Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Lettre de la gauche communiste, n° 41

11 Mai 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Publications

Ils ont sauvé la Bourse !

Vendredi 7 mai, les bourses européennes étaient en berne. Perte de 2,5 % ici, de 3,5 % là… Certaines bourses, en déficit cumulé, affichaient des baisses de près de 10 %. Les commentateurs boursiers ne revenaient pas de cette dégringolade alors que le ciel était si serein… La faute aux réactions irrationnelles de panique du « marché », cet espèce d’ectoplasme incarné qu’aucun gouvernement dans le monde de souhaite un jour contrarier. La chancellière Merkel elle-même aurait alimenté la panique en refusant « d’aider » la Grèce en faillite. A les écouter, on frôlait l'abîme.

Que croyez-vous qu’ils firent ? Nos dirigeants, présidents, chefs de gouvernement des « pays de la zone euro », sous l’égide des responsables de l’Union européenne se sont réunis à huis clos et ont décidé qu’il fallait 1) renflouer le système boursier ; 2) faire payer la crise aux peuples.

On vous fera grâce des commentaires du lundi suivant, quand tous, banquiers, responsables politiques et commentateurs avisés se sont pâmés d’une décision enfin consensuelle des pays de l’Union européenne, de la « solidarité » entre pays venus au « secours de la Grèce ».

Ce qu’ils se sont bien gardés de dire, c’est que leur solidarité ne vient pas au secours de la Grèce, mais au secours des banques et des principaux acteurs du marché financier international. Ce n’est pas la Grèce que l’on renfloue. Ce sont les banques qui se sont engraissées une première fois en prêtant à des taux usuraires, et qui se sucrent une deuxième fois grâce à la spéculation boursière, comme le montre l’explosion des résultats de la Bourse consécutive aux annonces de l’Union européenne. Ce sont notamment les multinationales de l’armement, principalement françaises, qui vont pouvoir maintenir leurs ventes car les Etats conditionnent leurs « prêts » au maintien des commandes en cours.

Et le social-démocrate Georges Panpandréou, dont personne n’ignore (sauf ceux qui ne veulent pas savoir) qu’il est également président de la II° Internationale, se félicite. Pressurer les pauvres pour maintenir le taux de profit du capital, avec la bénédiction de la communauté internationale terrorisée à l’idée d’un krach boursier en Europe, il fallait bien un social-démocrate.

Et, parce que la boucle doit être bouclée, la Grèce tombe sous le joug du FMI (dirigé lui aussi par un social-démocrate : n’en rajoutons pas…). Il aurait été dommage que le FMI, instrument de la ruine de plusieurs continents, de plans structurels, de famines, de la mise sous coupe réglée de la plupart des économies du tiers-monde, n’apporte pas sa pierre à l’édifice.

D’ailleurs, la Grèce, ou plutôt le peuple grec, va être réduit à une économie du tiers-monde. Tout le monde connaît les effets du « plan » adopté par le Parlement grec : réduction des salaires des fonctionnaires, des pensions des retraités, augmentation de la TVA, recul de l’âge de départ à la retraite, privatisations… Toutes ces mesures vont dans le même sens, celui d’un appauvrissement/asservissement du peuple et de formidables reculs de société.

Mais pour ce qui est des banques ou des grandes fortunes, ne vous inquiétez : elles sont sauvées ! A moins que…

 

11 mai 2010


Premier mai : une mobilisation en berne

Le défilé du Premier mai n’a pas été une réussite. Pourtant, la mobilisation avait été placée sous le signe de la défense des retraites. Comment voulez-vous que ce gouvernement ne continue pas à produire mesure anti-sociale sur mesure anti-sociale si les principaux intéressés ne se battent pas ?

 

Sommet social…

Un « sommet social », c’est comme un plan social. C’est exactement le contraire que ce que c’est sensé signifier. Sarkozy a réuni les « partenaires sociaux » pour annoncer que le peuple français sera pressuré comme le peuple grec. Toutes les mesures d’aide sociale « exceptionnelles », à commencer par les primes aux chômeurs en fin de droits, vont être supprimées. Par contre, les cadeaux au patronat – les « exonérations de charges », les financements en faveur du chômage partiel – elles, sont maintenues.

Que croyez-vous qu’il se passa ? Laurence Parisot en est sortie toute contente…

 

EDF n’entretient pas ses réseaux de distribution

Un rapport publié par le Parisien fait été de graves manques d’entretien des réseaux de distribution d’électricité d’EDF, principalement dans les zones rurales. Le rapport pointe plusieurs raisons : le manque de personnel, et le manque de moyens alloués détournés pour acheter des entreprises à l’étranger. Et ça vous étonne ?

 

BP, fleuron de l’écologie

Une plate-forme pétrolière explose au large des côtes américaines. Qui est responsable ? BP, très certainement. Mais quid des autorités politiques qui ont donné leur accord en sachant pertinemment qu’il existe toujours un risque, surtout quand ces grandes entreprises sont soumises à un minimum de contrôles. Il y a tout de même des conséquences positives : les autorisations données par le gouvernement américain pour de nouvelles plate-formes pétrolières à proximité des côtes américaines ont du plomb dans l’aile.

 

Irak : on fait semblant de découvrir la torture…

Plusieurs rapports d’ONG internationales font mine de découvrir que la torture est systématiquement employée dans les prisons irakiennes : sévices, viols, bastonnades, tortures en tous genres sont le lot quotidiens de milliers d’hommes et de femmes dans ce pays ravagé par la guerre. Tous ceux qui affirmaient défendre les « droits de l’homme » en soutenant l’aventure américaine n’ont pas l’air de trouver la situation actuelle choquante. Personne n’a entendu le Docteur Kouchner s’émouvoir, lui si prompt à dénoncer les atteintes aux droits de l’homme en Iran. Pourtant, les deux pays sont frontaliers.

 

Etats-Unis : le paradis des enfants ???

On sait qu’aux Etats-Unis, plus de 20 millions d’enfants vivent en dessous du seuil de la pauvreté. On sait moins que les Etats du Sud, bénéficiant d’une législation adoptée dans les années 30 du 20e siècle, peuvent faire travailler les enfants. Ceux-ci travaillent 10 à 12 heures par jour, parfois 7 jours sur 7, sans protection particulière, et avec des salaires bien moindre que ceux des adultes (cf. rapport de Human Right Watch, « Fields of Peril: Child Labor in US Agriculture »). Dans un pays développé, cela ne devrait pas arriver.

Mais certainement dans un soucis de cohérence, le gouvernement central américain et les gouvernements fédéraux s’attaquent actuellement à l’éducation publique, en suppriment des milliers de postes d’enseignants et de personnel technique. Ce serait quand même stupide de payer pour des structures éducatives quand il suffit d’envoyer les enfants travailler dès qu’ils sont en âge de le faire. C’est ça, le rêve américain.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article