Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Jacques Nikonoff n'est pas d'accord avec la base commune du CN

12 Décembre 2012 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

DÉSACCORDS AVEC LE TEXTE
SOUMIS AU CONGRÈS DU PCF

Chronique de Jacques Nikonoff
M'PEP

Relayé par la Gauche Communiste

5 décembre 2012
Jacques Nikonoff est porte-parole du M’PEP et ancien membre du collège exécutif du PCF, ex-président d’Attac. Derniers ouvrages publiés :
  • « Sortons de l’euro ! Restituer au peuple la souveraineté monétaire » (Mille et une nuits, 2011).

  • « La confrontation. Argumentaire anti-FN » (Le Temps des Cerises, 2012).

Le Parti communiste français (PCF) tiendra son 36e congrès du 7 au 10 février 2013 à Aubervilliers (93). Pour le préparer, un « Projet de base commune » a été adopté et diffusé par le Conseil national du PCF des 13 et 14 octobre 2012. Ce projet de texte n’apporte rien de nouveau et ne fait que reprendre pour la énième fois, dans une forme différente, ce qui est écrit dans les textes de congrès du PCF depuis maintenant des années. Tout l’exercice consiste, sous une surprenante enflure verbale qui sert de rideau de fumée rhétorique, à masquer une stratégie inavouable qu’il faut camoufler par tous les moyens : celle de la satellisation du PCF par le PS.

Il y aurait beaucoup à dire sur l’effondrement théorique, idéologique et politique du PCF dont témoigne le « Projet de base commune ». Mes désaccords, pour aller à essentiel, sont les suivants :

1.- Le PCF a une finalité imprécise

Le PCF ne se réclame pas, dans son texte préparatoire au congrès, du socialisme – et encore moins du communisme - qui ne figure pas comme sa finalité. À la place on trouve des expressions floues et jamais définies comme « changer le monde », « un nouveau monde », « rompre avec le capitalisme », « dépasser le capitalisme », « un mode de développement humain durable », « prendre le pouvoir aux marchés financiers et aux grands possédants ».

Toutes ces expressions ont une sonorité positive, mais ne disent strictement rien du projet concret qu’elles sont censées illustrer. Surtout, elles évitent soigneusement la référence au socialisme dont le terme est absent du texte. Or le socialisme est le système politique et économique proposé par la gauche depuis le XIXe siècle pour remplacer le capitalisme. C’est une des valeurs essentielles du mouvement ouvrier. On pourrait comprendre que les dirigeants communistes, craignant d’être assimilés aux partis « frères  » des pays du « socialisme réel », veuillent bannir ce mot. Si telle est leur raison, pourquoi ne le disent-ils pas clairement au lieu de faire de la contrebande en introduisant dans leurs textes des expressions qui n’ont ni queue ni tête ? S’ils ont d’autres raisons, qu’ils les donnent car il reste encore des citoyens qui se demandent pourquoi le PCF ne se fixe plus le socialisme pour horizon !

2.- Le rôle de la nation est gravement sous-estimé

Mon désaccord est total avec l’analyse de la « base commune » concernant la nation. Certes, le document du PCF affirme que « la nation est un lieu essentiel du faire peuple et de l’exercice de la démocratie ». Mais cette formulation, que l’on croît être dans la continuation de la position historique du PCF, qui mêlait le drapeau tricolore de la nation et le drapeau rouge du mouvement ouvrier, confirme les renoncements du PCF. Pour lui, la nation ne serait pas « le  » lieu essentiel du faire peuple et de l’exercice de la démocratie, mais simplement « un  » lieu. Parmi d’autres. Lesquels, d’ailleurs, puisqu’ils ne sont pas nommés ? Cette analyse heurte le bon sens. La nation, en effet, est le seul espace où le peuple peut exprimer sa souveraineté. Il n’y en a pas d’autre. On peut, certes, former des vœux pour que les peuples puissent manifester leur souveraineté à un autre échelon que celui de la nation. Ce pourrait être le cas, par exemple, de la zone euro, ou de l’UE 27, ou de l’Europe (49 pays). Et, pendant que nous y sommes, de l’échelon mondial.

