Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Le Parti communiste ouvrier de Tunisie : "La voie du changement s'ouvre"

15 Janvier 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #L'Internationale

Le Parti communiste ouvrier de Tunisie

 

avec le peuple Tunisien qui s'insurge.

 

 tunisie-pcot

 

La Tunisie vit depuis le 17 décembre 2010 une révolte populaire contre le chômage, l'exclusion, la pauvreté, la vie chère, l'exploitation éhontée, la corruption, l'injustice et la tyrannie. Ces protestations populaires sont parties de la ville de Sidi-Bouzid pour s'étendre à toutes les régions du pays. La pauvreté et la tyrannie, endurées dans la ville, sont un phénomène général qui touche tout le peuple tunisien. La rage et l'indignation est la même dans tout le pays.

 

Le régime policier et dictatorial du président Ben Ali a affronté la révolte dans son style habituel. En s'appuyant sur la désinformation, la tromperie, les mensonges et la répression brutale de la police qui a tiré sur des masses populaires désarmées, tuant des manifestants ne portant sur eux aucune arme. Tout cela avec l'intention de réprimer rapidement les protestations et d'empêcher leur propagation au reste du pays. Ces méthodes ont échoué cette fois, elles ont alimenté les protestations, qui ont étendu leur rayon d'action, et ont poussé les manifestants à transformer leurs demandes de simples revendications sociales à des exigences politiques sur la question des libertés. Même quand Ben Ali a prononcé son discours, au douzième jour de la révolte, pour promettre à nouveau hypocritement qu'il diminuerait la répression, personne ne l'a cru et les masses ont répondu que les protestations devaient se poursuivre.

 

Les pancartes et les mots d'ordre mis en avant par les masses en révolte, du sud au nord, sont un signal clair du processus de prise de conscience politique dans la tête des Tunisiens au cours des vingt dernières années du règne de Ben Ali.

Des mots d'ordre du type:

« Le travail est un droit, bande de voleurs », « Bas les pattes du pays, bande de corrompus », « Travail, liberté, dignité », « Liberté, liberté et non présidence à vie », « A bas le parti de la constitution, à bas les tortionnaires du peuple », « Ben Ali lâche, le peuple ne se laisse pas faire »...

 

Finalement, les masses populaires ont compris qu'elles sont dirigées mais pas représentées et que le système représente « une bande de voleurs », une poignée de familles qui ont pillé les ressources du pays, l'ont vendu au capital étranger, qui prive les personnes de leur liberté et de leurs droits, en usant de la force brutale de l'appareil d'Etat, transformé en un « État des familles », afin d'humilier, de soumettre et d'intimider le peuple et le dissuader de lutter. Transformant la Tunisie en une grande prison, et faisant de la torture une règle et un moyen de gouverner.

 

Le peuple exige le changement avec la conviction que les aspirations à la liberté, à la démocratie et à la justice sociale ne peuvent se réaliser sous le régime de Ben Ali.Les masses populaires justement par la lutte, par l'Intifada, ne veulent plus de la dictature, et c'est un nouveau processus qui s'ouvre en Tunisie.

 

Le peuple tunisien a besoin d'un nouveau gouvernement démocratique, national et populaire naissant de la volonté et de la représentation de ses propres intérêts. Et un système de ce type ne peut voir le jour à partir du système actuel et de ses institutions, ou de sa constitution ainsi que de ses lois, mais seulement sur ses ruines par une assemblée constituante élue par le peuple dans des conditions de liberté et de transparence, après avoir mis fin à la tyrannie.

La tâche d'un Conseil populaire est l'élaboration d'une nouvelle Constitution qui pose les bases de la République démocratique, avec ses institutions et ses lois.

 

Les manifestations populaires sont encore en cours, personne ne peut prévoir ni leur durée ni leur développement. En tout cas, la Tunisie entre dans une nouvelle phase de son histoire caractérisée par la montée du peuple et sa volonté de retrouver sa liberté, ses droits et sa dignité.

 

Cette situation pose les responsabilités de l'opposition, en particulier de son aile la plus radicale, à trouver de nouvelles solutions politiques qui mettent au centre les exigences du peuple tunisien, pour un programme prévoyant un plan de changement global de la Tunisie.

 

L'opposition avec toutes les forces politiques et non-politiques, est invitée à serrer les rangs en vue du changement démocratique, pour former l'alternative à la tyrannie et à la dictature.

 

Le Parti communiste des ouvriers renouvelle son invitation à convoquer une assemblée nationale de l'opposition tunisienne qui affrontera la question le plus rapidement possible.

 

Est également renouvelée l'invitation à une coordination quotidienne, au niveau national et local, de soutien aux mouvements populaires, et dirigée vers les revendications concrètes et spécifiques afin que le mouvement ne s'essouffle pas. Parmi les revendications les plus importantes et les plus immédiates: l'arrêt des campagnes de répression, la libération de tous les prisonniers et que les responsables de la répression, du pillage des biens, des assassinats de citoyens et citoyennes soient contraints de rendre des comptes. L'abrogation de toutes les restrictions de sécurité, de libertés juridiques et pratiques, d'expression, d'organisation et de manifestation.

