Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Le Parti Communiste libanais salue la victoire historique du peuple tunisien

16 Janvier 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #L'Internationale


dimanche 16 janvier 2011 , par الحزب الشيوعي اللبناني

 

La direction et les militants du Parti Communiste libanais saluent les actes héroïques enregistrés par « l’Intifada des pauvres » du peuple tunisien et ses dirigeants, dont, en particulier, la gauche tunisienne, contre la dictature de la mort exercée par Zein Al-Abidin Ben Ali et ses proches.

« L’Intifada des pauvres » a réalisé, hier, une victoire historique en supprimant le régime familial qui perdurait, depuis 23 ans, et qui a transformé la Tunisie en une vaste prison, mais aussi en un pays où sévissaient la corruption, le recel des biens publics et la mainmise des gouverneurs sur les secteurs productifs.

Mais, le résultat le plus important de cette victoire reste sans aucun doute, en plus de la fin de la dictature et de la fuite de Ben Ali en Arabie Soudite, la portée arabe qu’elle revêt, tant par les forces qui sont à la base de sa réalisation, et en premier lieu les forces de gauche et la Fédération générale des syndicats ouvriers, que par le programme et les mots d’ordre que le mouvement avait adoptés et poursuivis jusqu’à la victoire finale.

Cette portée nous pousse à affirmer que l’influence de ce qui s’est passé en Tunisie le 14 janvier 2011 sera marquante pour tous les peuples arabes. Nous pouvons méme affirmer que ce 14 janvier constituera le point de départ d’un nouveau mouvement populaire dont les prémices se font sentir, non seulement en Tunisie, mais aussi en Algérie, en Egypte, en Palestine, au Liban, en Jordanie et au Kuweit. Un mouvement qui s’élargit, prônant les deux slogans de la Résistance contre les projets politiques impérialistes et israéliens et ceui du changement démocratique.

Le Parti Communiste libanais, tout en s’inclinant devant les martyrs de « l’Intifada des pauvres », appelle à préserver la grande victoire réalisée grâce aux sacrifices du peuple tunisien et à aller de l’avant contre les forces de l’ancien régime qui tenteront de la faire avorter. Il appelle aussi les forces de la gauche et de la démocratie à poursuivre la voie jusqu’à la construction d’un nouveau régime basé sur la démocratie, le progrès social et l’égalité.

(Beyrouth, le 16 janvier 2011)
Le Bureau politique du Parti Communiste libanais

 

Djamal Benmerad
Journaliste, écrivain
Bruxelles
Portable: 00 32 (0) 471 30 11 01
http://barricades.over-blog.com
/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G


Article d'Indépendance des Chercheurs  :


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/01/16/le-fmi-et-la-tunisie.html

Le FMI et la Tunisie


Le 16 janvier, le Journal du Dimanche diffuse entre autres une
interview de l'ancien chef d'état-major de François Mitterrand et ancien chef d'état-major des armées françaises, Jacques Lanxade, à propos de la Tunisie où Lanxade avait été ambassadeur. Pour
l'amiral Jacques Lanxade, « cette révolution était inéluctable » et « peut avoir de grandes répercussions dans le monde arabe », mais « depuis des années, les autorités
françaises n’ont pas agi convenablement avec la Tunisie ». Lanxade souligne le « discrédit » généré par cette attitude des dirigeants français. Ces derniers sont-ils les seuls à
pouvoir encourir une telle critique ? Le 16 janvier également, dans sa « Petite revue du web », Le Post présente un lien avec une vidéo intitulée « DSK vante la Tunisie de Ben Ali ! » contenant des
déclarations du président du Fonds Monétaire International (FMI), Dominique Strauss-Kahn. Lequel, de visite en
Tunisie il y a un peu plus de deux ans (novembre 2008), a déclaré entre autres : « la politique économique adoptée ici est une politique saine et constitue le meilleur modèle à suivre pour de
nombreux pays émergents ». Pourtant, Wikipédia précise que la « Révolution de jasmin » a
été une conséquence directe des conditions économiques difficiles pour la population générées par cette politique économique prétendument « exemplaire », et de la nature même du régime politique
imposé par Zine el-Abidine Ben Ali. De toute évidence, la perception du monde et de la société de la part des « élites » politiques et « gestionnaires » paraît très éloignée des réalités
concrètes vécues par la grande majorité des citoyens. Pas seulement en Tunisie, mais aussi par exemple dans des pays européens placées dans le colimateur du FMI et de l'Union Européenne. Les
événéments récents de la Tunisie seraient-ils un signe précurseur ? Dans une deuxième interview, publiée par Le Parisien avec le titre « L'amiral Lanxade : "C’est l’armée qui a lâché
Ben Ali" », Jacques Lanxade souligne le « véritable mouvement de fond de la population tunisienne ». Mais dans ce cas, comment interpréter la montée de l'abstention électorale dans des pays européens
soumis à la même politique ?


[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/01/16/le-fmi-et-la-tunisie.html ]


Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia



Répondre