Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Les aspects méconnus de la Révolution Culturelle, par Fred Magdoff

1 Novembre 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Chine

Les aspects méconnus de la Révolution Culturelle (1/7), par Fred Magdoff, sur changement de société
Les aspects méconnus de la révolution culturelle (2/7) : Les luttes de classes en Chine, par Dongping Han.
Les aspects méconnus de la Révolution Culturelle, par Dongping Han (3/7)

Ci-dessous le premier extrait traduit par Marc, les autres seront placés ci-dessus en lien au fur et à mesure de leur parution.

 

"Vive le marxisme-léninisme"

 

Traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société

 

Voici ci-dessous la traduction de la préface rédigée par Fred Magdoff, de l’Université du Vermont (Burlington, Vermont) à l’ouvrage publié chez Monthly Review Press en 2008 par le chinois Dongping Han : The Unknown cultural revolution. Life and change in a chinese village. Changement de Société a pris la liberté d’en traduire des extraits, qui seront publiés en feuilleton. (Note de Marc Harpon)


L’expérience des tentatives faites pour construire le socialisme en Union Soviétique et en Chine a montré clairement que les luttes de classes continuent après que le pouvoir a été saisi dans une révolution. Elle enseigne aussi que la voie qui mène au socialisme est un long chemin, au tracé incertain. Comme l’a écrit Mao Tsé-t ung :

 

« Le marxisme-léninisme et la pratique de l’Union Soviétique, de la Chine et d’autres pays socialistes nous enseignent tous que la société socialiste couvre une étape historique très très longue. A travers cette étape, la lutte de classe entre la bourgeoisie et le prolétariat continue et la question du « qui gagnera », des routes du capitalisme et du socialisme, demeure, comme demeure le danger d’une restauration du capitalisme »(Mao Tsé-Tung, « Sur le faux communisme de Kroutchev et sa leçon historique pour le monde : commentaire de la lettre ouverte du Comité central du PCUS », 1964)

Le but de Mao, quand il lance al Révolution Culturelle (1966-1976) était de mobiliser et d’entraîner des millions et des millions de personnes de tous les secteurs de la société -des ouvriers et des paysans aussi bien que des étudiants et des intellectuels- dans une lutte contre les forces au sein du Parti qui favorisaient la restauration du capitalisme. La majorité des intellectuels en Chine et aux Etats-Unis a vu la Révolution Culturelle comme une ère de chaos inhumain. Et il est vrai d ‘affirmer que la Révolution Culturelle était chaotique, avec de multiples factions de Gardes Rouges (certaines étaient mêmes de fausses Gardes Rouges, probablement organisées par l’ennemi attaqué pour semer la confusion parmi les masses) et de nombreux exemples de traitements exagérés et inhumains, y compris des assassinats.

La plupart des écrits sur la Révolution Culturelle ont insisté sur les problèmes, en particulier celui des intellectuels. Toutefois, dans les zones rurales du pays cette période est encore vue sous un jour très positif- une ère où la plupart des infrastructure ont été construites, où les progrès dans l’agriculture ont été marqués, où ont faisait attention aux problèmes des gens vivant dans les campagnes. Ainsi la vie de la population rurale- en d’autres termes la grande masse des gens- à cette période a reçu très peu d’attention.

 

Peu de gens sont au courant de la visite en Chine à l’été 1974 d’une délégation d’agronomes étasuniens. Ils ont largement voyagé et ont été émerveillés par ce qu’ils ont observé et qu’ils ont décrit dans un article du New York Times ( 24 Septembre 1974). La délégation était composée de dix scientifiques, qui étaient tous des « observateurs des connaisseurs expérimentés de l’agriculture avec une large expérience en Asie ». Comme l’a dit le lauréat du Prix Nobel Norman Borlaug, « Il fallait chercher longtemps pour trouver un mauvais champ. Tout était vert et beau partout où nous avons voyagé. J’ai eu l’impression que le progrès était beaucoup plus remarquable que ce à quoi je m’attendais. » Le chef de la délégation, Sterling Wortman, un vice-président de la Fondation Rockefeller a décrit les cultures de riz comme «  …vraiment de premier choix. Chaque champ que vous voyiez était aussi bon que tout les autres ». Ils étaient aussi impressionnés par les niveaux de compétence accrus des fermiers dans les communes. Wortman a dit : « Ils sont tous en train de s’élever au niveau de compétence des meilleurs. Ils partagent tous les rations disponibles ». Une description détaillée de leurs observations sur l’agriculture en Chine a été publiée dans la prestigieuse revue Science en 1975 (vol 188 : 549-555) par le Dr Sprague. La plupart des progrès faits par l’agriculture chinoise après la Révolution Culturelle ont été rendus possibles par les avancées de cette période. Même l’augmentation de l’utilisation d’engrais qui a eu lieu à la fin des années 1970 et au début des années 1980 a été possible grâce à des usines pour lesquelles la Chine a signé des contrats en 1973.

 

Dans les années 1990, durant de longues discussions avec un homme qui avait été, durant la Révolution Culturelle, chef de village dans une autre province[1], j’ai entendu une description des événements remarquablement similaire à celle contenue dans ce livre. L’importance de ce travail de Dongping Han est qu’il braque le projecteur sur les vies de villageois durant une période de changements importants et positifs dans la campagne. C’est un travail très significatif- un contre-poids aux écrits conventionnels sur la Révolution Culturelle.

 

[1] L’ouvrage de Dongping Han se concentre sur un comté de la Province de Shandong.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article