Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Le Front de Gauche dans le 17 n'est pas le même que dans le 75 (ou le 69)

6 Mai 2010 , Rédigé par Réveil Communiste

Vu sur "Faire vivre le PCF" : lepcf.fr : faire vivre et renforcer le PCF
Remarque de GQ : l'expérience des communistes du 17 montre bien que le "front de Gauche" peut avoir des significations très diverses. Ici, il s'agit d'une stratégie qui localement permet de s'affranchir de la tutelle du PS, et qui provoque la rage et le sabotage de l'appareil liquidateur du PCF local (huiste).
Editorial de CommunisteS N°22.
lundi 3 mai 2010
par Nicolas Cossange
popularité : 31%


Au lendemain du 2ème tour des élections régionales, la droite est en déroute, sévèrement désavouée par le suffrage universel. Si un besoin impératif doit être fait sur le bilan de la lisibilité du parti communiste dans le front de gauche, une situation politique nouvelle se dessine avec l’ancrage de ce dernier. Elle dévoile des potentialités révolutionnaires dans les soubassements de la société française.

Compte-tenu du contexte politique caractérisé par une abstention massive des catégories populaires, la remontée du vote de l’extrême droite, la tentation du vote utile au profit des présidents socialistes sortants, le front de gauche aurait pu disparaître. Au contraire, il progresse sur les élections européennes et s’impose dans le paysage politique mettant en échec les recompositions en cours visant la construction d’une nébuleuse socialo-centriste et écologiste pour en finir avec toute perspective de transformation de la société.

Le désaveu cinglant à l’encontre du NPA et de Lutte Ouvrière fait exploser les scénario d’une extrême-gauche chargée de jouer le rôle de soupape et d’exutoire au mécontentement populaire et conduisant cette colère dans l’impasse de l’impuissance. Quant à Europe- Ecologie, son leader – Daniel Cohn-Bendit – s’inscrit dans la perspective d’une recomposition avec le PS pour l’alternance au pouvoir. Le résultat du front de gauche est donc plus intéressant qu’il n’y parait et nous invite à raisonner avec justesse sur le plan politique au-delà des déconvenues et des espoirs. Le front de gauche a rassemblé l’électorat le plus politisé et le plus conscient quant aux enjeux de société et aux conditions de l’alternative. En Poitou-Charentes, la tendance nationale se confirme malgré trois handicaps majeurs : l’influence de la présidente sortante, ses stratégies d’alliance avec le Modem dès le 1er tour et le retrait de la fédération PCF de Charente- Maritime du front de gauche, à 3 jours du dépôt des listes. Que s’est-il passé en Charente-Maritime, seul département qui perd en voix et en pourcentage ?

Les faits et les témoignages sont incontestables concernant la responsabilité des dirigeants de Charente-Maritime dans l’échec du front de gauche. Ils démontrent la réalité d’une campagne acharnée et haineuse par internet qui s’est caractérisée par la distribution de séries de tracts dénigrant les candidats communistes, par des opérations provocatrices dans les réunions publiques comme à Jonzac pour empêcher tout débat de fond en passant par les appels téléphoniques en direction des adhérents charentais maritimes pour les inciter à voter Ségolène Royal au 1er tour ou par le courrier adressé aux communistes des trois autres départements, au mépris de la souveraineté des directions fédérales concernées et de la démocratie. Le résultat du front de gauche en Charente-Maritime n’en est que plus remarquable avec des progressions en voix et en pourcentage dans les cantons et quartiers populaires où les candidats communistes ont bénéficié d’une présence militante enthousiaste. Ces résultats méritent une étude attentive car ils ouvrent une réelle possibilité de rassemblement pour les luttes à venir. Les communistes de Charente-Maritime relèveront le défi à n’en pas douter, car toute méthode autoritaire est vouée à l’échec. Ils ont su le faire dans leur diversité pendant la campagne des régionales et ils le feront pour faire vivre et renforcer le parti.

Merci aux candidats et aux adhérents communistes du département qui ont permis de constituer la liste du front de gauche. De ce fait, le libre choix des communistes Picto-Charentais a ainsi été respecté et a fait triompher la démocratie.

Le Collectif CommunisteS PCF 17.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

sam 82 07/05/2010 17:48



la fédération du tarn et garonne au travers de ses dirigeants a été a l'avant garde du soutien a la mutation . rien d'étonnant qu'aujourd'hui elle se serve du FDG pour accélérer la disparition de
l'identité communiste . c'est aussi scandaleux . sam 82 .   



Eric RUIZ 07/05/2010 07:57



Texte intéressant qui prouve que ce n'est pas l'outil Front de Gauche qui et un problème mais la main de celui qui utilise cet outil.


Encore aujourd'hui, des différences subsistent dans l'après élections : en Haute-Normandie, chacun a repris son indépendance même si les élus régionaux travaillent ensembles ; par contre, dans
d'autres départements (Tarn-et-Garonne notamment ?), les campagnes sur les retraites se font en commun sous l'étiquette FdG.


C'est un peu le souci d'un outil, d'une stratégie qui reste floue et sans visée nationale.


Par contre, ce qui se passe en CHarente Maritime est proprement scandaleux. Du tonneau des Gayssot et compagnies. Mais, pour eux, pas d'exclusions !