Sauf qu’à l’échelon de la zone euro, de l’UE 27 ou de l’Europe, il n’existe actuellement aucun mécanisme institutionnel démocratique permettant aux peuples concernés d’exprimer leur souveraineté et de traduire cette expression en actes. Le « faire peuple » et « l’exercice de la démocratie » ne peuvent donc pas s’appliquer aux échelons de la zone euro, de l’UE 27 et de l’Europe. Et encore moins à l’échelon international. Le « faire peuple » et « l’exercice de la démocratie » s’appliqueraient-ils alors à des échelons infra-nationaux, par exemple les communes ? Certes, les luttes locales, les mécanismes institutionnels existants contribuent à la démocratie locale et au lien social. Mais en Aucun cas on ne peut parler de « faire peuple » car il s’agit toujours, par définition, à l’échelon local, de fractions du peuple et non du peuple tout entier qui ne peut faire jouer sa souveraineté qu’à l’échelon national.

Dès lors, l’indépendance de la nation, sa souveraineté, n’apparaissent nulle part comme une exigence majeure pour le PCF. Si le PCF considère que l’indépendance nationale n’est pas un sujet, qu’elle est une exigence dépassée, qu’il le dise clairement ! Qu’il argumente ! On comprend son silence, car une telle position est indéfendable. S’il est une leçon à retenir de la crise de l’euro, c’est celle de la nécessité absolue de la reconquête de l’indépendance nationale, qui ne fait que confirmer ce que la mondialisation néolibérale nous avait déjà enseigné.

Le PCF, malgré tout, livre enfin sa véritable analyse : « il est vain d’enfermer toute tentative de changement dans la seule nation ». On ne comprend pas très bien à qui s’adresse cette remarque, à part le Front national. Car à gauche, la tradition comme la doctrine est celle de l’internationalisme : toute lutte sociale, toute perspective politique nationale doit s’inscrire dans un cadre internationaliste. Faut-il pour autant, comme le texte du PCF y incite subrepticement, suspecter toute forme de lutte au niveau national ? D’autant que c’est à l’échelle nationale que des changements peuvent être obtenus plus rapidement qu’à l’échelle internationale ou européenne.

Du coup, la « base commune » emmène ceux qui croiront à son contenu dans une impasse qu’il est pourtant simple d’éviter. Il faut bien se frotter les yeux avant de lire la prose indigente suivante : « nous voulons agir dans le même temps aux plans local, national, européen et international pour gagner des changements à tous les niveaux qui se nourriront mutuellement ». Bien sûr, il est tout à fait logique et cohérent de lutter à tous les niveaux pour arracher tous les acquis qui peuvent l’être. Mais peut-on sérieusement placer sur le même plan les échelons local, national, européen, international ? Les sujets, de toute évidence, n’ont pas la même importance. Ceux qui sont évoqués lors des réunions de conseil municipal n’ont rien à voir avec ceux traités lors des sommets des chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne ou du G20. Dès lors, affirmer qu’il faut « gagner des changements à tous les niveaux » efface toute hiérarchie entre les sujets, interdit de fixer des priorités aux luttes puisque tout a le même poids. Cette façon de voir les choses est particulièrement stérile.

Personne ne devrait trouver à redire si on affirme que les changements pouvant être obtenus au plan local ne sont pas de même nature que ceux pouvant être obtenus au plan national ou international. Il est parfaitement possible d’obtenir de nombreux changements au plan local, par exemple dans une municipalité : taux modiques des transports en commun, accès facilité des enfants des classes populaires aux cantines scolaires… À l’échelle nationale, les luttes et les changements qu’elles permettront porteront sur d’autres sujets : la nationalisation des banques, la réduction du temps de travail, le redéveloppement des services publics et de la Sécurité sociale… Sans opposer le local au national, c’est quand même au niveau national qu’il est possible de rompre avec le capitalisme, pas au niveau local ! Voilà pourquoi il ne faut pas tout mettre sur le même plan et qu’il est nécessaire d’établir des priorités.

D’autant que s’ajoute la dimension du temps. Un changement local peut être obtenu plus rapidement qu’un changement national, et un changement national plus rapidement qu’un changement international. Des luttes locales sont plus faciles à organiser, les élections municipales permettent d’élire des équipes qui mettront en œuvre les changements.

Au niveau national, une majorité vraiment de gauche pourra voter, par exemple, une loi de justice fiscale, allégeant les contributions de ceux qui ont le moins, et alourdissant celles de ceux qui ont le plus. Au niveau de l’UE, la remise en cause des articles du traité de Lisbonne organisant la liberté de mouvement des capitaux, autre exemple, sera un véritable parcours du combattant. Car pour modifier les traités européens il faut l’accord unanime des Vingt-Sept. Le rapport des forces politiques montre sans ambigüité que l’adoption d’un nouvel article du traité de Lisbonne, organisant au contraire le contrôle des mouvements de capitaux, n’est pas pour demain.

