Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Interview de Danielle Bleitrach qui explique son combat contre l'antisémitisme de gauche

18 Juillet 2012 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Positions

 

Les vieux démons réapparaissent

Entretien avec Danielle BLEITRACH, ancienne membre du comité central du PCF. Professeur d’université en retraite, Danielle Bleitrach est écrivain et sociologue. Elle anime le blog Histoire et Société.

1° Tu viens de publier un texte tranchant, “dire que j’ai cru en ces gens là”, dénonçant ce que tu considères comme une montée de l’antisémitisme dans certains milieux de gauche. Quelle a été la motivation de ce “ras l’bol” ?

J’ai écris ce texte sous le coup de l’émotion. La présence de Favier élu et vice président du Conseil général du Val de Marne à l’enterrement de Garaudy m’est apparue comme la cerise sur la gâteau. Ce fait intervenait après une campagne électorale où le candidat soutenu pas le PCF jouait un jeu médiatique (avec le succès que l’on sait à Henin Beaumont) contre le Front National tandis qu’à Grigny un autre candidat du Parti de Gauche était présenté alors que je savais par expérience avec quelle complaisance il accueillait antisémites et négationnistes sur son site.

Quelle que soit ma colère devant ce dernier cas, j’avais refusé de signer une pétition qui le dénonçait lui et le Front de gauche qui avait refusé d’enlever cette candidature nauséabonde. Alors voir Favier en train de se rendre à l’enterrement de Garaudy qui a partout dans le monde musulman répandu des ignominies appuyant les thèses de Faurisson m’a mis très en colère, d’ où ce texte.

2° Que penses tu en particulier de l’affaire René Balme ?

Quand je dis que René Balme a témoigné plus que de la complaisance aux néo-nazis et aux antisémites je ne tiens pas de ouï-dire des propos outranciers. J’ai pendant un temps collaboré à son site Oulala. Puis j’ai peu à peu découvert les auteurs qu’il accueillait. Tout s’est greffé à partir d’un contributeur canadien du nom de Mehr Licht (pseudonyme bien sûr) qui parlait de “la juiverie”. J’ai cru à un particularisme quebecquois pas du tout, cet homme était violemment antisémite et le proclamait. Puis j’ai vu se multiplier des gens tous plus crapoteux les uns que les autres comme Israël Shamir qui déclare que les juifs ont déclenché la seconde guerre mondiale pour devenir les maîtres du monde… Balme au début m’a proposé de rentrer dans le groupe qui juge de la publication des articles (parce qu’il ne s’agit pas d’un site open mais trés surveillé y compris par Balme quoi qu’il en dise). Mais je servais de caution à des dérives d’extrême-droite. Je suis partie et ça ne s’est pas amélioré. Ce site appartient à une nébuleuse d’auteurs qui sous couvert de soutien à la palestine développent une littérature de faussaires de l’Histoire, ceux que Vidal Naquet appelait les Eischman de papier.

Ces sites nuisent à des causes qui me sont chères comme la lutte anti-impérialiste, le droit des palestiniens à avoir une patrie, la dénonciation du blocus cubain, etc… en organisant une véritable pollution de l’extrême-droite.

3° Dans un texte plus récent, tu relativise la présence de Christian Favier aux obsèques de Garaudy par rapport à d’autres questions. Pourquoi ?

Parce que Favier était le gendre de Garaudy, qu’il accompagnait sa fille. Je relativise mais je n’approuve pas.

4° En tant que sociologue et femme de gauche, comment analyses tu la montée en puissance des “complotistes”, “négationnistes” et antisémites déguisés en “antisionistes” ?

Nous sommes devant une situation de crise dans laquelle les vieux démons partout dans le monde mais singulièrement en Europe apparaissent. Je crains beaucoup l’échec de l’expérience socialiste et je vois ce qui se passe non seulement en Grèce mais dans des pays de tradition social démocrate comme la Belgique, le Danemark, les pays Bas. Avec la déception face à la gauche s’est installé une droite qui applique la politique du capital mais trouve un soutien dans une extrême-droite xénophobe.

Et partout en Europe monte ce genre de “solutions” parce que la seule réponse qu’apporte l’Europe est l’accélération vers le fédéralisme, l’application des politiques d’austérité et les expéditions guerrières… le militarisme. Nous sommes bien dans l’impérialisme avec les concurrences monopolistiques portées à leur plus haut niveau.

Le négationnisme n’a qu’un but la réhabilitation du fascisme, créer l’équivalence entre communisme et nazisme. Il s’agit de dire que les camps d’extermination et le goulag c’est pareil. C’est faux. je ne suis pas pour le goulag mais Primo Levi l’a bien dit; le camp d’extermination a la mort pour objectif, la mort d’individus considérée comme une race de nuisibles qu’il faut éteindre dans l’oeuf. Le goulag c’est le bagne très dur mais pour des raisons politiques, ce qu’on approuve pas, mais qui est différent : on y est condamné, on en sort.

