Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Le passage en force de la candidature Mélenchon va démotiver les communistes

11 Mai 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Élections

texte envoyé aujourd'hui au courrier des lecteurs de l'Huma

 

Candidat choisi ou subi ?

Cela faisait au moins deux ou trois jours que les ‘privés de parole’ Pierre Zarka ou Roger Martelli n’étaient pas intervenus dans l’Huma (en général c’est au moins une demi-page, sinon rien..) Mais c’est pour la bonne cause, c'est-à-dire promouvoir la candidature de J-L Mélanchon. Avec des arguments imparables : « il s’est installé dans une dynamique visible ». Je pense que ce n’est pas de cette façon que l’on va créer une motivation et un consensus forts chez les communistes. Nous avons la chance d’avoir seulement 2 candidats à la candidature, et cela devrait permettre de débattre sereinement afin que le désigné soit porté par une dynamique plutôt que plombé par les divisions et les rancoeurs. D’autant qu’André Chassaigne a clairement indiqué qu’il respecterait la décision des militants (rien d’exprimé dans ce sens chez JLM). Je trouve par ailleurs lamentable que notre Parti et son journal ne soutiennent pas André Chassaigne. Au dernier Conseil National la direction du PCF a indiqué préférer JLM en disant « le débat n’est pas clos ». Mais dans l’Huma du lundi qui suit le CN : 5 lignes sur 2 colonnes pour Chassaigne et 2/3 de page pour JLM. Est-ce une manière de continuer le débat ?

Nous ne sommes plus en 1965 ou les dirigeants des partis de gauche assistaient à la conférence de presse de François Mitterrand sur les bancs du public, pour lui apporter leur soutien.

J’étais assez partisan de l’option Mélanchon mais la méthode pour l’imposer m’a fait changer de position.

 

Maurice Cialdella

Wettolsheim (68)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 13/05/2011 12:26



Un commentaire sur lepecf.fr sur le passé politique de Mélenchon :



Le modeste militant que je suis a l’impression, sinon la certitude que la direction de notre parti avalisera quoi qu’il arrive, la candidature de J L Mélenchon à l’élection Présidentielle de
2012. Outre le problème que cela pose quant au débat démocratique dans notre Parti, je voudrais expliquer ma position personnelle sur le sujet. Pour cela je rappellerai simplement le texte du
message que j’avais joint quand j’ai signé la "Pétition pour une candidature communiste" le 22 janvier.


83480, Puget sur Argens : J’ai 76 ans, j’ai adhéré au parti communiste à l’âge de 15 ans, 6 ans après je votais pour la première fois et depuis j’ai toujours voté communiste et je sais ce
qu’il en a couté à mon parti d’avoir eu un jour comme candidat au premier tour un certain François Mitterand... alors non, Jean Luc Mélenchon, je ne voterai pas pour toi si tu es le candidat
unique du Front de gauche à l’élection présidentielle de 2012. Je te tutoie parce qu’on se connait. J’avais des responsabilités au PC quand tu étais adjoint au maire de Massy, élections
municipales ou le Parti communiste arrivait en tête et laissait par soucis d’union le poste de Maire à Claude Germon dont tu étais l’adjoint à la jeunesse. J’ai dû avec les jeunes de mon
Quartier (Emile-Zola) me battre longtemps pour obtenir une maison des Jeunes (Massy-Plage) dont les jeunes me confièrent la Présidence. J’ai ensuite voté pour toi comme grand électeur quand tu
fus élu "le plus jeune sénateur de France". Tu te réclames de l’héritage de François Mitterrand. Pour ma part je ne te laisserai pas achever ce qu’il avait commencé, faire disparaître mon Parti
de la scène politique ; le peuple de France, celui qui travaille, a trop besoin de lui. Voila je crois que j’avais de bonnes raisons de relater ce que j’ai vécu.


Claude Pennacino




Mc Rack 12/05/2011 18:48



Les méthodes pour arriver au consensus sont souvent maladroites, rarement élégantes.


Bien sûr, il ne faut pas les encourager, encore moins les justifier.


Mais changer d'avis à cause des méthodes, quand elles sont plus le fruit de supporters zélés que d'un complot organisé, est regrettable car c'est sur les intentions et sur le fond qu'il vaut
mieux se décider.