Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

La main droite de Dieu : enquête sur François Mitterrand et l’extrême droite

15 Octobre 2013 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Qu'est-ce que la "gauche"

 

Bonne feuilles d’un ouvrage sur la résistible ascension du ’f-haine’- Emmanuel Faux, Thomas Legrand, Gilles Perez.

Chapitre I : La politique du Front fort

Sous chapitre 1 : L’ombre de l’Élysée

Au début du premier septennat, un "ami commun" de Jean-Marie Le Pen et de François de Grossouvre met en contact le leader d’extrême droite et le conseiller du président de la République. C’est François de Grossouvre qui est demandeur.

Bien sûr, j’ai accepté, c’était un vrai patriote, explique aujourd’hui Le Pen. On a parlé de la France, de problèmes de politique étrangère, du Maroc, du Liban. Je l’ai rencontré deux fois dans la décennie. Quelque temps avant sa mort, notre ami commun m’avait dit qu’il souhaitait me revoir, et puis ça ne s’est pas fait, il y avait la campagne pour les européennes, on se dit qu’on aurait le temps de le voir après. Aujourd’hui, je le regrette.

Mais François de Grossouvre n’est pas le seul dans l’entourage élyséen à connaître le chef de l’extrême droite française.

L’unité nationale, ce n’est pas l’uniformité, c’est le pluralisme des opinions, le choc des idées.

Ce 8 mai 1982, Jean-Marie Le Pen écoute le discours que François Mitterrand prononce à Orléans. Il décide de saisir la balle au bond. Le Front national n’en finit pas de végéter : 0,2 % des voix aux élections législatives de juin 1981 et pas mieux aux cantonales de mars 1982.

Conséquence : aucune chaîne de télévision n’a pris la peine de se déplacer pour le congrès du FN qui vient de s’achever en cette fête de Jeanne d’Arc. Jean Marie Le Pen n’apprécie pas cette absence. Et il le fait savoir en écrivant à l’Élysée. L’appel présidentiel au respect du pluralisme vient à point nommé. lire la suite ici

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article