Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Lettre ouverte à tous les Camarades du PCF, de la gauche et à tous ceux qui en ont marre de la division

23 Décembre 2009 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Correspondance au PCF

Laurent Dycha, militant PCF du Gers, nous a envoyé ce texte

De l'analyse de ce qui est train de se passer pour les régionales, il est temps que tout le monde comprenne que nous sommes dans le même bateau que j'appellerai « la France », notre nation. Facile de dénoncer sans proposer mieux, facile de condamner sans chercher les raisons qui motivent, difficile de continuer sur cette voie qui nous mène tous dans le mur, nous la gauche et le pays avec !

On nous a demandé de voter pour choisir la stratégie à adopter pour les régionales, à savoir si nous devions partir seul en tant que PCF, ou avec un Front de Gauche élargi avec le PS, ou un Front de Gauche élargi sans le PS (choix de la direction du CN du parti). S'il y a justement une stratégie que je ne comprends pas, c'est celle ne pas nous avoir proposer justement les trois stratégies qui iraient de paire avec ces trois choix, c'est à dire le « programme » qui accompagneraient ces trois choix.

Sans avoir réellement essayé de trouver le « projet fédérateur » qui pourrait nous faire gagner, qui pourrait nous réconcilier, on nous demande de voter. Sans savoir ce que chaque personne qui pourrait constituer la liste des régionales peut apporter dans « sa compétence », on nous demande de faire un choix et ce choix à donc était fait dans la plus totale obscurité.

Pour les élections européennes, nous avions une donnée important en main : « le programme » ! Le front de gauche était pour l'abolition de cette Europe du malheur et contre le traité de Lisbonne afin de construire une « autre Europe », alors que le PS était pour faire avec le traité de Lisbonne tant bien que mal. Malgré ce point commun d'une « autre Europe », cette divergence de taille (le traité de Lisbonne), nous a permis de prendre cette décision de partir sans le PS. Du coup, ceux qui voient clairement la stupidité de cette stratégie suicidaire pour les régionales, décident de partir sur des listes du PS et nous en sommes là. Même des Camarades dont on ne peut remettre en cause la volonté de rupture avec le capitalisme vont sur des listes opposées à celle du front de gauche. Le constat de cette stratégie de l'union est qu'elle nous divise encore plus !

Doit on continuer à aller dans le mur, ou peut on encore se donner le droit de changer de cap ? Le vote de cette « stratégie sans stratégie réelle commune » proposée aux camarades nous donne t-il le droit de persister dans l'erreur, ou sommes-nous capable de réfléchir enfin à « une vraie stratégie à proposer » et à voter à nouveau pour la faire valider ou invalider (au moins nous aurons essayé) en donnant des explications claires ?

A tous les camarades qui pensent qu'utiliser les lois existantes pour mettre en place le socialisme c'est refaire le 34ème congrès, je voudrais qu'ils aient la gentillesse de relire ce que justement nous y avions décidé et écrit pendant ces trois jours, car moi, le 34èm congrès j'y étais. A tous les Camarades qui me voient comme « un petit jeune » de 41 ans, je voudrais leur dire que je n'attendrai pas d'avoir 65 ans pour faire la révolution et que s'ils ne veulent pas la faire, qu'ils n'agissent pas comme les pierres qui empêchent l'herbe de pousser. Qu'ils soient plutôt ceux qui y apportent l'engrais avec leur sagesse car cette révolution, elle doit être faite par tous et pour tous sans exception.

Je pars toujours des constats pour avancer, je cherche toujours dans le passé la cause du présent pour inventer l'avenir, et je crois que la force d'un homme est dans son acceptation de ce qu'il est. Nous sommes des gauchistes nous dit-on comme si cela était une insulte, pourtant c'est une réalité et nous devons l'accepter. Un vrai « gauchiste » c'est quelqu'un qui a conscience que nous devenons « gauche » justement lorsque nous essayons d'aller au delà de nos compétences. C'est ainsi que nous oeuvrons d'ailleurs dans notre travail. Il semblerait qu'il ne viendrait pas l'idée à un maçon responsable de vouloir installer la chaudière lui-même et prendre ainsi le risque de faire sauter son ouvrage. En vrai gauchiste, il préférera demander au chauffagiste. Le constat est que le bombardement idéologique comme quoi être gauchiste (c'est à dire de gauche) c'est être nul, fait que nous avons oublié d'accepter ce que nous sommes et nous amène à nous fourvo yer. N'essayons pas d'être des dextriers (de dextre, droite) solitaires qui, n'écoutant que leur courage et surtout pas leur femme, finissent dans le mur avec tout le pays ! Toute la région, devrais-je dire, puisqu'il s'agit des régionales. Soyons plutôt ce que nous sommes, de gauche et donc gauchistes, afin de nous partager les missions à remplir dans notre région en fonction de ce que nous sommes, de qui nous sommes et de nos compétences.

Je vous dis, mes Camarades que nous sommes le PCF, nous sommes entre les socialistes et les anti-capitalistes, il est donc normal d'avoir dans notre parti des personnes qui sont pour l'aménagement capitaliste et résistants comme au PS et d'autres qui sont pour la rupture comme au NPA. Je suis pour la rupture. Je vous dis, Camarades du PCF et du PS, que certains d'entre vous sont forts pour limiter la casse, résistants et que ce point commun nous a permis, en tout cas dans notre région, par exemple (je ne vais pas refaire le bilan), de rendre les transports gratuits pour les plus démunis, de rendre les transports scolaires gratuits, des aménagements capitaliste qui nous font du bien. Que nous avons su nous unir dans la lutte contre la casse de la poste, que c'est encore un point commun de la résistance commune aux forces anti-progressiste et que ces luttes doivent continuer.

