Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Dimanche c'est repos, pas boulot.

2 Octobre 2013 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Journal des luttes

Sur Action communiste de Normandie, dexu article, dont un pot-pourri de La Canaille :

 

 

Voici des extraits du blog de La Canaille qui soulignent de façon éloquente le cynisme des groupes Castorama et Leroy -Merlin.  Que La Canaille soit ici remerciée.



La Canaille nous livre d’abord sa version  de la pétition que des salariés des dits magasins font signer :


«  Par une décision inique Leroy Merlin et Castorama viennent de voir supprimer leur persistance à imposer d'ouvrir ses magasins le dimanche au prétexte fallacieux que les dispositions légales du code du travail et même ses dérogations avaient été allègrement violées.
Nous, salariés habitués à travailler le dimanche pour compenser le laminage de notre pouvoir d'achat par le pouvoir et le Medef dont notre patron est un fidèle cotisant occupons le parking du centre-ville pour exiger que nos patrons puissent impunément nous faire bosser selon le rythme que ses profits décident.
Une pétition est à votre disposition pour stigmatiser l'inspection du travail et les tribunaux à l'origine de cette décision. »


Qui sont donc ces malheureux commerçants empêchés d’exploiter leurs salariés le dimanche en plus du reste de la semaine ?  La Canaille nous le révèle :


«  Castorama appartient au groupe Kingfisher (qui possède aussi "Brico dépôt" et nous dit Wikipédia Darty et But), 10,3 milliards d'unités monétaires post maastrichtienne environ de Chiffre d'affaire et 211.5 millions de la même unité comme résultat net (bénef après impôts) le nounours du tournevis est fiscalement domicilié à Paddington (Londres) il est premier groupe dans le genre en France devant ADEO qui comme c'est bizarre regroupe Leroy Merlin, Weldom, Bricocenter et quelques autres).

Notre petite quincaillerie de Ch'nord ( Leroy Merlin ) appartient à la famille Mulliez (85% environ, CA France 2012 : 5,5 milliards d'euros) dont les vertus patronales historiques encouragent à aller à la messe le dimanche ...pour ceux qui ne parcourent pas les gondoles pour les garnir ou venir acheter. (au fait , les Mulliez pour qui l'aurait oublié, c'est aussi Auchan • Alcampo • Simply Market • Maximarché • Prixbas • Chronodrive • Auchan Drive • Rik & Rok • Immochan • Alinéa • GrosBill • Banque Accord (Oney) Décathlon • Koodza • Cabesto • et les marques : Quechua, Tribord, Boulanger • Electro Depot Norauto • Auto5 • Midas • Maxauto • Synchro Diffusion • Center Cash Flunch • Pizza Paï • Les 3 Brasseurs Saint-Maclou • (en) Allied Carpets • (de) Home Market • Kalico Kiabi • Phildar • Cultura, Milonga • Pimkie Atac • Kiloutou etc. Regardez la majesté du tiroir-caisse qui tente de se cacher derrière le tournevis. »


La Canaille nous décrit ensuite le gouvernement socialiste face à ces patrons qui se feront bientôt passer pour des bienfaiteurs du petit bricoleur et des salariés mal payés la semaine mais « grassement » rétribués le week-end. Et pensez donc à ces malheureux étudiants à qui il vient en aide en les faisant œuvrer le week-end.  Il est vrai que ces emplois étudiants ne lui reviennent pas trop cher en cotisations sociales.  Ainsi ces derniers, s’ils se retrouvent au chômage ne pourront prétendre à l’allocation chômage car pour les étudiants, le patron ne paie pas de cotisations chômage …


« Nos joyeux duettistes ont donc décidé de s'affranchir des lois de la République. De ce que nous apprend la presse, la réponse du gouvernement a été fulgurante et magistrale de fermeté :

Jean-Marc Ayrault a convoqué «les ministres concernés pour faire évoluer les choses, [car] à l'évidence le statu quo n'est pas tenable»,a ainsi déclaré la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, hier sur France 5. «Il y a des salariés qui ont envie de travailler dimanche, des gens qui ont envie de faire leurs courses le dimanche.»

