Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Laurent Dycha (PCF Gers) fait son rapport de congrès

7 Juillet 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

Mes chers Camarades,



J'utiliserai l'ironie pour marquer l'opposition entre ce que j'aurai aimé vivre et ce que j'ai vécu. N'y voyez pas de condamnation, cela serait bien mal venu de la part de quelqu'un qui pense avoir la conscience que nous n'apprenons que de nos erreurs, juste des faits et des constats sans aucun jugement.


Ce 35ème congrès à été fait dans les règles de l'art puisque les statuts ont été parfaitement respectés. Plutôt que de s'être réuni au CNIT de la défense, cette dépense coûteuse à été évitée puisque nous nous sommes rassemblé dans un bastion communiste, un grand gymnase à été louée pour très peu et préparé à l'avance pour les congressistes.

Nous sommes arrivés vers midi et l'accueil était très chaleureux puisque nous avons commencé par un « repas de l'ouverture », préparé par des camarades restaurateurs qui pour l'occasion ont travaillé quasiment à prix coûtant. Cela était une excellente idée qui à rassemblé dans la salle et ses abords les Camarades venus discutés des avancés du parti. C'est un moment important un congrès pour permettre d'échanger entre nous, une occasion de se voir malgré les distances qui séparent et tout a été fait en ce sens.

Nul besoin donc pour nous de courir à la recherche d'un petit sandwich au prix prohibitif dans les galeries de la défense.

La première journée était une petite journée, ceci s'expliquant par la compréhension des organisateurs sur le fait que les congressistes venus de loin étaient fatigués du voyage et qu'il fallait leur laisser le temps de se reposer. Nous avons donc commencé les débats avec bon humeur et entrain, chacun étant venu avec une analyse très constructive sur le front de gauche.

Nous avons ainsi pu commencer à débattre des points positifs et négatifs sur cette stratégie afin de l'améliorer encore.

Cette première journée s'est terminé dans une ambiance Ferra accompagné d'un repas en son honneur. Certes certains camarades, comme ma camarade et moi avons quitté la fête avant la fin, mais nous étions fatigué du voyage et partir avant la fin de la fête est bien entendu moins grave que de partir avant la fin des débats.

Le lendemain, nous nous sommes retrouvés autour d'un petit déjeuner de « la révolution socialiste ». Cela nous a mis dans le bain pour continuer les débats sur le rassemblement autour de cette idée.

Le texte d'analyse du front de gauche ayant été préparé largement à l'avance, amendé autour des débats de sections et filtré lors des conseils de fédération pour éliminer les doublons, nous avons vraiment pu faire un travail de qualité. Il n'y eut donc nul besoin de demander le report du congrès à une date ultérieur par certaines fédérations ni besoin de texte alternatif dont beaucoup n'ont pas eut connaissance.

Ainsi, il n'est pas apparunécessaire à plusieurs délégués, sous l'égide de Daniel Cirera, de déposer une contribution alternative pour demander une analyse critique des résultats du Front de gauche et une discussion approfondie sur la stratégie. Cette contribution n'a pas eut besoin d'être votée à « vote secret » ni recueillir plus d'une centaine de voix (http://reveilcommuniste.over-blog.fr/article-compte-rendu-du-congres-du-pcf-par-caroline-andreani-52714416.html).

IL n'y a pas eut non plus une contribution distribuée le matin même sur laquelle les délégués ont dû réfléchir à la va-vite, prendre des décisions sans en avoir discuté avec leur fédération et leur section et donc, aucun amendement n'ont été balayé d'un revers de manche sans vote dans l'après midi qui à suivi ce « repas de la solidarité » où nous avons pu continuer à débattre et affiner nos points de vue.

Disons le, malgré le succès de cette méthode de rassemblement actée par le fait que nous ayons deux fois plus d'élus communistes dans les régions qu'avant, notre direction a préféré écouter les débats pour améliorer encore plus l'action politique plutôt que de réunir les partenaire du front de gauche avant le congrès. De ce fait, Pierre Laurent n'a pas eut à intervenir et expliquer les propositions faites aux acteurs du front de gauche ni les positions prises.

Je n'ai pas eu non plus besoin de d'interpeller Pierre Laurent pour lui demander un entretien, il n'a pas eut besoin de me dire « j'arrive » comme à d'autres d'ailleurs, pour ne jamais venir. il est venu me voir naturellement, il savait que j'avais un questionnement important par rapport à une formation politique rassemblant plusieurs milliers de personnes, formation qui monte doucement, qui aimerait s'inscrire dans le rassemblement du front de gauche et dont je connais personnellement celui qui est à son initiative.

Après avoir pris un pause devant un « buffet de la solidarité » nous avons repris nos débats et heureux d'avoir des pistes sérieuses pour travailler correctement avec nos partenaires du front de gauche, nous sommes rentrés un peu fatigué mais plein d'espoir.

Le lendemain matin, nous avons continuer les débats sur la transformation du parti. Sujet brûlant au départ, les délégués n'ont pas eut à prendre beaucoup la parole, les contributions dans les sections ayant mis déjà une ligne de conduite.

Ainsi, Jacky Henin n'a pas eut besoin de jouer les « troubles-fête » selon sa propre expression, pour rappeller en citant Marx le devoir politique que nous avions. (http://www.dailymotion.com/video/xdqvy9_intervention-de-jacky-henin-35eme-c_news#from=embed?start=1)

Nous avons voté pour pour élire Pierre Laurent, nous avons écouté son discours sur la révolution socialiste, sur le communisme et nous nous sommes quitté après un repas pris certes, tôt, mais il fallait penser aux délégations ayant obligation à partir rapidement.


Les trois points positifs que je retiens, c'est l'envie de former tous les nouveaux adhérents dans les six mois, la meilleur utilisation d'internet comme relais et la nécessité de nationaliser les banques sans pour autant qu'il ait été évoqué la remise en question de la création monétaire.


Bref, je vais continuer tranquillement la mise en place du système coopératif, je me mets en mode « pause » et plus précisément en état d'observateur concernant le parti et je verrai, nous verrons bien où tout cela nous mènera.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 07/07/2010 21:51



Il est tout à fait anormal qu'il n'y ait eu aucun effort d'accueil et de restauration. Sauf à reconnaître que ce pseudo congrès était inutile.