Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Intervention au Conseil National du PCF. André GERIN, Mercredi 16 janvier 2013 : " le monent est venu de s'émanciper du parti socialiste

24 Janvier 2013 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #CN du PCF

 

Dans son rapport, Pierre Laurent a parlé du travail collectif et du retour aux fondamentaux. Il ne faudrait pas que ce soit seulement des effets d’annonces, si nous voulons respecter la diversité qui s’exprime à l’intérieur du PCF depuis plus de 20 ans. Le Congrès permettra-t-il de lever ces inquiétudes ? Sans la confrontation politique et idéologique, le rassemblement des communistes est à ce prix.

Cela suppose que la direction du PCF permette l’ouverture de débats sur un certain nombre de sujets essentiels : Europe, Euro, institutions, immigration, sécurité, FN…

Quelle doit-être notre posture face au gouvernement socialiste? Le parti communiste français doit pouvoir combiner son autonomie avec sa stratégie de rassemblement. C’est tout cela qui conditionne notre existence et notre avenir.

Le moment est venu de s’émanciper du parti socialiste, de couper le cordon ombilical, d’en finir avec cette illusion mortifère que nous avons reproduite avec le programme commun du gouvernement, comme si nous voulions refaire le congrès de Tour à l’envers. C’est ce que nous enseignent ces 40 dernières années. Cette nouvelle tentation avec le front de gauche n’a pas d’issue.

Redevenir un parti populaire, tel est l’enjeu historique qui nous attend, sans dépendre du parti socialiste qui s’est éloigné des valeurs et idéaux de gauche. Notre objectif comme force politique étant de redevenir la 3ème composante du pays en occupant tout un espace laissé à l’abandon.

Nous sommes à l’épreuve du gouvernement et du Président François Hollande. Après la gauche plurielle du gouvernement Jospin, nous devons nous positionner sans ambages face à cette politique « blairiste » qui nous est servie.

Nous ne devons pas, nous ne pouvons pas faire partie de la majorité présidentielle.

Alors, que faire, si nous voulons la réussite d’une politique de gauche ? Telle est l’équation difficile à laquelle nous pouvons contribuer de résoudre, dans un contexte géopolitique inédit.

Nous devons affirmer que nous sommes dans une opposition de gauche, une opposition critique, une opposition constructive. Il est nécessaire de sortir de l’ambiguïté. Cela veut dire aussi que nous sommes prêts à prendre nos responsabilités gouvernementales si les conditions sociales et politiques l’exigent, si les conditions existent. Nous ne pouvons pas nous dérober car rien n’est écrit d’avance.

A ce jour, force est de constater qu’il n’y a plus de différence entre la droite sociale et le social-libéralisme assumé par le parti socialiste.

Ce qui nous guide : la sourde colère qui monte dans la société et les séismes sociaux et politiques qui fermentent dans le pays.

En toute hypothèse, nous prendrons nos responsabilités, en tenant compte des intérêts de la France et de son peuple. Nous voulons être, de manière vigoureuse, une opposition anti-droite, anti-FN, mais qui ne ressemble en rien à un comportement gauchiste ou anti-socialiste.

Nous pouvons travailler à un PCF qui peut redevenir le garant et le leader des valeurs de la gauche.

Notre mission est d’aller à la reconquête de l’électorat populaire qui se radicalise et fait la grève des urnes par millions.

Nous pouvons devenir le parti du grand rassemblement national, en répondant aux attentes du peuple sur le protectionnisme économique, sur l’Euro, la répartition des richesses. A nous de les conquérir, de les reconquérir, tellement les classes populaires ont été méprisées par les gouvernements socialistes qui les ont abandonnées depuis 1983, et ça continue de plus belle.

A grande échelle, nous pouvons construire des rassemblements multiples, au-delà du front de gauche, une adresse à l’ensemble de la population français. Le parti communiste est porteur de cette gauche authentique qui retrouve ses racines, qui dit ce qu’elle fait et qui fait ce qu’elle dit.

Tout cela suppose de changer de logiciel en renouvelant notre travail en direction de la classe populaire, de la classe ouvrière et des familles paupérisées,  en innovant dans un effort sans précédents, en direction des ingénieurs, cadres techniciens, artisans, commerçants, et de ce patronat qui ne dépend pas du grand capital financier.

De plain-pied dans le XXIème siècle, nous devons répondre à la question : quel projet pour la France et son rayonnement dans le monde ?

Un immense espace existe pour transformer la société durablement. Les municipales, les européennes, les régionales, les présidentielles de 2017 doivent permettre l’échec de retour de la droite, de réduire de manière significative, l’influence du FN, avec une gauche consolidée et un parti communiste qui défraie la chronique.

Ce serait notre façon d’être fidèles à notre héritage républicain d’un humanisme révolutionnaire, en puisant tout ce qui à fait l’histoire, l’originalité, la pertinence du PCF au XXème siècle.

André GERIN

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 24/01/2013 18:13


Suggestion :


Les communistes du PCF souffent de leur fascination pour la légitimité qu'accorde l'appartenance au parti. En réalité le parti tel qu'il est n'est qu'un lieu parmi d'autre,, un milieu culturel.
Certes le bon sens dissuade d'aller s'éparpiller dans les groupuscules qui accompagnent sa désintégration progressive, mais cela signifie simplement le manque de stratégie et de perspective
véritable.


 

GQ 24/01/2013 16:07


Aux "assises du communisme"? (fin juin 2013 sans doute à Marseille)

Jonathan 24/01/2013 15:50


Première question : non (et pas seulement à cause de sa direction ; je pense qu'il est vain d'essayer de se battre contre elle, parce qu'elle est assise sur une base qui la suit).
Deuxième question : pour l'instant, non, mais sait-on jamais ?...

GQ 24/01/2013 13:35


La moitié de la question est de savoir si une telle politique est encore possible pour le PCF tel qu'il est. Et l'autre moitié, si elle est possible ailleurs?