Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Mélenchon, nul contre le FN

2 Mars 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Élections

Cette réaction au débat Mélenchon Le Pen a été lue sur lepcf.f. Pour être juste, c'est aussi le "programme partagé" qui est esquissé là qui est nul pour convaincre les classes populaires.


Le débat sur BFM-TV entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen venait à point pour épancher la soif de politique des Français, qui en ont assez des opérations de communication politique ou des supputations médiatiques sur le retour de DSK.

Oui au débat démocratique, donc ! Encore faudrait-il ne pas prendre de gamelle à l’occasion...

Or, en l’occurrence, nous avons assisté à un véritable jeu de massacre qui m’a réellement peiné en tant que militant communiste, spectateur impuissant devant mon écran.

À part sur les sujets d’immigration et de religion, Jean-Luc Mélenchon a encaissé les coups sans en donner beaucoup sur l’Europe ou l’économie.

Et Marine Le Pen n’a pas eu besoin de forcer son talent, elle s’est, la plupart du temps, contentée de rappeler des vérités et de mettre le « leader du Front de gauche » (expression de la chaîne, mais peut-on la blâmer ?) devant ses innombrables contradictions.

M LP : « Vous avez fait une erreur avec Maastricht, est-ce qu’aujourd’hui encore vous n’êtes pas en train de vous tromper ? ». Pas de réponse.

M LP : « Vous êtes pour le maintien de l’euro alors qu’il ruine le pouvoir d’achat des Français ! ». Pas de réponse non plus du « bruit et la fureur », tout juste un SMIC européen, dont on voit mal le rapport avec la monnaie unique.

M LP : « Êtes-vous pour un impôt européen ? J-L M : je ne réponds qu’aux questions qui m’intéressent ». Aïe aïe aïe… A-t-il à ce point honte du programme du PGE ?

Et ça continue.

M LP : « Vous voulez rester dans l’Union européenne, vous nous expliquez que vous allez transformer un lance-flamme en extincteur ». Aucune réponse de Mélenchon, tout juste un : « moi je suis à la tête d’un grand pays ! » (oups !).

Mélenchon essaie tant bien que mal de démontrer qu’il n’est pas libéral. Pas de chance, Marine Le Pen rappelle l’accord, proposé par lui en 2009, d’un rassemblement au deuxième tour des régionales à Daniel Cohn-Bendit. Aveu de l’intéressé, complètement hilare : « vos fiches, elles sont pas mal ! ».

À ce moment là, j’ai beaucoup moins ris devant ma télé. Mais le pire était devant moi. C’est sur le bilan de la gauche que Mélenchon a été le plus gêné aux entournures.

« M. le Ministre (Mélenchon a été ministre, pour ceux qui l’avaient oublié), je ne vous ai pas entendu contre l’ouverture du capital de Thomson Multimédia à l’époque ?

Si j’ai protesté !

En restant ministre ?

C’est normal, j’étais socialiste, j’étais content ! (je ne suis pas certain d’avoir bien entendu sur ce dernier point)

Mélenchon est dans les cordes, KO debout. Marine Le Pen s’amuse avec lui, poussant son avantage avec la liste des privatisations. Puis elle porte l’estocade, rappelant le sommet européen de Barcelone qui a préconisé l’allongement de 5 ans de la durée de travail.

Silence dans les rangs ! Méluche le truculent n’en mène pas large. Il tente bien de défendre le bilan de la gauche, les 35 heures, APA, CMU, la retraite à 60 ans, la 5ème semaine de congés payés, la dépénalisation du délit d’homosexualité, la fin de la peine de mort. Un bilan qui a amené un deuxième tour Le Pen - Chirac en 2002... Marine Le Pen boit du petit lait et affiche un large sourire !

Einstein est appelé en renfort pour achever la bête : « On ne peut pas régler les problèmes avec ceux qui les ont créés ». Qui peut dire le contraire ?

Dernier points, et non des moindres ! Marine Le Pen, qui ne manque pas de culot, propose la nationalisation des banques pour les sanctionner, si besoin, ainsi que le rétablissement de l’échelle mobile des salaires.

La réponse tient en « un pôle public pour appuyer la planification écologique ». On n’apprendra rien aujourd’hui (ni jamais je pense) sur ce « pôle public » : une notion passée au-dessus de la tête de tous !

Sur l’échelle mobile des salaires, rien, pas de réponse de Mélenchon. Normal : c’est sous Mitterrand, en 1983, qu’avait été décidée la rigueur salariale et la désindexation des salaires sur l’inflation. Le but, à l’époque ? Faire l’euro et l’Europe.

Tirer le rideau.

