Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Entre violence et droit, la mise à mort et le spectacle par Danielle Bleitrach,

3 Mai 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Impérialisme

sur changement de société

 

Deux nouvelles tombent : la première la mort des enfants de Kaddhafi, le meurtre du dirigeant libyen est hors mandat de l’ONU et l’OTAN se cache à peine tout cela au nom des droits de l’homme. Outre que le meurtre de son fils et de ses petits enfants soit accepté sans le moindre mouvement d’indignation ici , que la télévision puisse à l’heure des repas montrer la joie assez immonde des Benghazi,le spectacle offert témoigne du niveau où nous en sommes. Peut-être la joie des gens de Benghazi dans la guerre se justifie-t-elle mais que le média des familles nous offre comme une victoire une telle fantasia et des visages de nos « alliés » déformés par la haine face à la mort d’enfants cela sent les fumets de l’extermination, alors qu’est ce que cela signifie sur la nature de notre « opinion » ? Notre indifférence aux guerres que nous menons est le signe de ce que nous sommes devenus.

 

Le nombre de manifestants se réduits mais les foules enthousiastes que l’on nous montre sont non seulement les gens de Benghazi criant leur haine et leur joie à la mort d’enfants, mais les pieux pélerins qui célébrent la béatification de Jean paul II et celles qui réclament un baiser du couple royal devant Buckingam Palace. Sans parler de la promotion obligée pour cause d’élection présidentielle de Marine Le pen. Quand je vous disais que le nazisme est un message d’amour, celui du père tout puissant qui a tous les droits sur ceux qu’il a décervelés.

 La deuxième mort est celle de Ben laden je ne le pleurerai pas, le 11 septembre fut non seulement criminel mais imbécile, mais pourquoi l’assaut « final » me laisse-t-il un arrière goût de mise en scène? Parce que nous apprenons que, si l’on en croit le rapport établi par John kerry (novembre 2009), le secrétariat à la défense Donald Rumfeld et le général Tommy Franck ont refusé de déployer des forces américaines suffisantes alors qu’il aurait été possible de le prendre en 2001 (Le Monde mardi 3 mai 2011: quinze ans de duel, p.5). On apprend également que Ben laden loin d’être réfugié dans une tribu vivait dans un bunker dans une zone résidentielle aux alentours de la capitale pakistanaise Islamabad, sa résidence était huit fois plus importante que toutes celles qui l’entouraient. On ne l’a pas pris vivant. pourquoi tout cela fait-il penser que les Etats-unis peuvent désormais se débarrasser d’un allié encombrant et que tout cela sent non le printemps arabe que l’on nous vante mais des reconversions d’alliance dont la Libye est le terrain d’exercice ? Bref qu’il s’agit de l’exercice d’une vengeance privée et pas de droit et que nous sommes conviés au spectacle? Pas un seul commentateur pour souligner que la guerre d’Afghanistan ne se justifie plus vu qu’on a enfin trouvé l’ennemi …. en train de se la couler douce dans la capitale du Pakistan.

Walter Benjamin a une trés belle expression  » la vie nue » commme élément décisif de la modernité. La vie nue( bloss leben) un un concept « border line » entre violence et droit, le vivant défini comme ce qui peut être mis à mort et qui se produit hors des formes rituelles de la mise à mort, c’est une vie exclue de l’interdit de meurtre.Des être ont été mis massivement à mort par  simple exercice du droit souverain du père de la horde. Je ne cesse de vous répéter qu’il y a eu quelque chose de franchi de ce point de vue à Auschwitz et à Hiroshima qui faute d’être pensé est rejoué avec les bénédictions de tous les négationnistes.

Chaque bombardement est la répétition pour moi de ce no man’s land que décrit Primo Levi et qui n’a cessé de le hanter jusqu’à son suicide, il fait un rêve joyeux dans un paysage printannier en famille et puis tout à coup tout s’écroule, son angoisse se fait plus précise, il est de nouveau dans le camp, il n’y a jamais eu rien d’autre que les camps… Primo Levi a bien décrit ce que l’on éprouve cette idée que si l’on survit à l’inhumanité  on est coupable de cette survie sommes-nous si peu nombreux à éprouver cela, à sentir confusément qu’il y a bien sûr les bourreaux bureaucrates méthodiques, intérêts avides, mais que c’est l’humanité entière de chacun d’entre nous qui est remise en question.

Les camps ne concernent pas seulement les juifs ou les tziganes ou les malades mentaux, pas plus qu’Hiroshima ne concerne seulement les Japonais mais ils sont un miroir dans lequel les êtres humains doivent se regarder parce qu’ils savent désormais jusqu’où ils peuvent aller pour faire tomber des individus hors de l’humanité.

Il faudrait des mouvements de masse pour s’opposer à l’horreur mais il n’y aura pas de survie de l’humanité tant qu’il y aura déni de ce dont elle est capable mais il y aurait aussi des leçons à tirer de la survie, de ce qui a préservé l’humain dans la pire des horreurs. Personnellement je ne peux pas me sentir exister, agir dans un monde qui refuse de procéder à ce travail indispensable et qui ne voit pas vers quelle auto-destruction il va. La politique ne m’intéresse plus, les enjeux sont ailleurs.  Ne vous faites pas d’illusion je ne suis pas la seule à penser ainsi. Certains se racontent que les Français sont moins nombreux parce qu’ils attendent avec impatience de manifester dans les urnes, je crains que l’on se raconte des histoires là-dessus aussi. Il y a une trop grande distance entre la crise de civilisation et les moyens que nous avons actuellement de la comprendre, de pouvoir nous situer sans parler d’agir réellement sur ce qui menace.