Mais surtout on ne comprend rien aux deux plus grandes exterminations du siècle dernier à leur aspect industriel, la Shoah et Hiroshima si l’on en voit pas la nature capitaliste et la volonté de lutter contre le communisme. Hiroshima a été déclenché pour empêcher l’avancée des troupes soviétiques, ça a été le déclenchement de la guerre froide. La Shoah s’explique par l’antisémitisme violent d’Hitler, sa volonté de fournir un bouc émissaire aux malheurs du peuple allemand sans remettre en cause le capital et au contraire en lui fournissant des esclaves. Ne jamais oublier qu’Auschwitz a été créé pour IG Farben, le trust de la chimie.

On peut également noter que Hitler qui voulait se créer un empire colonial chez les slaves était persuadé de leur infériorité et pensait que les juifs leur fournissaient une élite pensante. Il haïssait la Révolution française y voyant un complot judéo-maçonnique et il haïssait la Révolution russe dans laquelle il voyait un complot judéo-blochevique.

Enfin si tu permets en conclusion une remarque plus personnelle, je suis devenue communiste pour la justice sociale mais aussi à cause de mon admiration pour ces hommes et ces femmes qui avaient donné leur vie pour me sauver du nazisme.

Donc c’est l’Histoire et mon histoire que je sens niée par ces gens-là, celle d’une enfant juive et celle surtout d’une vie de communiste.

Propos recueillis par Raymond Debor

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
<br /> Quand je dis marginal, je veux dire idéologie pour marginaux, on ne retrouve plus l'antisémitisme bien pensant d'avant guerre. Pareil aux États-Unis. Mais il y a effectivement une tentation<br /> antisémite ou au moins antijudaïque chez les "damnés de la terre" par reflexe de contradiction, et parfois aussi par ressentiment envers les succès sociaux et intellectuels attribués au juifs.<br />
Répondre
C
<br /> Contrairement à ce que tu penses, l'antisémitisme n'est pas marginal en France et il imprègne malheureusement des militants de gauche - dans l'histoire de France, être de gauche a une<br /> signification parfaitement claire - dont certains s'affirment communistes et qui confondent, par manque de lucidité et d'analyse politique, engagement anti-sioniste et dérive antisémite. C'est<br /> peut être le fait de quelques individus, mais ces individus là n'aident pas la cause qu'ils prétendent défendre.<br />
Répondre
G
<br /> Cela dit ce n'est pas parce que j'ai reproduit le texte de Danielle que je suis d'accord sur tout : en fait je pense qu'elle y accorde trop d'importance et que les négationistes sont un<br /> épiphénomène, qui se nourrit en partie des réactions d'indignation qu'il suscite. De plus, la mouvance islamiste qui fait si bon accueil au négationisme européen ne doit pas être dédouanées de<br /> ses responsabilités. Enfin, malgré l'affaire Merad, je crois que l'antisémitisme est complètement marginal aujourd'hui, au moins en Europe; quant aux pays musulmans, c'est une autre affaire, mais<br /> c'est une dérive qui est directement due aux guerres avec Israël, et les responsabilités sont partagées. L'antisémitisme ayant été historiquement bien moindre dans ces pays qu'en Europe, jusqu'à<br /> la création d'Israël en territoire arabe.<br />
Répondre
G
<br /> J'assume le titre, n'importe quel courant idéologique peut avoir une "gauche" et c'et bien pourquoi les mouvements fascistes peuevent tromper des gens ... de gauche. Et s'ils ne le pouvaient pas<br /> ils seraient bien peu dangereux.<br />
Répondre
C
<br /> Je comprends tout à fait la colère de Danielle Bleitrach. On ne peut pas être communiste et avoir la moindre faiblesse pour les négationnistes ou les antisémites.<br /> <br /> <br /> D'ailleurs le titre de l'article n'est pas bon : l'antisémistisme de gauche n'existe pas. L'antisémitisme est du racisme et le racisme est incompatible avec un engagement politique de gauche.<br /> <br /> <br /> Par ailleurs, concernant Garaudy, j'ai assisté à la conférence de presse dans laquelle il présentait la réédition de son livre "Les mythes fondateurs de la politique israélienne" par une maison<br /> d'édition groupusculaire, proche de l'extrême droite. L'éditeur, présent à la conférence de presse, développait  déjà (c'était en 1995 ou 1996) l'"idée" selon laquelle le communisme<br /> était un "crime contre l'humanité", au même titre que le facisme... La boucle était bouclée!<br />
Répondre