Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Le recyclage ne date pas d’aujourd’hui. Comment l’homme de confiance d’Hitler devint le chef-suprême de L’OTAN

6 Décembre 2014 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Front historique



En 1907, Adolf Heusinger choisit d'être militaire. Le lieutenant Heusinger participe à la bataille de la Somme, est blessé à Arras et fait prisonnier par les britanniques qui le libère en 1919. Il rejoint son unité et  suit brillamment les cours d'état-major de l'école de Cassel. Il est affecté à l'Etat-major secret de la future Wehrmacht en 1929 et, en 1933, Hitler l'incorpore dans  son Etat-major opérationnel.

1942_Hitler_et_son_Etat_major

Le fuhrer, qui lui accorde une rarissime et absolue confiance, le charge de réaliser de nombreux plans d'invasion dés 1940.

En 1941, Heusinger est chargé de concevoir une opération d'invasion de l'URSS. Sa "guerre éclair" prévoit d'éliminer 30 millions de slaves et d'incendier villes et villages.

Au cours d'expéditions punitives sanglantes, les résistants devront être pendus et les responsables politiques soviétiques systématiquement abattus sur place.

En août 1942, le général Heusinger orchestre lui-même les exterminations. La Gestapo et les S.S. sont placés sous son commandement direct. Ces même S.S. et membres de la Gestapo, en 1945, sont condamnés par le Tribunal international militaire pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité... Heusinger, lui, en 1960, occupe le poste le plus élevé de la hiérarchie militaire de la République Fédérale d'Allemagne.

Cette même année, à Washington, Adolf Heusinger est alors élu chef suprême de l'OTAN (NATO) par l'ensemble des chefs d'Etats-major des pays membres. Il est le second général nazi nommé à un haut poste à l'OTAN. Le 1er a été Hans Speidel, sinistre spécialiste en élimination de résistants français dans les années 1940. Commandant des forces Centre Europe de l'OTAN, il réside à Fontainebleau, en France.

histoireetsociete | décembre 6, 2014 à 5:59 | Catégories: Uncategorized | URL: http://wp.me/p1EACY-8RX
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michel Gourmel 07/12/2014 12:37


Ce qu’écrit Danièle Bleitrach sur le recyclage des Nazis est malheureusement exact !


Il y a eu 2 grands dignitaires Nazis en haut de la hiérarchie de l’OTAN autours de 1960 ; Jamais la presse de l’époque n’évoquait ces faits gravissimes.


Cependant la dernière phrase écrite trop vite est peu compréhensible :


« il réside à Fontainebleau, en France. » De qui s’agit-il ?


 


En fouillant Internet, on trouve :


Hans Speidelatteignant le grade de général 4 étoiles de l'OTAN. Il est
nommé commandant en chef des forces terrestres de l'OTAN pour le Centre Europe en avril 1957, un commandement qu'il conserve jusqu'à sa retraite en
septembre 1963.


Décédé le 28 novembre 1984 à Bad Honnef (Allemagne)


http://fr.wikipedia.org/wiki/Hans_Speidel


 


Adolf Heusinger, né le 4 août 1897 à Holzminden et
mort le 30 novembre 1982 à Cologne,


président du Comité Militaire de l'OTAN de 1961 à 1964 à Washington.


Le général Heusinger prend sa retraite le 1er avril 1964. Il était titulaire de nombreuses décorations.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Adolf_Heusinger


 


C’est l’ancien QG des forces aériennes de l'OTAN en Europe qui était à Fontainebleau


Les bâtiments destinés à l’état-major des forces aériennes de l’OTAN en Europe ont été conçus dans les années 1950. Ils sont typiques de l’architecture modulaire importée d’Amérique à cette
époque. Ils ont été affectés aux Archives nationales à la fin des années 1960


http://patrimap.paris.fr/fr-FR/curiosities/2906-ancien-qg-de-l-otan-a-fontainebleau


La dernière phrase est donc inexacte : « il réside à Fontainebleau, en France. » ; c’était le QG de l’OTAN en Europe qui y résidait, avant
que De Gaulle chasse cette racaille … mais pour d’autres raisons…