Danielle Bleitrach

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michel Gourmel 05/05/2011 16:51



C’est l’éternel problème des commentaires.


Soit on répond sur les bases qui ont été posées par le 1er discours, soit on ne prend pas les mêmes bases.


Si on prend les bases posées par le 1er discours, alors, on psalmodie la même chose, en disant tout ce qui a été dit est très bien. Ce qui est particulièrement vrai ici. Ou on pinaille
à l’infini sur la place du point sur les i et des barres aux t.


 


Sinon, on refuse le 1er discours en disant, ces bases sont totalement fausses, on n’a aucune preuve des faits supposés irréfutables et qui sont en fait complètement bidons.


 


Et dans ce cas là, on nous dit, ce n’est pas un commentaire.


 


* C’est comme les sondages d’opinion, si on répond, on se fait piéger par les instituts de sondages, et on alimente la propagande ultra-libérale. Si on dit que les questions sont mal posées, on
est exclu du sondage !


 



GQ 04/05/2011 18:12



ceci n'est pas un commentaire


Inconvénients des complots,
inconvénients de leurs théories



Michel Gourmel 03/05/2011 16:12



Mort du fantôme de Ben Laden. Pas l’ombre d’une preuve !


Personne ne l’a vu depuis 10 ans, personne ne pourra le voir ! Personne ne pourra rien prouver sinon les Forces spéciales
US et la CIA ! ! ! Des menteurs invétérés ! Ridicule ! Une « mort » à l’image de tous les mensonges depuis 11/09/01 !


Le fantôme de Ben Laden tué par les forces spéciales. Les États-Unis prétendent avoir tué Ben Laden et s’empressent de l’immerger pour dissimuler toutes les preuves … que ce n’était pas lui.


Où l’on comprend l’utilité d’avoir nommé Président Obama, il se présente comme
opposant mais en fait confirme tout ce qu’à dit Bush, qui a « créé sa propre réalité », c’est à dire qui a raconté des histoires plus mensongères les unes que les
autres.


En fait d’être contre Bush, l’agent de la CIA Obama passe son temps à effacer les crimes de Bush et à valider ses stories telling (raconter des histoires)


 


Les USA ne pouvaient prendre le risque de tuer Ben Laden après le 11/09/01, ils n'auraient pas pu faire les guerres et développer le terrorisme partout dans le monde. Le 11/09 de Bush n'aurait
servi à rien ! Peut-être les USA ont-ils vraiment assassiné des membres de sa famille le 2 mai 2011, ils n’en sont pas à çà près, mais Ben Laden est mort depuis près de 10 ans, sans doute,
en tous cas avant le 11 septembre 2001.


 


Depuis 2001, CIA et FBI ne passaient que des bandes sonores qui étaient des remix et des compiles de la voix de Ben Laden, authentifiés par la CIA et le FBI … mais pas par les autres.


Près de 10 ans après les attentats du 11-Septembre, "justice est faite", a affirmé Obama ; problème Obama a toujours refusé une enquête réelle et
sérieuse  sur les attentats de septembre 2001 … organisés par son prédécesseur Bush 2 !


Obama et son administration s’emmêlent dans leurs mensonges :


1°) "Après un échange de coups de feu, ils ont tué Oussama Ben Laden et ont récupéré son corps", a dit le président, en rendant aussi hommage à l'aide
du Pakistan… qui n’était pas au courant ! ! !


2°) Nous nous assurons que son corps est traité en accord avec la pratique et la tradition musulmane. C'est quelque chose que nous prenons très au sérieux", avait auparavant affirmé un haut
responsable de l'administration Obama lors d'une conférence téléphonique.


Une immersion en mer est contraire à la tradition, selon la Grande
Mosquée de Paris


 


Le Pakistan a confirmé lundi qu'Oussama ben Laden avait été tué au cours d'une opération menée "directement" par les
forces américaines sur son sol conformément à l'engagement de Washington de le tuer ou le capturer n'importe où dans le monde.


Problème : Le Pakistan n’a rien vu et n’a donné aucune autorisation, mais les USA font ce qu’ils veulent dans le monde entier
et remercient le Pakistan pour son aide ? La seule aide c’est avoir confirmé sans preuve la mort de Ben
Laden ! ! ! !


Source et suite : http://www.reopen911.info/News/2011/05/02/obama-annonce-que-ben-laden-est-mort-son-corps-aurait-ete-inhume-en-mer/



gilles questiaux 03/05/2011 13:55



Les formes de l'exécution de Ben Laden (y compris l'immersion d'un corps lesté dans une mer inconnu) montrent qu'il s'agit de l'exécution d'un mafieux par l'organisaion qu'il a trahie. C'est la
ruine de l'état de droit. Et à ce titre c'est une défaite idéologique pour ceux qui l'ont tué. Un agent anticommuniste tué par ses anciens maitres dans des conditions telles que le mensonge
permanent sur lequel repose la démocratie libérale s'expose.