 

L'adoption de mesures immédiates pour le monde du travail: la garantie du revenu, de la santé et la reconnaissance immédiate du syndicalisme de base et indépendant des précaires et de chômeurs.

Le Parti communiste des ouvriers restera, comme il l'a toujours été, du côté des travailleurs, des démunis et des pauvres, en première ligne pour un nouvel ordre en Tunisie, pour la liberté, la démocratie et la justice sociale.

 

 

Même pas plus grand que Sarkozy...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 19/01/2011 15:11



Vous recevez cet email car vous vous êtes abonné au blog canempechepasnicolas.over-blog.com


Hamma Hammami: « Les sbires de président déchu veulent confisquer la révolution »


Hamma Hammami: « Les sbires de président déchu veulent confisquer la révolution » Propos recueillis par Hacen Ouali Mardi 18 janvier 2011 L’opposant Hamma Hammami met en garde contre toute
tentative…


Pour lire la suite cliquez ici



gq 17/01/2011 23:21



Vous recevez cet email car vous vous êtes abonné au blog eldiablo.over-blog.org


Tunisie : déclaration de l’Etoile Nord-Africaine Anticapitaliste


Au nom de l'Etoile Nord-Africaine Anticapitaliste qui est l'une des organisations politiques fondatrices du Collectif de soutien à Sidi Bouzid et au vu de l'évolution de la situation politique
de…


Pour lire la suite cliquez ici



GQ 16/01/2011 22:48



Article d'Indépendance des Chercheurs  :


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/01/16/le-fmi-et-la-tunisie.html

Le FMI et la Tunisie


Le 16 janvier, le Journal du Dimanche diffuse entre autres une
interview de l'ancien chef d'état-major de François Mitterrand et ancien chef d'état-major des armées françaises, Jacques Lanxade, à propos de la Tunisie où Lanxade avait été ambassadeur. Pour
l'amiral Jacques Lanxade, « cette révolution était inéluctable » et « peut avoir de grandes répercussions dans le monde arabe », mais « depuis des années, les autorités
françaises n’ont pas agi convenablement avec la Tunisie ». Lanxade souligne le « discrédit » généré par cette attitude des dirigeants français. Ces derniers sont-ils les seuls à
pouvoir encourir une telle critique ? Le 16 janvier également, dans sa « Petite revue du web », Le Post présente un lien avec une vidéo intitulée « DSK vante la Tunisie de Ben Ali ! » contenant des
déclarations du président du Fonds Monétaire International (FMI), Dominique Strauss-Kahn. Lequel, de visite en
Tunisie il y a un peu plus de deux ans (novembre 2008), a déclaré entre autres : « la politique économique adoptée ici est une politique saine et constitue le meilleur modèle à suivre pour de
nombreux pays émergents ». Pourtant, Wikipédia précise que la « Révolution de jasmin » a
été une conséquence directe des conditions économiques difficiles pour la population générées par cette politique économique prétendument « exemplaire », et de la nature même du régime politique
imposé par Zine el-Abidine Ben Ali. De toute évidence, la perception du monde et de la société de la part des « élites » politiques et « gestionnaires » paraît très éloignée des réalités
concrètes vécues par la grande majorité des citoyens. Pas seulement en Tunisie, mais aussi par exemple dans des pays européens placées dans le colimateur du FMI et de l'Union Européenne. Les
événéments récents de la Tunisie seraient-ils un signe précurseur ? Dans une deuxième interview, publiée par Le Parisien avec le titre « L'amiral Lanxade : "C’est l’armée qui a lâché
Ben Ali" », Jacques Lanxade souligne le « véritable mouvement de fond de la population tunisienne ». Mais dans ce cas, comment interpréter la montée de l'abstention électorale dans des pays européens
soumis à la même politique ?


[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/01/16/le-fmi-et-la-tunisie.html ]


Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia



GQ 15/01/2011 16:00



Gazette d'@rrêt sur images, n° 160


Sur la révolution tunisienne en marche (à l'instant où j'écris ces lignes, on apprend que Ben Ali a quitté le pays) la télévision française nous a raconté -tardivement- une histoire trop simple:
celle de jeunes "chômeurs diplômés", en révolte contre "le régime Ben Ali". Mais comme d'habitude, la réalité est bien plus complexe. Que signifie réellement le chômage pour un jeune Tunisien ?
Ce mouvement, incontestablement populaire, n'a-t-il pas aussi une composante bourgeoise ? Le risque d'infiltration iislamiste, apparemment redouté par les politiques français, d'une incroyable
bienveillance à l'égard de Ben Ali, existe-t-il vraiment ? Trois militants et blogueurs tunisiens, à la parole rafraîchissante, sont sur notre plateau, en compagnie du spécialiste du Maghreb au
Monde. Et en prime, ne manquez pas l'innovation de la semaine: un générique final... en chanson. Mais oui ! "Un beau pays, la Tunisie", chante notre nouvelle
chroniqueuse, La fleur. L'écouter une seule fois, c'est être certain de la garder en tête. Notre
émission (exceptionnellement en libre accès pour que les Tunisiens puissent la regarder) est ici (1). La chanson de La Fleur est là (2). Et la chronique de Didier Porte est ici
(3).