Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Ma position personnelle sur la libye par Danielle Bleitrach

18 Mars 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Impérialisme

 sur changemennt de société

D’abord partons des acteurs régionaux tels qu’ils se sont exprimés, par acteur régionaux, j’entends les pays qui n’appartiennent pas au seul monde que reflètent nos médias, les pays occidentaux qui trustent 90% des nouvelles de la planète et qui ignorent la plupart du temps ce dont ils parlent. Essayons de voir ce que disent réellement non pas les pays arabes, les peuples arabes, mais les dirigeants arabes(1).  Ensuite de nouveaux « acteurs » que l’on refuse souvent d’écouter comme le Brésil et d’autres pays comme l’Inde ou l’Afrique du Sud, et je dois dire mon accord personnel avec ces derniers. Ma position est inspiré par deux options essentielles, premièrement me prononcer contre toute ingérence et pour le respect des souverainetés, la seconde est basée sur la recherche d’un nouvel ordre international qui tiendrait compte de la transformation nécessaire de ce monde, le refus de tous les néo colonialismes.

 

Les pays arabes sont dans une situation instable que reflète la position récente de la ligue arabe;

 

A ma connaissance c’est la première fois que la Ligue arabe prend des mesures contre un de ses dirigeants à partir d’une affaire intérieure, premièrement en déclarant que kadhafi avait perdu sa légitimité et suspendu sa participation à la dite ligue en prenant contact avec « l’opposition ». En fait cette position qui était celle d’Alain Juppé a été largement impulsée par l’Egypte puisque celui qui veut prendre la suite de Moubarak est actuellement le président de la Ligue arabe et il a besoin de l’occident. C’est la stratégie des Etats-Unis et de la France de Juppé qui se réalisait avec le 12 mars la réunion des  ministres des affaires étrangères de la Ligue arabe au Caire le 12 marsqui a demandé aux Nations unies d’imposer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de ce pays (« Arab states seek Libya no-fly zone », AlJazeera English, 12 mars).

Notons trois faits importants,

1) au même moment l’armée saoudienne envahit Barhein. C’est donc le feu vert qui est donné aux dirigeants arabes de faire régner l’ordre à leur manière et en accord avec les occidentaux. le moins que l’on puisse dire c’est que cela n’a donc rien à voir au contraire à un soutien aux mouvements de rébelions de la rue arabe.

2) Le brouillon Sarkozy et son alterego BHL veulent aller plus loin

3)Non seulement la position de la ligue arabe a été prise « à l’arraché » mais l’Algérie et la Syrie ont manifesté leurs réserves quant à la zone d’exclusion aérienne. le plus important néanmoins est que la Ligue arabe s’est opposée fermment à toute intervention militaire en libye comme l’avait fait la Turquie et des voix de plus en plus nombreuses dans le sud. Et la position de sarkozy-BHL est en violation de ce souhait.

de nouveaux acteurs dont il faut tenir compte: un nouvel ordre international

Là-dessus je me contenterai de reprendre un extrait d’une analyse dAlain Gresh sur le  sommet de l’IBAS (Inde, Brésil, Afrique du Sud) s’est tenu le 8 mars à New Delhi.

«  Cette organisation, dont les activités sont peu couvertes par les médias occidentaux, symbolise pourtant la naissance de nouveaux acteurs sur la scène internationale (dans le cadre de sa série sur « les alliances insolites », Le Monde diplomatique de mars y consacre une double page). Déjà, on s’en souvient, le Brésil et la Turquie avaient tenté, sans succès, de contribuer à résoudre le dossier du nucléaire iranien (lire « Iran, vers une “communauté internationale” post-occidentale ? »).

Cette fois-ci, les trois puissances émergentes se sont penchées sur le Proche-Orient et la crise libyenne. Elles ont affirmé que toute mesure supplémentaire par rapport à la résolution 1970 du Conseil de sécurité (qui avait décidé de sanctions contre le régime de Kadhafi) ne pouvait être décidée que dans le cadre de la charte des Nations unies (lire Ranjit Devraj, « IBSA Together in Resisting No-fly Zone », IPS, 9 mars).

Le ministre brésilien des affaires étrangères a expliqué que la déclaration reflétait ce que pensait le monde non occidental : « Il est problématique d’intervenir militairement dans des troubles internes. Toute décision d’intervention militaire doit être considérée dans le cadre des Nations unies et en coopération étroite avec l’Union africaine et la Ligue arabe. » Une zone d’exclusion aérienne risque, a-t-il ajouté, de nourrir des sentiments anti-américains et anti-occidentaux qui ne sont pas présents pour l’instant (lire M K Bhadrakumar, « Arab revolt reworks the world order », Asia Times, 10 mars).

D’autre part, les trois pays ont souligné que la question palestinienne était au cœur des problèmes du Proche-Orient et qu’il fallait aller vers la création d’un Etat palestinien « souverain, indépendant, uni et viable, coexistant pacifiquement avec Israël, avec des frontières sûres sur les lignes de juin 1967 et avec Jérusalem-Est comme capitale ».

Je vous ai déjà exprimé les deux vecteurs de ma position personnelles, respect des souverainetés, refus de l’ingérence et à se titre je considère que la poisition de la Ligue arabe n’est pas bonne et n’ouvre qu’une perspective conservatrice avec maintien des autocrates soutenus pas l’occident.En revanche, je crois que le surgissement de nouveaux acteurs nouant des relations complémentaires sud-sud cherchant paix et complémentarité sont excellentes.

Donc ma position est en gros celle du bresil, de l’Inde et de l’Afrique du sud, du moins sur cette question, en insistant bien sur la nécessisté de régler la situation palestinienne.

Danielle Bleitrach

(1) Ainsi visiblement ça grenouille sec entre ceux qui cherchent en Egypte à prendre le pouvoir avec l’aide de l’armée, et les Occidentaux mais le peuple egyptien c’est autre chose. Voir là-dessus les articles dans le Monde Diplomatique de ce mois çi où il est reconnu que c’est le monde ouvrier qui depuis au moins deux ans ne cesse de protester qui a fait la révolution tandis que la bourgeoisie des frères musulmans tentent le partage du gâteau.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article