On peut donc souhaiter que des changements se produisent à l’échelle de l’UE ou à l’échelle planétaire, mais ce sera long.

3.- L’Union européenne n’est pas analysée comme l’un des piliers de l’ordre néolibéral mondial

La position du PCF sur la question européenne est proprement tragique. Pour ce parti, qui avait joué un rôle essentiel dans la lutte contre « l’Europe des monopoles » au moment du Marché commun, puis en 1992 lors du référendum sur le traité de Maastricht et encore en 2005 pour le référendum sur le traité constitutionnel européen, l’effondrement est vertigineux. Aujourd’hui, le PCF pense que la « finalité même de la construction européenne doit être redéfinie ». Comme si cette « finalité  » avait été un jour conforme aux intérêts des peuples, qu’elle aurait ensuite dévié et qu’il faudrait la remettre sur les rails. Comme s’il était souhaitable et possible de « redéfinir  » le capitalisme à l’européenne ! Comme si cette « construction  » avait eu un jour le moindre objectif social ou démocratique !

Pour le PCF, « l’Europe doit devenir un grand projet humain ». Qu’est-ce que cela veut dire ? Quel est ce charabia ?

Est-ce aux communistes qu’il faut rappeler que le processus de « construction  » européenne a été initié par les États-Unis au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour faire pièce au communisme extérieur (l’URSS) et intérieur (essentiellement le PCF et le PCI) ? C’est un système mis en place par le capitalisme, pour le capitalisme, aucun socialisme n’est possible dans le cadre de ce système dont il faut s’émanciper. L’Union européenne est un des piliers de l’ordre néolibéral, au même titre que l’OTAN, le FMI, le Banque mondiale, l’OMC. C’est ce que refuse d’admettre la direction du PCF.

Celle-ci est alors conduite à faire des propositions invraisemblables comme « mettre fin à l’indépendance de la Banque centrale européenne qui doit être placée sous contrôle démocratique et citoyen ». C’est très bien de vouloir mettre fin à l’indépendance de la BCE, et sur ce point nous sommes d’accord. Mais la suite logique de cette prise de position est la reconquête de la souveraineté monétaire nationale. Car un gouvernement de gauche, en France ou ailleurs, aura besoin de la puissance de sa banque centrale nationale pour briser les marchés financiers et financer les investissements publics. Hélas, ce n’est pas du tout le chemin que prend le PCF. Ce dernier préfère le fédéralisme monétaire en parlant de « contrôle démocratique et citoyen » - une formule particulièrement creuse – à l’échelle de l’UE. Sans jamais préciser de que signifie concrètement ce « contrôle démocratique et citoyen ».

On atteint un sommet avec la position du PCF sur l’euro. Le parti qui avait fait campagne contre la monnaie unique au moment du traité de Maastricht a fait une conversion complète : « Là où des forces actent l’impuissance à changer l’Europe, prônant une dissolution de la zone euro qui renverrait d’une autre manière chaque peuple à la même guerre économique, nous pensons indispensable de lutter contre les divisions et les nationalistes ».

Répondons au PCF qu’il ne s’agit pas « d’impuissance  » à changer l’UE (et non à changer « l’Europe  », le PCF ne faisant manifestement pas la distinction entre le système politique qui rassemble 27 pays et qui s’appelle l’Union européenne, et le continent européen qui rassemble 49 pays). Il s’agit d’un choix politique de démanteler l’un des piliers de l’ordre néolibéral mondial dont la construction s’est faite sur des bases qui ne peuvent pas être améliorées de l’intérieur, sauf lorsque tous les pays de l’UE se donneront des majorités de gauche. La vraie !

Sur un autre plan, il est pathétique de voir le PCF reprendre les slogans anxiogènes déversés par les adorateurs de l’euro. Non, ce n’est pas parce que les pays de la zone euro retourneraient à leurs monnaies nationales qu’ils se mèneraient une « guerre économique ». Tenir un tel raisonnement, c’est ne rien comprendre aux effets destructeurs de l’euro. Car avec l’euro, par construction, c’est l’austérité, la pression sur les salaires, les délocalisations, le chômage de masse permanent. C’est pourquoi rien n’est plus urgent que de lutter pour la sortie de l’euro, c’est-à-dire la sortie de l’ordre monétaire néolibéral afin de respecter l’indépendance des nations et leur permettre de coopérer librement.

