Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Du coté de l'URCF : appel au boycott électoral

19 Février 2012 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Positions

pour info (ce n'est pas ma position, NDGQ)

Le capitalisme broie nos vies !
Ni austérité de droite, ni austérité de "gauche" : BOYCOTT !

Malheureusement, pour les travailleurs, pour tous ceux qui vivent de leur travail ou de leur retraite, pour la masse de la jeunesse, les élections présidentielles ne sont guère porteuses de perspectives même partielles

Ni Sarko…

Dans le pays, domine un rejet massif de Sarkozy et de sa politique. Force est de constater que ce qui provoque un tel rejet, c’est bien concrètement certaines conséquences du caractère de classe de la politique mise en place. Scandales politico-financiers, arrogance de nouveaux riches, pluie de mesures pour conforter les détenteurs de la fortune au détriment de ceux qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts, soutien financier massif aux banques et au patronat, offensive permanente contre les droits des travailleurs et le pouvoir d’achat, politique étrangère alignée sur l’impérialisme américain et multipliant les interventions militaires… ; la liste serait longue des sujets de mécontentements. Même les médias de la grande bourgeoisie et de l’État prennent en compte ce rejet. Mais l’astuce consiste à le dépolitiser en utilisant le caractère quasiment monarchique et autoritaire de la Constitution gaulliste au demeurant aggravé : face au mécontentement, on joue sur une personnalité particulièrement insupportable et sur le discrédit personnel du Président sortant pour mieux dédouaner et continuer sa politique.

… ni les François.

Par là on se prépare, s’il le faut, à l’alternance, au changement de « personnel » que constituerait l’élection de François Hollande ou de François Bayrou. Car au fond, la politique proposée par les deux prétendants est fondamentalement la même que celle de Sarkozy  : il est significatif que Hollande et le PS, d’un côté, Bayrou de l’autre, ne proposent pas même l’abrogation de l’ensemble des mesures réactionnaires adoptées pendant ce quinquennat (et les précédents) : sur les retraites, sur la politique de démantèlement de la Fonction publique, sur les réformes de la justice, de l’administration territoriale, de l’Éducation nationale. Certes des points de détail les opposent – pendant la campagne électorale tout au moins. Mais sur le fond, Hollande et le PS, comme Bayrou, partagent avec Sarkozy la même vision, la même approche de classe de la politique à mener : légitimation de la « dette » - concrètement du financement du capital financier par les travailleurs
-  ; nécessité « d’économie » - c’est-àdire, entre autres, poursuite de la casse de la Sécurité sociale, de l’hôpital public, des retraites réelles – ; poursuite des exemptions patronales en matière de « charges salariales  » - en réalité amputation des salaires indirects
- , tandis que les salaires directs seront bloqués au nom du coût du travail. Et Hollande comme Bayrou ont soutenu l’agression contre la Libye, soutiennent l’expédition militaire en Afghanistan, et s’apprêtent à soutenir ou à organiser, s’ils étaient élus, des agressions militaires contre la Syrie et l’Iran.

S’opposer réellement à Le Pen

En fait les électeurs ont à choisir entre trois candidats qui présentent un même programme politique avec des nuances à la marge pour attirer les segments du marché de l’électorat qu’ils visent, comme le font les services marketing des entreprises capitalistes. C’est le programme du capital monopoliste et de l’oligarchie financière qu’expriment les directives et les institutions de l’Union Européenne et qu’applique avec zèle l’État français.

La crise du capitalisme connaît un aiguisement sans précédent depuis la seconde guerre mondiale, se traduisant, en France comme dans tous les autres pays capitalistes, par une paupérisation accrue des travailleurs, des couches moyennes et même des professions indépendantes. Le capitalisme arrive à l’épuisement de ses capacités d’adaptation à la crise systémique qu’il traverse.

