Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Les économistes du PCF font fausse route

25 Juin 2013 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #l'Europe impérialiste et capitaliste

Lu sur le blog de Jonathan :

 

Dans un texte récent (ici : http://www.economie-politique.org/41453), les "grands noms" de la commission économique du parti communistes se sont illustrés pour critiquer la proposition de sortie de l'euro. Jacques Sapir a déjà montré le caractère erroné, voire mensonger, de certaines de leurs affirmations économiques (ici : http://russeurope.hypotheses.org/1381). La critique que je fais de ce texte est, elle, politique.

 

D'abord, la position consistant à dire qu'on peut améliorer l'euro et l'Union européenne à aller vers le progrès, bien qu'aucun acte ne puisse le prouver, revient à adopter rétrospectivement tous les arguments des partisans du OUI au référendum de 2005, qui nous disaient : "oui la situation actuelle est critiquable, mais elle va s'améliorer". En invoquant, dans un texte écrit quasi-exclusivement au conditionnel, un euro qui n'existe pas, et qui surgirait d'encore plus hypothétiques batailles, nos économistes commettent la même erreur. Ils oublient en particulier l'obstruction tenace de l'Allemagne à un tel projet.

 

Car, en effet, l'euro ne sert qu'une nation, l'Allemagne. Il a été taillé pour remplacer le mark, et asservir un peu plus les pays d'Europe aux intérêts exclusifs de l'Allemagne. Nos économistes feignent d'oublier l'histoire et surtout refusent d'analyser la situation concrète qui est face à eux : l'Allemagne est à l'Europe ce que les Etats-Unis sont au monde, une nation impérialiste qui n'hésite pas à écraser ses partenaires, ou plutôt ses vassaux, pour mieux dominer. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que l'Allemagne est à fond pour l'accord de libre-échange transatlantique. Mais, ça aussi, nos économistes n'en parlent pas.

 

Car si, certes, on peut désirer changer l'euro, on peut toutefois imaginer divers moyens pour y parvenir. Là encore, nos économistes sont dans la négation de la politique. Par quel moyen faire plier l'Allemagne (car, ne nous cachons pas, c'est bien l'Allemagne l'obstacle principal à une réorientation de l'euro) ? Certainement pas en pariant sur une victoire de "la gauche" là-bas ! On a vu le SPD à l'oeuvre, on voit le PS français à l'oeuvre chez nous et, même chez Die Linke, après la sortie de Lafontaine qui en était arrivé à la conclusion qu'il fallait sortir de l'euro, ces europhiles ont remis les choses dans l'ordre, et ont pris position contre une telle sortie. En clair : ce n'est pas d'Allemagne que viendra le salut. Reste l'acte politique par excellence : la chaise vide.

 

Car, sans la France, l'Europe s'arrêtera et, enfin, l'Allemagne fera cas des autres. Que signifierait cette décision ? D'une part, la reprise en main de son destin par une nation, fait devenu rare en ces temps d'intégration européenne et otanesque et de désintégration décentralisatrice. Sortir de l'euro permettrait aussi de reprendre la main sur notre politique monétaire. Et là, nos économistes disent : "pas question ! La dette française exploserait !" Or, justement, précisément, c'est pour ne pas avoir à la rembourser qu'il faut sortir de l'euro ! Car il faut refuser de la payer, cette dette indue, indigne, illégitime et mortifère ! Comment financer l'Etat, alors ? En nationalisant une large partie du secteur bancaire qui, lui, pourrait se financer auprès de la Banque de France.

 

Enfin, dernier argument : on nous dit que la sortie de l'euro laisserait le champ libre au dollar. D'une part, une sortie unilatérale de la France de l'euro ne mettrait pas un terme à l'euro, puisque, au minimum, l'Allemagne le conserverait probablement. Il est néanmoins probable qu'un tel exemple de courage et de lucidité donne des idées aux autres pays... toujours est-il que le dollar est un faut problème. Quel est l'enjeu d'avoir une monnaie mondiale ? Ca n'intéresse rien ni personne : chaque pays est en droit d'avoir sa propre monnaie, et de s'en servir comme il l'entend. Il faut être un utopiste nourri aux élucubration de Paul Boccara et Lucien Sève pour imaginer une "monnaie-monde" dans une humanité globalisée sous leur égide...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G




Réponse aux économistes pro-Euro du PCF (une chronique de Jacques Nikonoff)


La chronique de Jacques Nikonoff Six membres de la commission économie du PCF ont publié une tribune dans L’Humanité du 13 juin 2013 intitulée « Contre l’austérité en Europe, luttons pour un
autre…


Pour lire la suite cliquez
ici
Répondre
G




Faut-il sortir de l'Euro : débat Jacques Sapir - Jean-Luc Mélenchon => jeudi 4 juillet
2013 en direct


Jacques Sapir - Jean-Luc Mélenchon sur l'Euro en direct sur "Arrêt sur images" à 19h00 le 4 juillet 2013 (accessible sans abonnement) Pour suivre le débat cliquez ici


Pour lire la suite cliquez ici
Répondre