Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Délocalisations : Besancennot est contre le protectionnisme ...

2 Octobre 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Qu'est-ce que la "gauche"

Extrait de l'article de François Ruffin, "la fiction des relocalisations",  publié dans le journal "fakir", publié sur lepcf (lire tout: ici)

C’était le 5 janvier 2010, au procès en appel des Contis, devant le Palais de Justice d’Amiens. Olivier Besancenot grimpe les marches du bâtiment. Ma marotte me titille, mais j’hésite, par civilité, pour ne pas déranger. D’autant qu’il a l’air crevé : il tenait un meeting, dans mon quartier, hier soir. Après quoi il a sans doute tenu un après-meeting, pour refaire le monde avec ses camarades autour d’un pot. Dans le hall, y a la queue, à cause du portique de sécurité. On piétine côte à côte. On patiente. Je me décide, tant pis pour la courtoisie…

– Monsieur Besancenot, excusez-moi de vous déranger, je fais un petit journal qui s’appelle Fakir…

– Oui ?

– … et je me demandais ce que vous pensez du protectionnisme ?

– Ah…

Il a comme un mouvement de surprise, de recul, qu’on ne lui pose pas une énième question d’actu sur les Contis, Sarkozy, les régionales, le dernier sondage, qu’on se lance dans la théorie économique dès le lever. Puis il se redresse, se reprend :

– Au NPA, on est contre. Ça va juste renforcer le pouvoir des capitalistes et des actionnaires, dresser les travailleurs les uns contre les autres, pénaliser les salariés du Sud, aider les capitalistes du Nord.

Il regarde ailleurs, vide ses poches, le débat semble clos.

– Mais, quand vous voyez les Contis, comme les salaires sont trop élevés en Picardie, on envoie l’usine en Roumanie… Est-ce que ce n’est pas ça, justement, je ne sais pas, qui dresse les peuples les uns contre les autres ? Est-ce qu’on ne se dirait pas que, contre le dumping social, il faudrait des taxes douanières ?

– Non, nous sommes contre toute mesure qui pourrait réveiller les nationalismes.

Il se retourne, dépose ses clés dans un petit bac en plastique.

– Mais alors, qu’est-ce qu’on doit faire ?

– Il faut soutenir les luttes des travailleurs, toutes les luttes, partout en Europe et dans le monde : c’est la seule solution pour que la classe ouvrière conquiert de nouveaux droits.

Il passe sous le détecteur, qui ne sonne pas.

Je le rattrape :

– Mais qu’ils luttent ou pas contre les délocalisations, de toute façon…

– Elles relocalisent, y a des tas de boîtes qui relocalisent. Pour obtenir des aides publiques…

– C’est des exceptions. Y en a pas beaucoup.

– Si, y en a plein, moi j’en connais plein.

– Moi pas. C’est juste quelques exemples, mis en valeur par le Medef et les médias…

– Appelez le NPA, ils vous donneront une liste.

– Mais le mouvement général, c’est quand même une perte d’emplois industriels…

– C’est vrai pour tous les pays du Nord. On assiste à un déclin de l’industrie vers d’autres formes d’emplois.

J’arrête, je l’embête.