Dans son article, Libé lève un coin du voile :

«Si je ne bosse pas deux ou trois dimanches par mois, ma paye ne couvre pas mon loyer. Arrêtons de dire que c'est le patron qui nous oblige à travailler ! Chez Casto, il n'y a que des volontaires», martèle Roberto, caissier.

Donc pour que Castorama fasse ses 211.5 millions d'euro de profit net il faut que Roberto travaille deux ou trois dimanches où il fabrique la rente de monsieur Kingfisher et compense le fait que les salaires sont bloqués voir en diminution pour les salariés.

Mais nous avons la chance d'avoir un gouvernement Solfélyséen qui prend les problèmes à bras le corps :

En revanche, dans un entretien au Journal du dimanche, la ministre du Commerce et de l'Artisanat, Sylvia Pinel, a, elle, entrouvert une porte : elle souhaite «organiser des réunions pour écouter et dialoguer avec les professionnels», une concertation dont elle espère qu'elle permettra «d'avancer sur la question». Au PS, Bruno Le Roux, chef de file des députés socialistes, estimait hier qu'il fallait offrir «la possibilité» de travailler le dimanche aux salariés qui le souhaitent. Et d'annoncer qu'il allait proposer aux syndicats une concertation, pour «arriver à des avancées significatives avant la fin de l'année ».

Le "en revanche" du journaliste est savoureux : le PS aurait-il une revanche à prendre sur les revendications populaires ? Serait-ce pour cela aussi qu'il mène une politique de droite au service maintenant affirmé et revendiqué de tout ce qui fait la galaxie du capital ? On n'ose l'imaginer.

Histoire d'enfoncer le clou, l'incontournable haut parleur de radio-Matignon  a bien précisé les choses :

Il sera rapidement organisé "une réunion pour faire un état des lieux et puis s'ouvrira une discussion avec les organisations syndicales, patronales, les branches", a expliqué la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem. Aujourd'hui, il s'agit de poser ces sujets à plat, de définir un régime de dérogation", a-t-elle précisé, ajoutant que cette clarification ne passerait pas "nécessairement par une loi".

Imaginez donc une réunion pour organiser un régime dérogatoire sans passer par une loi pour confisquer les profits et les capitaux barrant à l'étranger les paradis fiscaux ou une décision d'augmenter le SMIC et supprimer la CSG selon les mêmes modalités. »

Et La Canaille conclut :

« Pourquoi est-ce possible pour les premiers et inenvisageable pour les seconds ?

Comment ? Quoi que vous dites au fond ? Parlez plus fort, on entend mal d'ici. Ils ne veulent pas ? Bon, alors c'est qu'ils ne sont pas socialistes dites-vous ? 
 
Le jour où le monde du travail aura compris cela, l'émancipation du genre humain aura fait le grand pas indispensable pour quitter le champ clos de leurs trahisons et enjamber la crevasse au fond de laquelle l'attendent la droite et ses extrêmes. »

Nous partageons le point de vue de La Canaille.  Ils ne sont ni socialistes, ni de gauche.  Et il est dommage que la direction du PCF s'évertue encore à le faire croire aux travailleurs.  Qu'il y ait encore au PS des militants désireux de construire une société socialiste, nous l'espérons.  Mais ils ont choisi un parti qui détruit tous leurs espoirs et  satisfait dans tous les domaines les exigences des multinationales au détriment des intérêts des salariés et des familles les plus modestes. 

 

Se condamner à travailler le Dimanche ?

Ceux qui sont le plus favorables au travail le dimanche, ce sont en général ceux qui sont le moins exposés à cette contrainte. Les 15/19 ans et les 60/69 ans se disent d’accord pour travailler le dimanche, alors que les 35/44 ans ne sont que 17%. Enfin politiquement ce sont les partisans du FN qui sont le plus favorables au travail du dimanche.

 

Déjà dans la grande distribution, sur les 11 jours fériés il n’en reste que trois : le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier. Le 11 novembre par exemple, des caissières viennent travailler trois heures pour 12,80 euros de plus. Et lorsqu’elles prennent leur jour de repos en semaine, ce n’est pas à elles de le choisir, mais à leur patron. Car le salarié ne décide de rien, les gens pensent que les salariés sont volontaires, mais comment ne pas être volontaire quand on travaille avec des contrats à temps partiel, et que l’on est précaire.

 

Il faut se battre contre l’ouverture du dimanche, car bientôt on nous dira que 5 semaines de congés c’est trop. Si tout le monde travaille le dimanche à quand les retrouvailles familiales? Qui gardera vos enfants lorsque vous aussi vous travaillerez le dimanche ? Il faut éviter que le travail dominical dans les magasins ne fasse tache d’huile dans d’autres secteurs d’activités, comme les banques, les garagistes, les magasins de bricolage ou les administrations. Peu à peu tous les secteurs commerciaux et industriels, le bâtiment, les usines et les transports routiers n’auront plus de jours de repos définis. Le dimanche sera un jour comme un autre et sera payé comme un autre jour.

 

Pour gagner plus il ne faut pas travailler plus, il faut simplement gagner plus. Et pour cela il faut se battre pour des augmentations de salaire, et pas pour travailler le dimanche. De toute façon comme chacun a un pouvoir d’achat limité, ce que vous dépensez le dimanche, vous ne le dépenserez pas en semaine. Preuve en est que c’est plus un combat idéologique qu’économique : il faut casser le code du travail et le jour de repos obligatoire. Il faut être à la disposition du patronat ! 

 

80% de la richesse produite disparaît dans les poches des 10% des français les plus riches ! Les 10% dont Sarkozy défend les intérêts, et 90% des français dont nous faisons partie se partagent les 20% qu’ils nous laissent. Plus de la moitié des salariés gagnent moins de 1500 euros et ce n’est pas de travailler le dimanche qui changera les choses, bien au contraire ! 

 

Venir faire ses courses un dimanche, c’est se condamner à travailler soi même le dimanche à plus ou moins longue échéance. Et lorsque vous aussi vous travaillerez le dimanche, il faudra venir faire vos courses un autre jour. A ce moment là on proposera d’ouvrir les magasins la nuit, et peu à peu nous serons tous obligés de travailler 24h sur 24 et 7 jour sur 7 ! C’est votre liberté qu’ils sont en train de négocier ! Est-ce là le monde que vous voulez laisser à vos enfants ? 

 

L’ouverture de magasins le dimanche est aussi une façon pernicieuse de vous emmener flâner et vous promener dans ces temples de la consommation. Aujourd’hui ce sont les employés des grandes surfaces qui travaillent, mais demain ce sera vous ! Je propose donc que ceux qui veulent les magasins ouverts le dimanche, travaillent dans ces magasins toute l’année, dimanche compris !

 

«Si seulement les hommes pensaient, tout changerait»…N.Chomsky

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

GQ 03/10/2013 14:17


















OUVERTURE des MAGASINS le DIMANCHE : Allons jusqu'au bout du débat


A l’occasion de la condamnation de plusieurs enseignes de bricolage implantées en île de France, le débat sur les ouvertures dominicales des commerces prend un nouveau tournant. On
voudrait opposer…


Pour lire la suite cliquez ici




GQ 03/10/2013 09:20





TRAVAIL DU DIMANCHE : Exploiter toujours plus et sans répit, le credo du patronat ne
change pas


Le secteur du bricolage est un marché particulièrement dynamique. Selon l'INSEE, son chiffre d'affaires a doublé entre 1996 et 2006, année où il atteignait 17 milliards avant de grimper à 24…


Pour lire la suite cliquez ici

GQ 02/10/2013 23:40


Sur le blog de Nico Maury :



Travail du dimanche: "Les bricoleurs du
dimanche", financés et encadrés par Leroy Merlin et Castorama