Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Les communistes et l'immigration : quels principes adopter? et post sciptum du 11 mai 2011

11 Mai 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Positions

  lien à la version courte de ce commentaire posté sous la discussion d'un article de lepcf.fr

 

Les discussions de cette question simple au fond tournent rapidement au ton hystérique, et comme ce n'est pas trop le cas ici je vais essayer de donner mon point de vue.

1) les migrations et les migrants ne sont en soi ni bons ni mauvais. On peut les critiquer sans être forcément taxé de racisme.

2) mais voyager et changer de pays sont des libertés individuelles dont jouissent d'ailleurs tous les riches, partout dans le monde. Les mesures de limitation de l'immigration ne s'appliquent donc qu'aux pauvres.

3) l'immigration peut donc être revendiquée comme un droit fondamental.

4) Mais il y a une contrepartie : l'exercice de ce droit suppose que l'immigrant s'adapte aux usages du pays où il choisit de vivre.

5) En régime capitaliste les immigrants sont le plus souvent utilisés comme main d'œuvre bon marché, pour faire pression à la baisse sur les salaires et revenus indirects des autochtones (ou des immigrés déjà intégrés au marché de l'emploi ou par le système scolaire). Une politique socialiste limiterait donc dans les faits le droit à l'immigration (et comme on nous l'a seriné pendant la guerre froide, à l'émigration).

6) Cette concurrence engendre du ressentiment, et chez beaucoup de travailleurs (pas tous) le rejet de l'immigration.

7) être "contre l'immigration" et être "contre les immigrés"  ce n'est pas la même chose. Dans le premier cas on prône un changement de politique économique qui peut être justifié ou non, mais qui est une opinion dont l'expression est légitime, dans le deuxième cas on prend des boucs émissaires, attitude qui doit être combattue par les communistes par l'éducation.

8) les questions de savoir si l'immigration est bonne ou mauvaise pour la classe ouvrière du pays d'accueil, pour les pays d'origine des migrants, et pour les migrants eux même sont des questions de sociologie et d'économie scientifique, dont les réponses peuvent varier suivant la conjoncture. On doit donc pouvoir en discuter sans tabou, mais sans apriori non plus.

9) la France est un pays traditionnel de l'immigration politique et cette tradition d'accueil universel fait partie de son identité patriotique.

10) mais la demande de la régularisation automatique de tous les sans papiers est un mot d'ordre irresponsable, gauchiste, qui peut pousser les migrants à risquer leur vie en masse en cherchant à passer en France à n'importe quel prix. Il ne faut pas oublier qu'un seul naufrage au large de Lampedusa cause plus de morts que 28 ans d"existence du mur de Berlin. 

 

Post scriptum en conclusion : je n'ai absolument rien contre les immigrés, l'immigration, et les sans-papiers, je pense même que l'immigration a toujours lieu dans l'intérêt de l'économie du pays d'accueil (sinon elle cesse immédiatement comme on a pu voir en 2009 avec la crise) et je n'ai aucun fétichisme de l'identité nationale. L'immigration contribue à me donner du travail, en tant que professeur du secondaire dont la majorité des élèves en sont issus (et qui plus est bénéficiant, il faut l'avouer, d'une sorte de "préférence nationale" puisqu'il faut être français pour être fonctionnaire). Mais ça ne change rien à ce qui précède, qui est de l'ordre du réel qu'on ne peut pas supprimer en faisant l'autruche. Ce n'est pas par bêtise ou par racisme que les prolétaires français ou installés depuis longtemps en France sont réticents à l'égard des sans-papiers, même s'ils ont sans doute tort de l'être le plus souvent. Il faudrait changer de ton à leur égard pour commencer, si on veut combler la fracture entre "la gauche" et le peuple et s'opposer vraiment, et pas qu'en intention, à la montée du FN. Par ailleurs j'ai l'impression que beaucoup de défenseurs de l'immigration s'intéressent en fait bien peu aux immigrés réels (ceux qui se noient à Lampedusa ou sont esclaves dans les ateliers de Belleville), et aux jeunes français fils et filles d'immigrés qui ne trouvent pas de travail. Ils s'intéressent beaucoup plus à l'image de leur belle âme qu'ils contemplent avec ravissement dans le miroir de leur idéologie petite bourgeoise. Mais ce n'est peut être qu'une impression?

 

GQ, 8 mai 2011 et 11 mai

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

spartacus 13 16/05/2011 21:20



1.L'immigration et l'émigration iront en s'intensifiant car c'est une liberté fondamentale de l'homme d'aller où il le souhaite



Réveil Communiste 16/05/2011 21:43



oui mais pour ça il faudra supprimer le capitalisme d'abord.



gilles questiaux 16/05/2011 15:41



Ayant rencontré beaucoup de gauchistes, j'en ai tiré la conclusion que leur principale motivation consciente est le narcissisme moral.



sam 82 14/05/2011 18:08



je ne peut que partager le point de vue et le post scriptom de GQ sur l'immigration . ( ils s'intéressent beaucoup plus à l'image de leur belle âme qu'ils contemplent avec ravissement dans le
miroir de leur idéologie petite bourgeoise ) . j'aime bien l'image renvoyée par le miroir , et a mon avis ce n'est pas qu'une impression mais bien une réalité .  sam 82 . 



vieille dame 09/05/2011 23:42



par ailleurs, je suis bien sûr  d'accord pour dire que la solution de fond, pour permettre que l'immigration cesse, (celle qui fait mal à ceux qui sont obligés d'immigrés), c'est de cesser
d'exploiter les pays néo-colonisés !



vieille dame 09/05/2011 23:39



Nous en sommes à l'insulte. J'en suis un peu responsable, puisque j'ai parlé de complicité... mais je ne parlais pas de complicité volontaire.


avec 450 euros d'ASS à 64 ans, on est quand même une très très très petite bourgeoise, non ? ou un parasite de la société ? (c'est le nouveau bouc émissaire de la droite - après les émigrés, les
pauvres "pensionnés", enfin bref, tous des dangers et des exploiteurs.... allez, salut, je fatigue !