Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

JL Cailloux proteste contre la tribune de Mazauric dans l'Huma

20 Décembre 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Élections

Pour info (je ne suis pas d'accord sur tout, en particulier sur le procès en populisme fait à Mélenchon, notre parti gagnerait à être un peu plus "populiste" ou en tout cas un peu moins prout prout ma chère) GQ

 

C’est avec un sentiment de malaise que j’ai terminé la lecture de la tribune de Claude Mazauric dans l’humanité de vendredi 17 décembre 2010, tribune qui marque son désaccord avec l’appel collectif  « 2012 pour un rassemblement sans effacement du PCF. »
 
C Mazauric fonde ce désaccord sur un contenu de l’appel qu’il accuse de viser à discréditer la candidature de Jean Luc Mélenchon.
Il affirme que l’appel à « l’évocation de la candidature possible de Mélenchon donne lieu à un véritable florilège de qualificatifs relatifs à sa personne et à son action qui dégoûteraient de voter pour lui n’importe quel militant lucide ou électeur averti : « intronisé par les médias », porteur d’un « gauchissement du discours » reflétant une « gauchissement démagogique » des propositions, partisan d’un « ciblage clientéliste » assorti de « gesticulation », accusé de vouloir « récupérer de façon démagogique pour la pervertir de façon réactionnaire, l’idée de réforme du système monétaire mondial », Mélenchon atteindrait finalement le comble de l’indignité en s’abandonnant au « populisme ».

Frottez vous les yeux et relisez l’appel. Vous n’y trouverez  aucun de ces qualificatifs à propose de JL Mélenchon en dehors de l’intronisation dans les médias (1), et pour cause : ces qualificatifs s’adressent tous soit au PS, soit à Sarkozy !   
 
Le texte dit en effet
« Ce serait là se contenter d'en rajouter un peu dans le gauchissement du discours au gauchissement démagogique engagé par le PS
Cela ne ferait guère le poids face à Sarkozy qui va redoubler de démagogie, de populisme, de ciblage clientéliste, comme à propos de la dépendance, et de gesticulation au plan mondial avec la présidence française du G-20. Rivalisant avec DSK sur les problèmes financiers internationaux, il va tenter de récupérer de façon démagogique, pour la pervertir de façon réactionnaire, l'idée de réforme du système monétaire mondial. Quel gâchis de nos apports si le Front de gauche ne porte pas dans la campagne de l'élection présidentielle l'idée d'une monnaie commune mondiale, née dans les rangs du PCF, à l'opposé de la domination du dollar! »
 
Comment un historien habitué à l’étude des textes peut-il produire une telle trahison de l’un d’entres eux ?
Oubli de ses lunettes? Ou calomnie volontaire dont il pense qu’il en restera quelques choses à la lumière du texte de Beaumarchais,  « l’éloge de la calomnie » dans le barbier de Séville? Travail de commande ?


En tout cas cela discrédite totalement le reste du texte et notamment sa défense du populisme (2) qui vise en fait à instaurer un Tabou sur toute opinion concernant le sujet « Mélenchon ». Enfin C Mazauric évacue le contenu à construire en bas et réduit la chose à des accords électoraux de sommet.
 
Pour terminer revenons au texte de l’appel : Il affirme d’entrée à propos de Mélenchon «
Nous voulons partager le plus possible avec lui, comme avec d'autres d'ailleurs ».

Il précise qu’il «  n’est pas basé sur l’idée d’une candidature pur sucre mais sur une candidature capable de porter des idées de transformation sociale : “Le Front de gauche a besoin d'un candidat capable de porter un contenu ample et aiguisé d'options en liaison avec les luttes populaires. Il lui faut un candidat ancré dans les aspirations du peuple, de démocratie citoyenne, qui vise au rassemblement le plus large pour changer la donne à gauche, afin de battre la droite et Sarkozy en faveur d'une politique vraiment nouvelle.” Ce candidat ne doit pas être forcément communiste, mais pourquoi devrait-il systématiquement ne pas l’être? Et A Chassaigne, qui est le seul autre candidat, nous offre avec courage une opportunité.
 
Jean Louis Cailloux
 
(1) Mais le fait est attesté par Mélenchon lui-même qui dans une rencontre avec les « communistes unitaires » de P.Braouzec  affirmait qu’il « n’envisage pas pour l’instant l’hypothèse que le PCF ne se prononce pas pour la candidature de JLM. Il pense pouvoir créer une dynamique irréversible, contourner l’enfer des discussions d’appareil en s’adressant directement au peuple, notamment à travers les médias. »

(2) C’est pourtant Pierre Laurent, secrétaire national du PCF lui-même qui affirmait début novembre, avant  la réunion du gymnase Japy, à propos de Jean-Luc Mélenchon  qu"on ne peut pas mener une campagne sur le thème du populisme alors que le président du Parti de gauche s'est fait remarquer ces dernières semaines par des déclarations fracassantes. <http://www.lexpress.fr/actualite/politique/derriere-les-mots-de-jean-luc-melenchon_934098.html>  
"Le populisme ne peut pas être l'orientation du Front de gauche <http://www.lexpress.fr/actualite/politique/bonjour-c-est-le-front-de-gauche_761960.html> " qui doit rester une "construction populaire et citoyenne qui parie sur l'intelligence".

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

el diablo 21/12/2010 07:47



Orange et vert :étonnant non ?




GQ 21/12/2010 01:17



Exact son site était orange et vert.



el diablo 20/12/2010 22:23



Attention: ce qui compte d'abord c'est le programme que porte le candidat. Or sur la question de l'UE (déterminante) Mélenchon est largement plus pertinent que Chassaigne, qui , et c'est sans
doute anecdotique, ne fait même pas figurer le sigle et/ou le nom de son parti sur ses affiches électorales (cf. Législatives 2007)



GQ 20/12/2010 17:55



Mélenchon est mort, il est parti trop tôt. Mais Chassaigne doit se radicaliser s'il veut faire plus que 2%.



Daniel Sario 20/12/2010 15:26



Ton sentiment de malaise serait total si tu avais participé, comme moi, à la soirée du 90e anniversaire du PCF à Montpellier, la veille de cette parution dans l'Huma. Le débat présenté par Claude
Mazauric et Jacques Bonnet qui se promettait d'être riche ne fut jamais autorisé sur une base d' égalité et se cantonna à un jeu de questions-réponses où la tribune avait bien entendu la part
belle pour expliquer que l'avenir du PCF dépendait de sa faculté à porter le front de gauche. Mais le comble survint à la fin de de ce pseudo-débat quand Claude Mazauric conclut sur un appel très
enflammé à porter la candidature de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles.