Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Les causes de l’imaginaire fasciste, par Marc Harpon

23 Janvier 2014 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Théorie immédiate

par Marc Harpon sur son blog :

IMG_0622

Avez-vous déjà discuté avec un fasciste ? Pour lui, si le fascisme progresse c’est simplement parce qu’il dit vrai. Son point de vue n’a pas de causes mais seulement des raisons. Or, des causes, il y en a bien.

En premier lieu, il y a la position petite-bourgeoise de larges secteurs de cette société « moyennisée ». La petite-bourgeoise aime et n’aime pas le capitalisme, comme je l’ai répété maintes fois sur Changement de Société. C’est qu’elle est constituée de ce que Bourdieu appelait les « dominants dominés » : dominée parmi les dominants, elle s’oppose à la domination ; dominante relativement aux dominés, elle ne peut remettre en question des rapports de domination et d’exploitation qui assurent son existence et son confort relatif. La grande injustice du petit-bourgeois, ce n’est pas l’exploitation de l’homme par l’homme, mais seulement que sa part du butin est trop petite. Il ne déteste donc que ses concurrents dans le partage ou ceux qu’il tient pour tels : les juifs.  La grande inégalité pour elle, ce n’est pas l’inégalité de pouvoir et de condition entre travailleurs et patrons, dont il bénéficie (parfois sous la forme de retombées très indirectes), mais l’inégalité de chances supposées entre juifs et gohim, l’inégalité dont il se croit la victime.

En second lieu, il faut mentionner l’effondrement du bloc soviétique, que j’ai traité dans mon article sur « Quelques conséquences de la faillite de la contre-révolution libérale » : une fois le communisme tenu pour dépassé, passé et criminel, la lutte des classes, dont il est l’issue légitime perd de son crédit comme solution aux difficultés réelles rencontrées par les masses. C’est pourquoi  s’invente une solution de rechange : la lutte des communautés ou des races. S’il y a un haut et un bas dans la société, ce n’est pas lié à des différences de position sociale (ou, pour être précis, de position par rapport aux moyens de production) mais à des différences d’appartenance.

Si cette cause est indépendante de la politique française, ce n’est pas le cas de la suivante.  Dès les années 80, les dirigeants de la gauche se sont gargarisés avec a notion de diversité, qui les arrangeait bien. Plutôt que de s’attaquer au capitalisme, qui cause des crises sans cesses plus profondes, on a cherché à partager équitablement ce qui restait des profits et des rentes impérialistes d’autrefois entre une multiplicité de groupes concurrents .  La même chose a été faite aux Etats-Unis, où, bien qu’il y ait plus de noirs riches qu’avant, la majorités des membres des minorités sont plus défavorisées qu’autrefois. Au discours sur la diversité on a articulé l’idéologie de l’égalité des chances, qui veut que le problème ne réside pas dans l’inégalité de classe mais dans les chances inégales qu’ont les uns et les autres d’accéder à telle ou telle position privilégiées. On a fait croire aux masses, avec la complicité de la petite bourgeoisie, qu’il fallait que chacun puisse « réussir » (devenir bouregois), quelle que soit son origine, alors que l’attitude théorique la plus juste consiste à critiquer les inégalités de condition que cache la notion même de réussite.

Les travailleurs n’ont plus la boussole politique d’un Parti Communiste, il n’y a plus n’ont plus de boussole géopolitique soviétique. Tout ce qu’ils ont, depuis près d’une génération, c’est l’impression fausse que les inégalités ne sont pas des inégalités de classe mais des inégalités entre des communautés. Si tel ou tel se fait humilier par un journaliste, ce n’est jamais parce que ce dernier est bourgeois alors que l’humilié ne l’est pas. C’est parce que l’un est juif et l’autre goï. L’ antisémitisme, qui devrait n’être que petit-burgeois, à en croire l’interprétation d’Abraham Léon, devient un phénomène de masse parce que les masses sont déboussolées.

url de l’article : http://socio13.wordpress.com/2014/01/21/les-causes-de-limaginaire-fasciste-par-marc-harpon/

Veuillez conserver le lien ci-dessus si vous republiez cet article.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

GQ 25/01/2014 20:52


Je crois que c'est à cause de la machine à perdre que portent en eux de nombreux militants, ils ont peur de voir leurs idéaux se réaliser

sam 82 25/01/2014 16:30


je suis quand meme sidéré que certains se disant communistes tombent dans le panneau, involontairement, ou volontairement .car pour ma part mes parents qui étaient de simples metayés militants
communistes m'avaient déjà instruit sur le sujet,alors que j'étais au JC . c'est vrai que l'article de Marc Harpon remet les choses en places sur fond de classe . sam 82 .

GQ 25/01/2014 12:30


Et on peut leur demander, à eux qui sont si indulgent : en quoi ricaner sur le génocide des juifs par les nazis va-t-il faire progresser la cause des Palestiniens?


D'une manière générale, les antisémites de toute origine (à gauche il y en a plein, dans la tradition de proudhon), sont de véritables imbéciles ! S'il pensent que les juifs sont si puissants,
pourquoi ne travaillent-ils pas à désagréger leur front? A quoi riment leurs provocations pulsionnelles digne du stade anal où ils sont restés bloqués, qui aboutissent à ranger tous les juifs du
monde dans le camp d'Israël? alors que le peuple juif est certainement de tous les peuples le plus traversé de contradictions (nationales, religieuese, sociales, politiques ...).


 

GQ 24/01/2014 23:31


Un certain nombre de militants communistes minimisent la nuisance que provoque le courant dieudonniste, et doutent de son antisémitisme, en quoi ils n'ont pas cherché à s'informer, ou le sont eux
même un peu, car les pulsions racistes peuvent surgir en tout un chacun; ou bien doutent de la gravité de celui ci, au motif, par exemple, que contrairement aux wahabites dont Hollande est allé
cirer les pompes, "Dieudonné n'a tué personne". Mais comme Marc le note fort bien ce n'est pas le problème. L'antisémitisme se développe comme idéologie contestataire de substitution, faute d'un
courant communiste organisé et actif, et il en occupe et stérilise l'espace. Peu importe le fait qu'il soit en fait inoffensif, la plupart du temps.


Un minimum de culture historique devrait pourtant éviter à nos camarades un certain nombre d'imprudences. Même s'ils avaient raison en croyant que la "quenelle" ne signifie maintenant rien
d'autre que l'envie de "mettre dans le cul du système" ils devraient quand même savoir que le "système " en question n'a pas de cul.