Quant à l’assimilation – l’insulte – faite par le PCF de la sortie de l’euro avec du nationalisme, elle est scandaleuse et inacceptable. Le PCF lui-même, pendant des années, était contre la monnaie unique. Il existe un très puissant courant de gauche favorable à la sortie de l’euro. D’autres forces veulent sortir de l’euro, sans être nationalistes pour autant. C’est le PCF qui divise en proférant de telles invectives !

4.- Le travail et l’emploi restent évoqués par le concept vide de la « sécurité d’emploi et de formation »

S’agissant du travail, « il faut le réorganiser et le repenser », estime le PCF. Et il a la solution : il faut un « système de sécurisation de l’emploi et de la formation pour éradiquer le chômage ». Sauf que ce slogan est asséné depuis une vingtaine d’années, sans que personne, au PCF, ne soit capable d’en dire plus. Et pour cause, car il s’agit d’un slogan courant d’air, rempli avec du vide.

5.- Tout ce qui concerne les relations avec le Parti socialiste est soigneusement évité

En lisant la « base commune » soumise au 36e congrès du PCF, on ne sait pas que le PCF fait partie de la majorité politique qui gouverne le pays, avec le PS. Si les communistes ont été consultés par référendum pour savoir s’ils devaient avoir des ministres avec François Hollande, ils ne l’ont pas été pour savoir s’ils devaient faire partie de la majorité politique avec le PS. Il n’est pas trop tard, ce serait un beau sujet de congrès que d’en débattre. La discussion serait éclairée par les dernières décisions gouvernementales : plan d’austérité, abandon de la sidérurgie, etc. Toutefois, le débat est apparemment interdit sur ces questions.

Parce qu’il ne faut pas trop froisser le « grand frère » socialiste, il faudra faire un accord avec lui aux municipales. L’objectif de la « base commune » est clairement l’alliance avec le PS : « aller vers des rassemblements les plus larges possibles à gauche, avec la volonté de faire échec aux appétits de la droite et de l’extrême droite ».

Au total, voter pour la « base commune » présentée au 36e congrès du PCF c’est voter pour la poursuite et l’accélération de la satellisation du PCF par le PS. C’est voter contre un socialisme du XXIe siècle, contre la nation, pour l’Union européenne et l’euro, pour l’inertie en matière de lutte contre le chômage, pour l’alliance privilégiée avec le PS. Le PCF a une occasion unique de se remettre sur les rails : voter contre le projet de loi de finances qui sera présenté au Parlement à la fin de l’année (pas s’abstenir, voter non !).


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G

QUEL AVENIR POUR LA ZONE EURO ? Par
le Mouvement politique d'émancipation populaire (M'PEP). Le 26 janvier 2013.

Le Cercle du Libre Examen de l'Université Libre de Bruxelles organisait le 30 novembre 2012 un débat sur le thème "Quel avenir pour la zone euro ?" Sont intervenus :



Jacques Nikonoff, ancien élève de l'ENA, ex-Attaché financier à New York, Professeur associé à l'Institut d'études
européennes de l'Université Paris 8, Porte-parole du M'PEP.




Jean-Christophe Defraigne, PhD in Economics (ULB), Professeur à l'ULC, l'IAG et les FUSL.




Henri Houben, Docteur en économie, Chercheur au GRESEA et à l'Institut d'études marxistes, Membre du secrétariat d'ATTAC
Bruxelles 1.



Pour accéder aux vidéos du débat, cliquez ci-dessous :



http://www.m-pep.org/spip.php?article3177




Dans RAGEMAG du 28 novembre, un entretien avec Jacques Nikonoff : « La lutte collective est une nécessité ». Pour accéder à l'article, cliquez ci-dessous :



http://www.m-pep.org/spip.php?article3185




RAGEMAG : un magazine à découvrir au : http://ragemag.fr/
Répondre
J

Sur le dilemme et l'éclairage, le choix du côté de la barricade (et dans la ligne de ce qu'explique Caroline Andréani) le dernier envoi de Bernard Trannoy de PCF Bassin d'Arcachon est éclairant :


 


PCF-PGE ou le PCF... finir la mutation ou en finir avec la mutation... un
résumé du sens du vote de ces 14 et 15 Décembre.



