Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

L'Algérie aujourd'hui : débat à Béziers

4 Octobre 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Initatives et rendez-vous

 

L’Algérie aujourd’hui



C’était le sujet du premier repas à thème de l’année 2010 / 2011 du cercle populaire Joseph Lazare. L’organisation en avait été confiée à l’association France Algérie. Une quarantaine de personnes a écouté avec intérêt l’exposé qu’a fait Bachir Dahac, un responsable de Coup de Soleil qu’a présenté Raymond Cubells.

Pour le conférencier plusieurs données caractérisent la situation actuelle de son pays : l’état de siège, reconduit depuis 1993 sans qu’aucune instance se soit prononcée à ce sujet, la modification à la sauvette de la constitution algérienne qui a permis au président Bouteflika d’effectuer un troisième mandant, la corruption généralisée qui affecte tous les rouages de la société.

L’état de siège c’est évidemment le manque de libertés : libertés publiques, libertés individuelles… Et ce dans un contexte où on assiste à une tentative de faire passer dans le domaine privé ce qui est resté jusqu’ici propriété de la nation. C’est notamment le cas dans le secteur du pétrole et du gaz, principale source de revenus pour l’Etat Algérien. C’est la rente pétrolière qui contribue au développement et à une certaine paix sociale.

Le conférencier a décrit les cercles opaques qui entourent Bouteflika. Ce ne sont pas seulement les militaires qui sont influents à ce niveau, des hommes d’affaires se sont introduits, cependant que le président de la République algérienne pratique le népotisme, avec parents, amis, Algériens originaires de la même région que lui.

La chasse aux opposants est organisée, avec en particulier les militants de la LDH dont un responsable a été mis en prison le jour même où était élargi un intégriste du FIS, coupable de crimes.

A ce propos Bachir Dahac rend compte de l’opinion majoritaire en Algérie. Si les Algériens sont d’accord avec la politique de réconciliation affichée par le pouvoir, la question de l’amnistie pour les criminels qui ont agi pendant la période des années noires n’est pas acceptée par l’opinion publique.

Il y aura à ce propos un long développement sur les concessions faites aux islamistes et ceci déjà du temps de Boumediene. L’exemple le plus douloureux est sans doute le code de la famille.

Aujourd’hui, faisant diversion aux problèmes d’accaparement des richesses nationales par quelques privilégiés, on a pu voir ceux qui ne respectent pas le ramadan poursuivis par les autorités.

Pour autant Bachir Dahac ne considère pas qu’il y a en Algérie une assise populaire pour l’intégrisme. Chez les sunnites il n’y a pas de clergé comme chez les chiites. Rien de comparable avec ce qui existe en Iran où un clergé puissant joue un rôle décisif.

Il y a en Algérie une situation différente de celle de ses voisins marocains ou tunisiens. Il n’y avait pas lors de l’indépendance une bourgeoisie autochtone ayant une place importante dans l’économie. Les biens des Européens sont devenus biens nationaux et l’Algérie avait fait le choix d’une voie socialiste pour son développement.

A l’image de ce qui s’est passé en URSS on assiste aujourd’hui à une tentative du capitalisme de reprendre la main. Les compagnies étrangères jouent des coudes pour être les mieux placées dans la compétition. Liés à certains d’elles, des dirigeants du pays peuvent distiller des haines qui conduisent par exemple à la tentative de mise à l’écart de la France en raison de son passé colonial. Pour Bachir Dahac les députés qui ont signé un appel à la repentance ont peut-être d’autres motivations que celles affichées !

Evidemment ce à quoi on assiste provoque des résistances. La classe ouvrière et leurs syndicats d’une part, la LDH d’une autre, ne restent pas inactive. L’orateur a souligné par ailleurs la détermination des femmes dans l’action pour plus de liberté et de meilleures conditions de vie.

Beaucoup d’attention donc dans l’auditoire pour cette présentation de l’Algérie d’aujourd’hui.

Une présentation suivie du traditionnel repas mais, moins traditionnel et très apprécié, le couscous préparé par Aïcha ainsi que les pâtisseries orientales et le thé à la menthe. A noter aussi qu’on a eu droit à l’internationale en arabe et à Riu-Chiu-Chiu (mais là c’était en occitan !) C’est toujours la convivialité qui prévaut dans les repas à thème du cercle populaire Joseph Lazare !



Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article