonges ou s'il s'agit d'un escroc...

 

Paris – Par touches successives, la descente aux abîmes de l’humiliation et...
renenaba.com

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article