Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Le protectionnisme européen et la nouvelle question allemande

10 Mai 2012 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #l'Europe impérialiste et capitaliste

UN PROTECTIONNISME EUROPÉEN EST-IL POSSIBLE ET SOUHAITABLE ?

Par le Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP).

Le 10 mai 2012.


Pour accéder au texte complet, cliquez ici :
http://www.m-pep.org/spip.php?article2592


Résumé

Un appel a été lancé pour une « Initiative Citoyenne Européenne » (ICE) dans 9 pays (voir plus bas en suivant le lien). Elle demande de rétablir la « préférence communautaire » et une concurrence loyale, en instaurant un « protectionnisme commercial aux frontières de l'Europe ». Son objectif est de retrouver le plein-emploi et une croissance équilibrée dans les pays européens. Pour qu'elle soit adoptée par la Commission européenne, le Parlement et le Conseil européen, les initiateurs veulent qu'elle soit soutenue par au moins un million de citoyens européens.

Bien que partageant le constat fait dans cet appel, le M’PEP ne signera pas cet appel. Car il est ni possible ni souhaitable d’atteindre un protectionnisme européen.

Ce n’est pas possible, car il faut que les vingt-sept pays de l’Union européenne acceptent de modifier les traités pour y inclure des clauses protectionnistes. Ce serait une véritable révolution allant à l’encontre de tout l’attirail idéologique déployé depuis tente ans. Aucun gouvernement des pays membre de l’UE n’est aujourd’hui sur cette ligne. Si on prend les forces politiques qui sont actuellement dans l’opposition et qui pourraient un jour accéder au pouvoir dans ces pays, rares sont celles qui souhaitent des formes de protectionnisme. La proposition d’obtenir des résultats rapides pour un protectionnisme européen est donc illusoire, même si plus d’un million de signatures sont collectées. Cette initiative, au lieu de mettre l’accent sur la question principale qui est celle d’un protectionnisme national s’inscrivant dans une perspective de coopération internationale (la charte de La Havane de 1948 qui se fonde sur l’équilibre de la balance des paiements), retarde cette prise de conscience en lançant des leurres. Nous le regrettons.

Ce n’est pas souhaitable, car des mesures protectionnistes aux frontières de l’Union européenne ne résoudraient pas les problèmes en profondeur. En effet, avec l’entrée des Pays de l’Europe centrale et orientale (PECO) dans l’Union européenne, l’objectif des oligarques européens était clairement de faciliter les délocalisations et d’accélérer le libre-échange. L’Allemagne en particulier, par les politiques menées depuis Gerhardt Schröder, en organisant la déflation salariale, en faisant fabriquer à l’Est une part significative de sa production industrielle et en la réexportant dans la zone euro, a pu accumuler d’énormes excédents commerciaux. Ces derniers sont une des causes majeures de la crise de l’euro. Passer sous silence la « nouvelle question allemande » n’est pas de nature à orienter les luttes sociales et politiques dans une direction bien assurée. Là encore les véritables problèmes sont esquivés.

Seules des mesures protectionnistes prises à l’échelle nationale sont susceptibles d’être décidées rapidement et d’obtenir des résultats. À condition de proposer à tous les partenaires commerciaux de la France des accords bilatéraux de coopération commerciale reprenant les principes de la charte de La Havane de 1948 : le but du commerce international doit être le plein-emploi pour tous ; pour y parvenir l’équilibre de la balance des paiements est nécessaire : lorsqu’elle est déséquilibrée, des mesures protectionnistes négociées sont autorisées. Seules des mesures protectionnistes unilatérales serait prises à l’encontre des pays qui refuseraient de participer à la construction de ce nouvel ordre commercial international.

Pour accéder au texte complet, cliquez ici :
http://www.m-pep.org/spip.php?article2592

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article