Les magistrats rentrent dans la salle, on se lève, ils lisent le jugement à voix haute et on ne comprend rien : est-ce que les Contis ont gagné ? Est-ce qu’ils ont perdu ? C’est la confusion. Un cercle entoure l’avocate, mais elle non plus n’a pas bien saisi. Elle parcourt les feuilles, pressée de Alors ? Alors ?, tourne les pages, et livre son verdict : y a pas de prison, même avec sursis, juste des amendes. Ouf. Pour les caméras, et les copains dehors, les prévenus sortent du Palais en levant les bras, avec le V de la victoire. « On considère ça comme une relaxe, on est heureux, soulagés, déclare Xavier Mathieu aux micros. C’est la fierté de la classe ouvrière qui a été relaxée, une victoire. » Un couplet que reprend Arlette Laguiller : « C’est vraiment une victoire des travailleurs ». Partout, bientôt, du Parti de Gauche à SUD jusqu’à Barricata (Fanzine de contre-culture antifasciste et libertaire) résonnera ce refrain d’une « longue lutte victorieuse ». Pourquoi pas. On a besoin de ça, de se ranimer la flamme, même avec du triomphe en trompe l’œil, même en se mentant un peu. Parce que, malgré toutes leurs actions, toute leur bravoure, les Contis n’ont pas sauvé l’essentiel : les 1120 emplois. Qui ne seront plus dans l’Oise ni pour eux, ni – et c’est plus grave, sans doute – pour leurs enfants. Un bastion ouvrier disparaît, un de plus, mais leurs leaders repeignent ça en succès : « Ça fait chaud au cœur, se félicite Olivier Besancenot. C’est un encouragement pour tous ceux qui luttent, qui résistent et ne lâchent pas ».

De retour chez moi, j’appelle le NPA. Puis j’envoie un courriel. Non, me répond-on : eux ne disposent d’aucune donnée sur les relocalisations. Je retranscris l’échange avec Besancenot, et j’éprouve comme un vague désarroi. Tant de contre-vérités, d’insuffisances, en si peu de phrases :

1 – le protectionnisme « va juste renforcer le pouvoir des capitalistes et des actionnaires ». Mais pourquoi, alors, au cours de tous les G7, G20, Davos, etc., les présidents, ministres, patrons, bref tous les dirigeants capitalistes s’emportent contre la « menace protectionniste » ? Par altruisme ?

2 – le porte-parole du NPA s’attache à des détails – de très rares relocalisations (et pour une poignée d’emplois), des aides publiques scandaleuses (mais qui pèsent peu dans la balance) – pour éviter le fond du problème, cette concurrence instaurée à l’échelle de la planète.

3 – la « solution » qu’il présente – la lutte, partout, en France, en Europe, dans le monde – apparaît bien lointaine, sinon illusoire.

4 – il en ressort, finalement, un sentiment de fatalité : de toute façon, le « déclin de l’industrie vers d’autres formes d’emplois » est inévitable. Un Dominique Strauss-Kahn, une Christine Lagarde, un Jean-Pierre Raffarin ne diraient pas mieux…

François Ruffin, le 28 septembre 2011 (Source : journal "Fakir")

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

DiaBLo 10/10/2011 21:27



"Fakir" est édité à l'initiative de François Ruffin, journaliste à France Inter (Là bas si j'y suis) et au Monde Diplomatique. D'abord vendu localement dans la Somme, il est depuis un certain
temps diffusé nationalement par les NMPP (Presstalis). Son contenu ne manque pas d'intérêt.



gq 06/10/2011 13:18



"fakir" je ne connais pas directement, je pense que c'est publié en Picardie, d'oùla sensibilté à cette question.



casino 04/10/2011 10:09



Le débat politique ..... ils étaient sont et
seront. Avant ils étaient dans la Rome antique.



Diablo 03/10/2011 09:51



Selon un récent sondage 88 % des francais sont favorables à des mesures protectionnistes. En effet, l'inquiétude est forte d'un nivellement par le bas des salaires dans nos entreprises: A quand
le "salaire roumain" imposé chez nous ?


Le parti politique qui ne pose pas la question du protectionnisme n'a rien à voir avec la "gauche", la vraie, celle du monde du travail.


La gauche bobo en peau de lapin ça suffit, d'ailleurs Besancenot et son NPA c'est 1 % des voix : pas fous les prolétaires, il ont appris à connaître ce groupuscule sectaire. 



stoni 03/10/2011 09:14



eric ruiz tu es motivé comme mec.


qu'est-ce que ça vaut ce journal "fakir" ? quelqu'un connait bien ?