Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

David Noël, secrétaire de la section PCF d'Hénin-Beaumont : Mélenchon ne fait pas le poids contre Le Pen, "chez nous le Front de Gauche ça ne signifie rien"

21 Janvier 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Élections

lu sur lepecf.fr publié sur RC le 12 janvier 2011

 

Bonjour, je suis David Noël, secrétaire de section d’Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais, une ville qui est connue dans la France entière pour être le "bastion" de Marine Le Pen qui y a réalisé 48 % aux dernières élections municipales partielles de juin 2009.

C’est dans les quartiers populaires qui votaient auparavant pour le PC que le FN réalise ses meilleurs scores. Si je suis convaincu que les dirigeants du FN sont parfaitement fascistes, leurs électeurs ne le sont pas, ils se sont tournés vers l’extrême droite parce qu’ils pensent que les autres, c’est "tous les mêmes", qu’ils ne sont pas à l’écoute de la population, qu’ils sont "tous pourris".

Chez nous, le Parti Communiste, ça signifie encore quelque chose, c’est le parti de la Résistance, le parti des mineurs et des luttes sociales, le parti de Vasil Borik, ce jeune lieutenant ukrainien de l’armée rouge fusillé à 23 ans par les Allemands après s’être échappé d’un camp de prisonniers.

Chez nous, Front de Gauche, ça ne signifie rien, les gens ne s’y reconnaissent pas plus que dans la "Gauche Populaire et Antilibérale", ce sont autant de cache-sexes d’une direction nationale qui a honte de son programme et de son identité.

La candidature de Jean-Luc Mélenchon dans le cadre du Front de Gauche serait une catastrophe pour notre parti.

Comment convaincre les ouvriers, les chômeurs, les jeunes de voter aux cantonales et aux législatives pour un parti qui a honte de son nom et de son identité ? C’est suicidaire et c’est le meilleur moyen pour que le FN nous taille des croupières.

Mais il y a plus grave. L’adresse aux communistes du Conseil National laisse déjà entendre que nous participerions à une future majorité de gauche. On devine en lisant entre les lignes qu’on s’apprête à rééditer le choix désastreux de la gauche plurielle.

Jean-Luc Mélenchon a été secrétaire d’Etat dans un gouvernement qui a plus privatisé que les gouvernements Balladur et Juppé réunis, n’a pas démissionné au moment de la guerre au Kosovo, n’a rien dit contre le traité d’Amsterdam. Dans notre département il y a eu plus de 70 % de non au référendum sur le TCE et nous retournerions dans un gouvernement avec un parti pro-européen et atlantiste derrière Strauss-Kahn, Aubry, ou un autre ? C’est inimaginable !

La gauche pourra peut-être gagner en 2012, mais sans un nouveau mai-juin 1936, sans un nouveau mai 1968, on se prépare à être la caution de gauche d’un gouvernement social-libéral qui nous fera de la "rigueur de gauche". Il y a eu un formidable mouvement social contre la réforme des retraites, six millions de personnes dans la rue, des contacts qui se sont noués, alors, plutôt que de penser à la prochaine entrée au gouvernement, c’est maintenant qu’il faut préparer le prochain mai 2012, le mouvement social dont nous avons besoin pour changer vraiment la société.

Les communistes ont des choses à dire au peuple de France à l’occasion des présidentielles. La souveraineté des adhérents communistes doit être respectée. Nous sommes nombreux à être choqués d’apprendre dans les articles du Monde de Sylvia Zappi que les décisions sont déjà prises. La candidature d’André Chassaigne est aussi légitime qu’une autre, alors, j’espère qu’il n’y aura pas "deux poids et deux mesures", entre d’un côté des adhérents du PCF dont la voix ne compterait pas et des adhérents du PG (mais ont-ils été consultés, au fait ?) dont le candidat choisi d’avance serait in fine validé au "consensus" par les directions des organisations du Front de Gauche pour éviter le scénario catastrophe des collectifs antilibéraux...

Je vous remercie de votre attention.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E


J'ai dit "des camarades" je n'ai pas dit "l'animateur du blog" !



Répondre
G


18-20% ? tu crois que je suis gaga?



Répondre
E


On ne va pas manier le pessimisme à outrance mais c'est vrai que l'on ne voit pas bien comment l'on va pouvoir redonner du punch et du contenu au mouvement communiste dans notre pays. Ici, comme
sur d'autres blogs d'ailleurs des camarades fonctionnent encore comme si le PCF était à 18-20% mais aujourd'hui(même s'il peu fait illusion avec son nombre d'élus locaux en place grâce à
l'union avec le PS) le PCF a très peu de forces militantes sur le terrain, il est boboïsé dans bien des endroits et n'a plus de politique lisible par les couches populaires collés qu'il
est au PGE et à sa stratégie pro UE. C'est pourquoi je ne le différencie plus guère d'un parti social démocrate classique (le PG est aussi membre du PGE). A ce compte-là et de façon un peu
provocatrice (pour faire discuter) je me dis il vaut mieux un candidat social démocrate assumé : Mélenchon qu'un  candidat social démocrate "masqué" : Chassaigne ! (toujours la préférence de
l'original par rapport à la copie...)


Je sais que je vais avoir des contradicteurs mais bon...un blog çà sert aussi au débat, non ?    



Répondre
S


je ne pense pas non plus que beaucoup d'anciens électeurs communistes votent FN . par contre les participations gouvernementales de 81 , ainsi qu'au gouvernement de la gauche plurielle , le tout
assaisonné a la sauce mutante , ont fait d'énormes dégâts chez ces anciens électeurs communistes , comme chez les anciens adhérents . j'étais aussi membre du parti ,critique évidemment , et
j'étais catalogué selon les jours de stalinien ou de gauchiste , de toute manière c'était la rançon de tout camarade critique . quand on voit ou en est rendu politiquement le parti aujourd'hui je
n'ai aucun regrets , mais encore plus grave que peut-on en attendre ? rien . si ce n'est le vide politique ressenti par le monde du travail ( et a mon avis qui a pesé lourd sur l'échec des luttes
pour la retraite ) , qui peut se transformer par les temps qui courent en résignation , ou en dégout pour la politique , au risque d'alimenter les idéologies les plus noires .  sam 82
.       



Répondre
E


Il reste que l'on peut discuter à l'infini sur l'ancien électorat du PCF : pour qui vote t-il ou non etc...Le vrai problème c'est qu'il ne vote plus PCF ! et pourquoi ne vote t-il plus
PCF ? Difficile ici d'être exhaustif mais comment ne pas évoquer la "mutation" du PCF et la terrible période de participation gouvernementale 1997-2002 qui s'est terminée comme on sait. A
l'époque, alors membre du PCF, on me traitait "d'agent de la droite" si je criais "casse-coup"!..  



Répondre