Dans ce contexte, Hollande comme Bayrou, en étant inféodés au FMI, à l’UE, prouvent qu’ils sont les candidats, eux aussi, du grand Capital. Non seulement ils ne constituent pas une alternative politique à Sarkozy, mais ils participent du même danger de voir se développer un courant néo-fasciste, incarné par Marine Le Pen, dont la démagogie tous azimuts est destinée à capter le soutien de certains milieux sociaux désespérés par la crise en l’absence d’alternative politique.

Car s’opposer à la montée « lepéniste », au fascisme, ce ne peut être se rallier à un vote d’autant plus inutile que, les mêmes causes produisant les mêmes effets, il ne peut que nourrir la pourriture sur laquelle fleurit le fascisme.

S’attaquer au capitalisme

L’alternative politique ne peut être envisagée que d’un seul point de vue : la crise est celle du capitalisme comme mode de production et comme formation économico-sociale. On ne peut donc pas en sortir sans rompre avec le système qui est en crise, à savoir le capitalisme ! Cela ne renvoie pas au « Grand Soir », mais bel et bien au rassemblement populaire autour de la classe ouvrière, qui doit se construire à partir des aspirations des masses et des luttes anti-monopolistes capables de préparer les travailleurs au combat difficile contre la bourgeoisie, pour la victoire du socialisme qui plus que jamais est à l’ordre du jour.

Le Front de Gauche tourne le dos à la rupture nécessaire

C’est en fonction de cela que nous ne pouvons donner caution au Front de Gauche. Car celui-ci continue de véhiculer le mythe du PS, à « gauche », ce qui sous-entend qu’il admet de gouverner avec ce parti et qu’il tourne le dos à la perspective de rupture avec le capitalisme, ce que démontre clairement son programme : confusions sur les nationalisations, propositions infantiles sur le contrôle de la BCE et le maintien de l’Euro, maintien du carcan de l’UE au nom de la mythique « Europe Sociale », l’Arlésienne de la politique ! Tout se résume à l’idée d’un partage plus équitable, qui laisse intacte la propriété capitaliste ! Quant à la politique extérieure, le Front de Gauche, après avoir soutenu dans les faits l’agression contre la Libye, appelle à des sanctions contre la Syrie et contre l’Iran, et couvre les préparatifs de guerre à condition que ce ne soit pas l’OTAN en tant que tel mais les pays européens  ! Cautionner ces positions, ce serait semer de graves illusions parmi les travailleurs, illusions vite transformées en amertume, faisant là encore le lit du néo-fascisme.

Le boycott doit être la réponse préparant l’avenir

Dans ces conditions, l’URCF appelle les travailleurs, les démocrates, à se prononcer pour le boycott, tout en préparant les mobilisations pour s’opposer aux politiques qui s’annoncent, destinées à faire payer la crise aux masses populaires. L’ampleur du mouvement de boycott peut et doit affaiblir les gouvernements à venir, car à court terme, et dans la perspective de la construction du vaste mouvement anticapitaliste nécessaire que nous avons évoqué plus haut, l’objectif révolutionnaire immédiat, c’est un pouvoir faible, privé de légitimité populaire.

AXES DE LUTTES

- Abrogation de la Constitution anti-démocratique de 1958 et convocation d’une Assemblée Constituante élue à la proportionnelle, impulsant un vaste débat pour une participation populaire à la rédaction d’une nouvelle Constitution.

- Retrait de l’Union européenne, de l’OMC et du FMI, récupération de la souveraineté.

- Reconstitution du secteur nationalisé bradé depuis 1988, et son extension sous contrôle des travailleurs avec reconstruction du secteur productif.

- Satisfaction des principales revendications populaires en matière de salaires, d’emploi, de santé, d’éducation…

- Opposition à toute guerre impérialiste, retrait de l’OTAN, politique de paix, de désarmement et de solidarité et coopération avec les peuples en lutte contre l’impérialisme.

L’avenir réside dans les luttes et le socialisme !

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Eric RUIZ 21/02/2012 09:55


Sans être aussi féroce que Jonathan, il faut reconnaître Sam que ton argumentation vire de plus en plus à l'insulte réductrice : nous voilà grosso modo traités de sociaux-traitres refoulés !...


