Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Grenze, performance marxiste au festival Dimanche Rouge, à Pantin le 19 juin 2011

11 Juin 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Art et culture révolutionnaires

Opie, une camarade américaine, artiste elle-même, organise ce festival d'art contemporain.


Il va avoir au moins 30 artistes de 7 different pays le 19 juin a Dimanche Rouge inclus la projection de la performance Grenze, une série de lectures visuelles à partir du Capital de Karl Marx (voir en bas pour plus de details).  Pour plus d'information vous pouvez consulter le programme (pas fini encore) et des autres infos sur mon site http://dimancherouge.wordpress.com et tout nos reseau social media ici http://dimancherouge.org


Opie

Grenze est une vision des métamorphoses du système capitaliste. Il s’articule autour de lui. Il met progressivement en place une chaîne de mouvements métamorphiques. A la construction d’un mécanisme infernal qui emporte tout, répondent notre regard, notre attente, le temps.GRENZE est composé de séquences appelées unités de développement artificielles. (UDA) qui correspondent à des notes dessinées prises pendant mes lectures du Capital.A chaque UDA correspond un fragment du texte de Karl Marx.Certaines UDA sont des animations 2D image par image appelées mouvements idiots, tandis que d’autres, aux mouvements plus complexes, reproduisent des mouvements réels et métamorphiques conçues avec un logiciel (3D).Dans le Capital, Marx utilise souvent les mots formes, mouvements, mécanisme, divisions, circonstances nouvelles, limites organiques, transformations, révolution. Quand il parle de l’ouvrier, il le décrit comme agent très imparfait dans la production d’un mouvement continu. Les traductions françaises du Capital donnent une écriture très soignée et toujours très imagée et très abstraite, conceptuelle même.J’ai donc développé un ensemble de figures et formes pour répondre à cette langue. Dans GRENZE, le capital est représenté par un cube appelé cube-capital en perpétuelle transformation. Une deuxième figure, une larve, représente les marchandises, tandis que les ouvriers sont représentés par un triangle, la figure-ouvriers, qui se transforme en s’appauvrissant. Le traitement à l’image s’attache à faire évoluer en permanence non seulement la forme mais la matière de ces figures.« Votre capacité à “mettre en images” des paroles a trouvé là une forme et un espace qui lui permettent de se manifester dans toute sa puissance. J’imagine qu’une multitude de formes singulières sont possibles à partir des éléments ainsi assemblés. Je ne sais pas si c’est ainsi qu’Eisenstein aurait mis en film Le Capital , mais vous avez assurément trouvé unemanière forte et séduisante de réaliser son rêve. »

 

Jacques Rancière

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article