Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Les métiers du livre se mobilisent et font des propositions

5 Mai 2013 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Journal des luttes

Envoyé par Gilbert Rémond :


Par Aymeric Monville, rédacteur en chef adjoint de la revue La Pensée, éditeur.

En 1981, la loi Lang sur le prix unique du livre (mais dont l’initiative était due à Jérôme Lindon) avait sauvé l’ensemble de la chaîne du livre. Étant donné l’urgence actuelle, les professionnels et les lecteurs attendent un signal aussi fort que celui-là.

Alors que l’on parle de plus en plus des menaces qui pèsent sur la chaîne du livre (150 000 emplois qualifiés) et singulièrement des librairies indépendantes «que le monde entier nous envie», le Salon du livre a accouché d’une souris. Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture, n’a annoncé qu’une évolution marginale (0,5%) du taux de TVA et la nomination d’un médiateur (sic).

Mesures inadaptées aux problèmes actuels que sont principalement la vente sur Internet dématérialisée, délocalisée et défiscalisée, et les achats publics de «livres» numériques par les bibliothèques, qui reviennent à priver de 20 à 30% de leur chiffre d’affaires les librairies indépendantes de proximité. Le «livre» numérique ne correspond pourtant à aucune demande réelle du public (1,8% du marché français, dont 80% de commandes publiques !).

Cette dérive ne fait qu’aggraver la situation des libraires et des éditeurs indépendants, au détriment du lien social, de la diversité culturelle, de la qualification des activités et de… l’emploi.
Après avoir alerté le président du Centre national du livre, la ministre de la Culture et le Syndicat de la librairie française (SLF), dans un brûlot qui circule actuellement dans toutes les librairies (1), une Association de défense des métiers du livre (ADML) s’est constituée. Elle a proposé, notamment, un «plan livre» à la mission mandatée par l’Inspection générale des affaires culturelles, puis à la commission des Finances de l’Assemblée nationale, visant à :

– restaurer le service et la fréquentation des librairies, grâce à un comptoir national des libraires, fédérant toutes les librairies indépendantes et les éditeurs indépendants qu’elles diffusent dans une structure coopérative d’intérêt public, permettant à chacun de ces libraires de proposer à ses clients le service «chez votre libraire», qui garantit aux lecteurs d’avoir en vingt-quatre heures le livre de leur choix (dans la librairie qu’ils auront géolocalisée sur le site du comptoir) ;

– compléter et préciser la loi sur le prix unique du livre, notamment pour interdire les remises déguisées (frais de port gratuits pratiqués sur Internet) ;

– refondre démocratiquement les modalités des marchés publics des bibliothèques pour mettre un terme aux dérives qui, depuis quelques années, ont conduit au désastreux monopole clientéliste qui, partout, détruit les librairies indépendantes bien plus sûrement que les majorations de taux de TVA, en imposant le critère de proximité comme seul susceptible de discriminer les soumissionnaires en dehors du prix.

Le 2avril, après une réunion à Montreuil, la Fédération des travailleurs des industries du livre, du papier et de la communication (Filpac) de la CGT a proposé d’adhérer à l’association ADML en tant que syndicat et de participer à la mise en mouvement de toutes les synergies possibles.

La ministre de la Culture, interpellée par Jean-Marie Beffara, rapporteur spécial de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, ne peut plus ignorer le «plan livre» de l’ADML, d’autant qu’une série de mesures urgentes, applicables par décret, de projets de loi et d’amendements va lui être présentée, initiée par le député Pascal Cherki et instruite par l’ADML. Le SLF lui-même présente la plupart des mesures préconisées par l’ADML comme devant faire l’objet des annonces de MmeFilippetti, pour un futur «plan livre». Au mois de juin…
(1) Voir Correspondance avec la classe dirigeante 
sur la destruction du livre et de ses métiers, 
de Dominique Mazuet, Éditions Delga, juillet 2012.
Aymeric Monville
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article