Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

L'Huma (3 février 2012) : L’ONU prête à la guerre en Syrie ?

4 Février 2012 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Impérialisme

On dirait que la ligne change ...merci à JMP d'avoir signalé cet article

 

Le Conseil de sécurité examine un projet 
de résolution s’inspirant 
du plan 
de la Ligue arabe, mais n’exclut pas une intervention militaire.

On pensait le scénario libyen éculé, mais voilà que les plats repassent à l’ONU. Sous un prétexte humanitaire, une fois de plus, le trio infernal se met en place : Hillary Clinton pour les États-Unis, Alain Juppé pour la France et William Hague pour la Grande-Bretagne. Déjà complices de la guerre en Libye, les voilà qui redonnent de la voix et se distribuent les rôles. La résolution a été préparée par la France et la Grande-Bretagne, avec l’appui de l’inévitable Qatar (pays qui accueille sur son sol les plus importantes bases militaires navales américaines) et du Maroc – voilà pour la caution arabe – ainsi que des États-Unis, de l’Allemagne et du Portugal.

 La création d’un  gouvernement d’union

Le texte, officiellement présenté pour « mettre fin aux massacres », s’inspire du plan de sortie de crise de la Ligue arabe en appelant à la mise à l’écart de Bachar Al Assad et à la création d’un gouvernement d’union. C’est la façade dans un « timing » irréprochable puisque le tout est « vendu » à l’opinion publique internationale via les grands médias. Avec un oubli de taille : le texte ajoute que le Conseil de sécurité pourrait prendre des mesures supplémentaires, évidemment non spécifiées, si Damas n’accepte pas ses conditions. C’est bien l’ombre d’une nouvelle intervention militaire qui plane sur la Syrie et donc sur la région. À juste titre, Moscou a estimé, par la voix de son vice-ministre des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, que le texte conduirait la Syrie « sur le chemin de la guerre civile ».

Si le Conseil national syrien (CNS), dominé par les Frères musulmans, est en totale osmose avec les Occidentaux et les pays du Golfe, ce n’est pas le cas du Comité national de coordination pour le changement démocratique (CNCD), qui, par la voix de son représentant à l’étranger, Haytham Manna, estime qu’il faut travailler à une solution sans écarter personne. « Nous avons des contacts avec les capitales occidentales mais aussi avec l’Inde, l’Afrique du Sud, le Venezuela, et nous nous rendrons à Moscou et à Pékin dans les prochains jours », a-t-il déclaré à l’Humanité dans un entretien qui sera publié demain.

 Protéger la population syrienne

Évoquant la nouvelle résolution, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a résumé mardi la position de Moscou. « Si l’opposition (syrienne) refuse de s’asseoir à une table de négociations avec le régime, quelle sera l’alternative ? Des bombardements ? On a déjà connu ça. Le Conseil de sécurité n’approuvera jamais cela », a-t-il averti. Une façon de dire que la Russie, échaudée par la résolution 1973 votée en mars sur la Libye, sur laquelle elle s’était abstenue et qui avait ouvert la voie à l’intervention militaire des Occidentaux contre le régime de Muammar Kadhafi, est prête à opposer son veto à toute tentative de ce genre.

La Russie estime que la démission du président 
Al Assad ne peut être une condition préalable à l’arrêt du bain de sang. Une telle décision de nature politique devrait faire l’objet de négociations, juge Moscou. Si les Occidentaux, comme ils le déclarent, veulent vraiment protéger la population syrienne, ils doivent chercher la meilleure solution. Celle-ci, qu’ils le veuillent ou non, passe plus par Moscou et Pékin que par Doha !

Pierre Barbancey

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Roquet 09/02/2012 09:37


L'article de Jacques Fath,responsable PCF de l'international,ne me semble en tout cas guère montrer un changement de ligne.Les premiers mots sont pour prendre pour argent comptant "le massacre de
260 personnes à Homs",c'est-à-dire une version des faits dont Pierre Barbancey disait dans son article de lundi que personne ne peut en apporter la confirmation tant leur origine par
AlArabiya,AlDjazira,par exemple,est douteuse.Jacques Fath présente l'opposition syrienne comme seulement "divisée sur la stratégie à adopter,sur l'opportunité de sa militarisation",comme s'il y
avait quoi que ce soit de commun entre le Comité National de Coordination et ses revendications démocratiques d'une part,et d'autre part le CNS sous la coupe des Frères musulmans et l'Armée
Syrienne Libre fournie en armements et en combattants par le Qatar et la Turquie.Quand Jacques Fath demande qu'on écoute et soutienne toute l'opposition "et non en privilégiant une partie d'entre
elle au risque de favoriser les islamistes",cela peut paraître raisonnable,mais est-ce bien une attitude communiste de demander,en somme,qu'on continue à écouter et soutenir aussi cette partie de
l'opposition la plus réactionnaire déjà engagée dans des opérations de guerre ? Ne devrait-il pas y avoir de la part des communistes un soutien clair et exclusif à l'opposition démocratique ?
Quand Jacques Fath demande des "sanctions ciblées" contre les dirigeants syriens,quelle sorte de sanctions veut-il ? Pour la Libye aussi,la sanction de la "zone d'exclusion" était "ciblée" contre
Kadhafi. Et à qui Jacques Fath peut-il donc demander d'appliquer des sanctions,à qui sinon les Américains,leurs larbins de l'Union Européenne, l'OTAN....? Peut-être n'aurait-il pas été inutile
que le responsable PCF de l'international éclaire d'un peu plus haut l'affaire syrienne par la stratégie de l'impérialisme sur toute la région,avec ses objectifs d'agression de l'Iran.Il est vrai
que le mot "impérialisme" ne figure plus dans le vocabulaire du PCF,ni de "l'Humanité". Je continuerai donc à porter plus d'attention aux articles de Pierre Barbancey qu'aux échos de la
médiatisation dominante par le canal du PCF. Roquet 

JMP 08/02/2012 13:37


En tous les cas, dans le supplément communistes de ce jour dans l'Huma, l'article du responsable PCF de l'international, JF, sur la Syrie et l'ONU et la position des uns et des autres est ENFIN
quelque chose qui tient la route et qui n'est pas indigne d'un parti communiste ! Seul bémol effectivement / à la remarque précédente : nulle part on ne mentionne la postion du parti frère de
Syrie.

Roquet 05/02/2012 09:23


Changement de ligne ? Hum...Il s'agit en l'occurence d'articles d'un journaliste et grand reporter digne de ce nom,lucide et honnête. J'avais eu personnellement l'attention attirée pendant la
guerre de Libye par un reportage de Pierre Barbancey à Benghazi,où la lecture entre les lignes (prudence compréhensible) faisait apparaître la vraie nature des "révolutionnaires" de Cyrénaïque.
Je retrouve en effet le même souci d'une information honnête dans ce qu'écrit Barbancey de la Syrie, avec de la compétence et des sources autres qu'impérialistes. Ce qui fait qu'il n'est guère de
"ligne" qui puisse le contredire. Quant à celle du PCF, quelle est-elle, qu'en sait-on en dehors de la scandaleuse déclaration de Pierre Laurent après la mort du journaliste de France2 à Homs ?
L'Humanité a-t-elle jamais parlé de l'existence du Parti communiste syrien et de ses analyses ? Fraternellement, Roquet