Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Le Parti communiste sud-africain (SACP) se réjouit des soulèvements politiques et de leurs développements en Égypte, en Tunisie et ailleurs

6 Février 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #L'Internationale

En solidarité avec les peuples en lutte de Tunisie et d’Égypte (toujours sur le blog de Nicolas Maury , lal salaam à lui )
Déclaration du SACP sur l’évolution de la situation en Égypte et en Tunisie
Le Parti communiste sud-africain (SACP) se réjouit des soulèvements politiques et de leurs développements en Égypte, en Tunisie et ailleurs, dans le même temps qu’il condamne les ripostes brutales des régimes dictatoriaux en pleine débâcle. Dans le cas de l’Égypte, nous apprécions la retenue des forces militaires.

De plus en plus, ces développements font ressortir la justesse de l’analyse stratégique de notre parti, partagée avec de nombreuses forces au sein de l’Africa Left Networking Forum : « La crise à laquelle est confrontée l’Afrique, y compris la Tunisie et l’Égypte, réside toujours, d’une part, dans sa marginalisation et sa paupérisation croissantes au sein du système impérialiste mondial, dans l’échec, étalé sur plusieurs décennies, de toute une gamme d’agendas néocoloniaux reposant sur l’élite et, d’autre part, dans la dégénérescence – et, dans plusieurs cas, l’effondrement – de révolutions démocratiques nationales plus radicales dirigées par d’anciens mouvements de libération.

 

Nous avons fait remarquer que, « au cœur de la revitalisation de la révolution africaine (dont une partie se déroule pour l’instant en Tunisie et en Égypte), se trouve la tâche de créer les conditions (autrement dit, l’espace et la capacité sur le plan social, économique, démocratique et organisationnel) censées permettre aux protagonistes démocratiques nationaux clés (la classe ouvrière, la paysannerie, les masses des citadins et campagnards marginalisées, dont bien des jeunes, en même temps que les couches moyennes patriotiques de l’État et de la société civile) de devenir la force motrice incontournable de la re-radicalisation et ce, pas simplement en théorie, mais en pratique aussi ».

Il est par conséquent impératif, puisque cela fait partie de l’analyse de classe en cours dont le SACP débattra de façon plus complète lors des prochaines réunions de son Bureau politique et de son Comité central, que nous soutenions pleinement les aspirations populaires des peuples tunisien et égyptien à prendre le pouvoir en mobilisant les milieux progressistes, les étudiants, les jeunes, les femmes, en alliance avec les travailleurs, contre l’État dictatorial réactionnaire, à contribuer au renversement révolutionnaire total de ce dernier et au processus de transformation vers un vaste changement social, politique et économique.

Alors qu’une grande partie de l’analyse de ces développements est réductrice et qu’elle ne se situe pas dans le caractère de classe stratégique et à long terme des sociétés tunisienne et égyptienne, il est important d’apprécier ces mêmes développements comme modelés uniquement par des facteurs historiques objectifs dans la crise généralisée du développement qui s’étale sur de nombreuses années.

L’origine de la crise égyptienne – l’absence de démocratie populaire et de participation, par exemple - peut être repérée voici des décennies, à partir des mesures publiques de droite dans le domaine social, politique et économique, dans lequel un grand nombre de fonctions politiques et économiques souveraines ont été complètement abandonnées par l’État au service des forces idéologiques bourgeoises soutenues par l’impérialisme.

Notre parti se réjouit également du revers stratégique massif subi par le caractère néolibéral des reportages des médias sur ces développements, dans lequel s’est forgé en coulisse un consensus opportuniste via une présentation promotionnelle de successeurs à orientation capitaliste.

Ces agendas doivent être contrecarrés et mis à mal en accroissant le rythme des reportages alternatifs qui ont donc fourni une description de loin plus sobre de ce que réclament les peuples égyptien et tunisien et qui n’a rien d’une stabilisation néolibérale, mais une rupture absolue avec les dictatures, rupture dans laquelle le peuple met l’accent sur un remaniement complet de la classe capitaliste dirigeante et de ses mécanismes.

Nous devrions rester vigilants à propos de la tendance mécanique des forces impérialistes à activer de tels soulèvements dans le seul but de faire basculer la victoire comme elles l’ont fait dans certaines régions des anciens États soviétiques qui, aujourd’hui, languissent après le système socialiste.

Le SACP fait également remarquer que ces révolutions ne sont pas à l’abri de revirements et d’ambitions contre-révolutionnaires susceptibles de les renverser et de les transformer en mobilisation de certains secteurs à des fins réactionnaires. Il est donc important que les tâches révolutionnaires de l’actuelle mobilisation sociale, politique et économique aillent bien au-delà de simples bricolages superficiels, mais qu’elles abordent le caractère de classe des États actuels et de leurs appareils.

Au cœur même de ces révolutions, il y a le démantèlement des mécanismes de répression des États tunisien et égyptien et la mise sur pied d’une plate-forme stratégique unificatrice en vue d’aborder les aspirations populaires des travailleurs, et ce en transformant le pouvoir politique, en couvrant les besoins élémentaires de la population en ce qui concerne des emplois de qualité, la nourriture, le logement, en défendant les travailleurs, les combats des femmes et les droits des jeunes à l’éducation et à des emplois décents.

Notre parti se joindra également aux manifestations de solidarité et poursuivre le débat sur le caractère de ces révolutions.

Publié par les Bureau central du SACP

Contact : Mhlekwa Nxumalo au n° 011-339 3633/4 (heures d’ouverture) ; 072 517 7761 (tél. mobile)

(traduction PTB)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N


लाल सलाम mon camarade



Répondre