Ainsi, dans les compétences de résistance et de limite de la casse sociale, nous pouvons nous partager des missions à remplir.

Je vous dis, Camarades du PCF et du NPA, que la rupture est possible en utilisant les lois existantes, celles fondées en 1946 alliées à d'autres plus récentes. J'entends par là des coopératives élargies avec un système d'échange de force de travail différent entre ses membres, un peu comme les SEL mais en amélioré, pour faire les premiers pas vers la mise en place du socialisme. Dans cette compétence, nous pouvons nous allier et créer une cellule au niveau régional pour promouvoir ces solutions de ruptures. Ce projet, « moi le petit jeune de 41 ans », je m'excuse de le proposer avant l'age de raison de 65 ans, je m'excuse de vous proposer de former « l'équipe gagnante », chacun dans sa compétence où il excelle afin de nous attaquer à notre ennemi « commun », ce système qui nous met d'office dans le camps des perdants, pour un autre où tout le monde sera dans celui des gagnants, tout le monde, sans exception.
Je m'excuse de vous proposer un projet fédérateur PS/PCF/PG/GA/ALTER/NPA, chacun dans sa compétence, en vrai gauchiste, tel que nous le faisons dans nos professions, je m'excuse de vous proposer de le faire aussi en politique.
Je m'excuse de vous proposer de choisir des personnes à mettre sur une liste commune en fonction ce qu'elles apportent concrètement pour changer concrètement nos vies. Je m'excuse de vouloir voir sur nos listes des personnes qui seront capables de prendre le micro et de défendre la liste tous les jours, en faisant des meeting partout, avec des idées qui sont fondées sur un programme commun, réalisable, réaliste et progressiste. Parce que, au cas où vous n'auriez pas remarqué, nous ne pourrons pas compter sur TF1 ou France télévision pour nous faire de la pub. Je m'excuse de vous dire d'ailleurs que le seul média que nous pouvons vraiment utiliser c'est internet.

Je m'excuse de vous dire que j'en ai marre de voir une moyenne d'age largement au-delà de la cinquantaine sur nos listes, qu'il n'y ait pas de place pour nos jeunes qui ont l'énergie pour se battre, qui en veulent, je m'excuse de vous dire que la majorité est à 18 ans et que cela n'est pas pour rien. Je m'excuse de vous dire qu'il devient insupportable pour moi quand je tape « PCF GERS » dans un moteur de recherche, d'être le seul à apparaître. J'ai l'impression d'être le seul dans le coup... Cela ne vous dirait pas d'être aussi dans le coup avec moi ? En fait, cela ne vous dirait pas d'être dans le coup avec la jeunesse ? Encore faudrait-il que ceux là lisent ces lignes ! S'il le font, qu 'ils pensent à y répondre alors ! Et surtout, s'ils ont mieux à proposer qu'ils n'hésitent pas !

Je m'excuse de vous dire que les gens qui n'ont rien à proposer que leur notoriété, n'ont rien à faire sur nos liste, ils seraient plus à leur place en tant que sympathisants. Je m'excuse d'annoncer à tous ceux de gauche qui sont la lutte des places (qu'importe leur parti) que « la place » ils ne l'auront pas tant qu'ils ne redeviendront pas ceux qu'ils sont réellement en reprenant la lutte des classes. Que dire « non » et résister c'est bien, mais que dire « oui » et se créer une autre réalité est également nécessaire. Je m'excuse de vous dire que c'est « la peur de perdre sa place » qui nous mènera à cette catastrophe de vous voir la perdre vraiment et laisser ainsi la droite prendre nos régions. Je m'excuse de vous dire que si c'est en analysant le passé que nous pouvons inventer l'avenir, c'est dans le présent que nous le construisons. Je m'excuse donc de vous dire que nous devons réussir les régionales de 2010 pour réussir les présidentielles de 2012 !

Enfin, à vous tous Camarades gauchistes, je vous écris que si nous avons ce devoir de révolution et de résistance, nous avons aussi celui de proposer à tous les adhérents de tous les partis que j'ai cité un projet commun qui tient la route. Parce que c'est ensemble que nous pouvons réussir, parce que c'est dans nos points communs que nous pouvons trouver les forces pour nous allier et faire de nos différences un apport de richesses complémentaires qui formeront l'équipe gagnante. Au fait, où sont les équipes gagnantes aujourd'hui ? Où sont ces listes où chaque membres défendra sa liste bec et ongles ? Et où est sont projet ?

Parce que...
...Si chaque région qui tombe aux mains de la droite c'est des écoles en moins, des hôpitaux en moins et de la misère en plus, alors, chaque région que nous prendrons ensemble doit avoir une politique forte qui se donne les moyens de faire l'inverse, c'est à dire « remettre tout ». Le projet de l'équipe gagnante c'est cela même !

Nous avons besoin pour cela d'entreprendre ensemble et j'aimerai vous parler de l'entreprise politique, celle qui entreprend, celle qui nous fait vivre la révolution maintenant. Arrêtons de dire que nous nous grouperons demain, faisons le tout de suite ! Assez de palabre, passons à l'action en utilisant les lois existantes, c'est possible !

Parce que, mes Camarades de gauche, rester divisé c'est tomber, alors que s'allier sur un programme commun réaliste en fonction de nos compétences respectives, c'est gagner.

Laurent Dycha - Conseiller fédéral du Gers
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article