 


Et, comme Jonathan, je me demande ce que tu viens faire sur ce site si c'est juste pour insulter les militants ? Si au moins il y a avait une argumentation dans tes propos !... même une vieille
argumentation !


 


Enfin, personnellement, je ne considère pas que ce que proposent les organisations qui se revendiquent du communisme (URCF, Coord Com, PCRF, Rouge Vif, etc...) est inintéressant, ce que je
leur reproche (comme à toi), c'est qu'il y a loin du discours unificateur à la réalité ! Depuis le temps qu'elles existent et qu'elles veulent rassembler les communistes sincères, pourquoi ne
sont-elles pas arrivées au minimum à se rassembler elle-même ?


C'est cette contradiction qui, à mon avis, est à résoudre en premier !...


 


Et, en attendant, que tu le veuilles ou non, l'endroit où se concentrent le plus grand nombre de communistes sincères et militants (entourés et dirigés certes par des réformistes), c'est encore
au PCF ! Et quand on voit comment évolue le MJCF, en nombre et en ligne politique, je crois que c'est important de maintenir un contact organique et militant avec ces communistes sincères du PCF
et cette nouvelle génération.


 


Cela me parait plus efficace tactiquement que la technique de la fuite que tu choisis, fuite de la confrontation directe avec les directions post-communistes du PCF, fuite du contact direct et du
travail de conviction avec les militants sincères et fuite du débat électoral même si celui-ci est biaisé.

Réveil Communiste 23/02/2012 11:50



la suite du dialogue tournant à l'invective, les posts ultérieurs sont supprimés



Jonathan 20/02/2012 19:26


Pas de faux procès !


Quant à toi, on peut, nous aussi, te soupçonner de choses inavouables, au lieu de te voir assumer ton abstention, comme d'avoir une partie de pêche prévue ce jour-là avec ton beau-frère ou, pire,
une espèce de connivence avec la politique menée pendant 5 ans par Sarkozy qui t'empêcherait de voter contre lui....


Si tu ne crois pasà la complexité des prises de position, ça ne sert à rien de témoigner. On s'en tape de ta leçon de pureté imaculée.


 

sam 82 20/02/2012 17:45


arrêtez de vous trouver des excuses . ayez le courage politique de dire clairement que vous soutenez Melenchon . et contrairement a ce qui est dit il y a des communistes hors du parti qui ont des
propositions claires et nette , qui n'ont pas l'air de vous inspirer . alors pour une fois assumez vos choix ça vous changera . pour ma part ça sera l'abtention stérile que j'assume sans excuses
. sam 82 .

Eric RUIZ 20/02/2012 09:51


Je rejoins Jonathan sur son analyse (première et deuxième interventions) : à défaut de grives,...


L'élection n'étant pas un but en soi mais une étape, il faut s'en servir sans fantasmer son impact et sans tromper ni les militants ni les électeurs sur la nécessité d'accentuer le combat de
classe qu'elle que soit le vainqueur de ces élections.


Et, effectivement, il y a carence du réseau qui n'apparait aujourd'hui que comme une plateforme d'échange sans stratégie ni pensée continue. Pas d'apparition claire ! Pas d'analyses à transmettre
aux militants ! Pas de perspectives !...


On peut tourner le problème dans tous les sens : il y a un problème de leadership au sein de notre réseau !

Jonathan 20/02/2012 08:20


D'accord avec le constat de Marcel Raym. Ma position serait probablement différente si le réseau FVR avait tenté une prise de position quant à une campagne communiste à la présidentielle,
candidat ou pas. Or, dès la fête de l'huma et le débat au stand du pas-de-calais, j'ai compris qu'il n'en serait rien : comme l'a rappelé GQ, c'était "une position par intervenant"... alors après
on peut organiser des "rencontres nationales" pour "échanger" et "débattre", mais enfin je me demande à quoi et à qui ça sert.


Résultat, le seul cadre un peu solide qui me reste pour faire campagne c'est Mélenchon. Ca me fait ch... mais est-ce que j'ai le luxe de pouvoir m'en détacher ? Ben non.