Gautier WEINMANN, PCF Leforest

voir la vidéo (1/2) :

 

et 2/2 :

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

gilles G 16/03/2011 21:17



soyons beau joueur


la méluche ne s'en sort pas si mal surtout avec le programme de M... qu'il est chargé de défendre. ben oui suffit pas d'être tres fort pour démonter le discourt de son adversaire encore faut t'il
avoir quelque chose de valable a proposer.


le smic européen hahaha la bonne blague autant monter a l'assault avec les deux pied dans le ciment et une cible sur le coeur.


surtout en ayant nous même patiamment démontré pendant la campagne du non a des centaines de milliers de citoyens que le fonctionnement même des institutions européenne ne permet pas de tirer
socialement vers le haut.


le problème de ceux qui croient a l'europe sociale c'est qu'il refuse de se donner les moyen de la construre ctd faire table rasse de l'ue actuelle.


domage on tenais le bon bout en s'opposant au TCE la preuve c'est sur nos arguments que nous avons fait basculer le vote. mais apres on a laissé tombé les gens face a la sourdité du pouvoir en
place et plutôt que les appeler a descendre dans la rue des le lendemain du vote on est allez s'enfermer dans des collectifs pour désigner un candidat au présidentiels.


maintenant les charognards viennent bouffer dans notre assiette en se foutant de notre geule.


qu'est ce q'on attend pour leur foutre une bonne gauche... une vraie.



Eric RUIZ 09/03/2011 11:05



C'est qui Guérin ?... Daniel Guérin, le "fondateur" du communisme libertaire en France ? Il est mort depuis des décennies !...


Plus sérieusement, le côté agressif de Mélanchon commence à lasser, y compris chez des électeurs communistes qui défendaient sa candidature il y a quelques mois. Je l'ai constaté personnellement
dans l'Eure.


Ce n'est pas pour rien si sa candidature ne progresse pas dans les sondages (même s'il faut se méfier de ceux-ci !) malgré sa forte présence dans les médias.


D'autre part, la question n'est pas de savoir si Mélanchon est ou non en mauvais candidat mais de savoir si le PCF doit arrêter sa stratégie mortifère d'effacement derrière le Front de Gauche (on
ne cite même plus le PCF dans les médias !), non pas pour la survie de l'organisation, mais pour l'existence même d'une proposition communiste en France !


L'effacement du PCE derrière Izquierda Unida a été un feu de paille. Aujourd'hui, en Espagne, IU ne représente plus grand chose (malgré la crise capitaliste) et le PCE survit grâce aux militants
les plus résolus qui veulent sortir de cette impasse.


En Italie, on voit à quoi à mener la conversion des ex-PCI à la social-démocratie. Là aussi les communistes restants ont du mal à sortir du marasme et à se réorganiser alors que les néo-fascistes
reviennent en force.


La disparition dans les faits d'un PCF révolutionnaire dans notre pays ouvre la voie à la pseudo-radicalité anti-système de l'extrême-droite. Les postures morales ne peuvent rien contre un FN
qui, comme la galle, se propage là où il y a de la misère, intellectuelle ou économique.


Le capitalisme est en train de tuer la planète et d'enfoncer nos peuples dans la misère, dans une régression sociale historique. Ce n'est pas d'un tribun dont nous avons besoin mais d'un parti
révolutionnaire qui démonte les mécanismes du capitalisme et montre les véritables responsabilités dans ce système plutôt que les boucs-émissaires que nous mettent en avant l'UMP et le FN.


C'est donc d'un PCF régénéré qu'il est question et, dans ce système médiatique centré sur les préidentielles, l'apparition d'un discours sincèrement radical ET pragmatique de rupture avec le
système capitaliste est plus important que le choix d'une personnalité forte en gueule mais ne représentant qu'elle-même.



rhodine 08/03/2011 14:30



Nul cet article.


A quand une confrontation entre Guérin et Lepen ? Pour qu'on constate que celui-ci n'arrive pas à la ceinture de Meluche...



GQ 05/03/2011 18:48



le sondage qui place MLPen en tête est un avertissement contre les combines de sommet qui veulent nous imposer Mélenchon comme candidat, mais aussi contre une campagne "communiste" avec un
programme eurocompatible.



el diablo 04/03/2011 22:15



Le discours pseudo radical de Mélenchon a pu un moment faire illusion (moi-même je reconnais ne pas y avoir été insensible) mais il butte sur la question de l'U.E. et devient simplement
illusoire.


L'immense colère populaire reste politiquement orpheline. Il faut espérer qu'elle ne soit pas charmée par la "mère fouetarde" du FN.


Là est l'énorme responsabilité des communistes qui, si l'on ne considère que la direction du PCF et ses militants fidèles, ne paraît pas en phase avec la classe ouvrière (y compris ses membres
privés de travail)de notre pays.


Le seul salut des communistes c'est un changement radical de cap par rapport à l'U.E. sinon nous risquons de jeter une bonne partie de notre
électorat potentiel dans les bras de ses pires ennemis.


Mais çà fait si longtemps que j'ai le sentiment de  prêcher dans le désert...