Les nouvelles cartes du PCF sont arrivées. Elles sont désormais les cartes
du « PCF-PGE » (c'est écrit dessus). Tout un symbole du choix proposé par le
conseil national avec le texte « allumez les étoiles » et ses références
européennes... choix qui conduisait Pierre Laurent à rester sourd aux appels
à la nationalisation des travailleurs de Florange dans son discours de Lille
ou sa lettre à François Hollande, avant que l'actualité ne l'oblige à courir
derrière Montebourg... (Rompre avec les symboles c’est rompre avec une
histoire, son histoire, c’est s’enfoncer à corps perdu dans l’autophobie,
c’est se condamner à ne plus être utile, c’est succomber aux charmes de la
lutte des places au lieu et place de la lutte des classes (je m’excuse pour
ce que certain considérerons comme un gros mot) c’est achever sa mue
social-démocrate c’est se préparer à une situation à l’italienne.
(disparition de fait de la gauche) C’est au travers des financements
européens du PGE être un des dispositifs d’intégration aux appareils de
domination du capital. Peut-être cela n’est-il que l’illustration d’un des
ouvrage d’Anicet Le Pors « Pendant la mue le serpent est aveugle » B.T)

Les communistes par leur vote peuvent remettre en débat un autre choix,
celui d'unir les communistes pour un PCF de combat, marxiste, populaire et
rassembleur... (Texte N°1)

En bref, le PCF-PGE ou le PCF... finir la mutation ou en finir avec la
mutation... un résumé du sens du vote de ces 14 et 15 Décembre.
Répondre
J

Sur la question de la Nation et de son importance comme cadre du combat révolutionnaire, une illustration dans l'Huma de ce VSD en dernière page rubrique c'est un scandale (au moment où
j'écris le 15/12/2012, ce n'est pas en ligne, mais le sera lundi 17/12/2012) .


Le titre : "Les experts pour un coup de massue sur le SMIC"


Sous l'illustration (et dans le texte plus développé) cette légende : "Auvergnat ou Poitevin, grâce à des "experts" éclairés, chacun aura son SMIC sur mesure"


 


Oui ! Comme le dit le PRCF depuis longtemps, tirant la sonnette d'alarme sur les fondements idéologiques du démembrement de la Nation, L'Europe du patronat et de ses sbires de Type UMPS ont cette
idée très simple de "donner" des interlocuteurs simplement régionaux (foin des Nations dont principalement la France) et donc de poids plus
faible,  à l'Europe fédéraliste.


Très concrètement, casse des conventions collectives nationales, mise en place de conventions régionalisées mettant en concurrence les régions infra les unes envers les autres (le SMIC en
Poitou-Charentes meilleur pour le patronat qu'en Bourgogne etc.)


Il faut donc s'interroger sur la stratégie déployée par le Parti et sa direction nationale sur la quintessence de la réplique à apporter à l'entreprise mortifère pour le
prolétariat de mettre sous le joug ce dernier dans le cadre européen :


 


- ou bien on peut prendre le pouvoir (lequel ?) et tenter d'infléchir la marche de l'Europe (identique et défini depuis 1957) pour le mettre sur les rails de l'Europe sociale...


 


- ou bien poser la question de la sortie de cette UE qui balise méthodiquement la casse du programme du CNR, des idées progressistes pour le seul avantage du Patronat. Le texte de l'Huma est
obligé de donner de la visibilité à cette dimension d'affaiblir et de diviser la Nation pour mieux régner sur des régions (pourquoi pas revenir aux provinces de l'Ancien Régime ?) alors même que
l'Huma, le Parti n'a pas, à ma connaissance donner le moindre commentaire sur
Répondre
J

Il y a du fond dans cette analyse de J. Nikonoff du M'PEP.


A noter sur le site du M'PEP la réponse tout aussi intéressante de Caroline Andréani et entre autres le rappel de l'évènement essentiel de la "déviation" du Parti avec la création de ce PGE de
malheur avec son pognon qui étouffe dans le très relatif confort qu'il engendre toute velléité proprement révolutionnaire.


 


Ses mots :


"A propos de l’Union européenne, le tournant a été pris avec l’adhésion du Pcf au Parti de la gauche européenne. Au départ, cette adhésion a été présentée aux militants comme le moyen
d’obtenir des fonds pour le Pcf... Ce que nos dirigeants se sont bien gardés de dire, c’est leur adhésion aux principes constitutifs du PGE, à savoir l’engagement de ne jamais remettre en cause
les principes fondateurs de l’Union européenne."


 


Courage camarades du texte "Unir les communistes pour un PCF de combat, marxiste, populaire et rassembleur"
Répondre
M

trés bonne analyse ecrite pour la mettre à la portée de tous les militants ,analyse à faire connaitre autour de soi .internet permet pour ceux qui en eprouve le desir de s'informer.moi je voterai
pour la liste numero 1 car sur l'europe elle rejoint ce que dit Nikonof et cela est important.


VIVE LE SOCIALISME


LA PATRIE OU LA MORT
Répondre