Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Communiqué confédéral de la CNT : droits syndicaux en question

19 Mars 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Luttes 2008-2011

Jeudi 18 mars 2010 17h11
De:

Envoi relayé par Djamal Benmerad

À:

"Lettre CNT d'information publique" <liste-cnt@cnt-f.org>
Droits syndicaux en question ?

La Confédération Nationale du Travail & le Syndicat du Commerce Région Parisienne (SCIAL-RP CNT), qui oeuvre dans le commerce pour un syndicalisme de lutte de classes et de combat, était assigné le 11 février 2010 devant le Tribunal d'Instance de BOISSY ST-LEGER par la société BAUD (groupe CASINO) en contestation de la désignation de son Représentant de la Section Syndicale (RSS), en vertu de la nouvelle loi du 20 août 2008.

Dans son jugement, déjà largement commenté par la presse judiciaire, le Tribunal d'Instance a confirmé la validité de cette désignation. Aujourd'hui, la société BAUD s'est pourvue en cassation contre ce jugement favorable au SCIAL-RP CNT. Dans le mémoire remis en son nom par Maître BLONDEL à la Cour de Cassation, la société BAUD invite clairement à la Cour à donner un avertissement à tous les militants syndicaux. Elle lui demande de rappeler au SCIAL-RP CNT que "dans un contexte où les syndicats hésitent de moins en moins à encourager les salariés à se lancer dans des actions de plus en plus violentes, le recours à la violence n'est pas un mode de revendication acceptable dans une société démocratique".

Jouant sur le registre de la confusion sinon de la malhonnêteté intellectuelle, le propos confond sciemment "action" et "violence", mais sous-entend et présuppose que la violence serait syndicale, en éludant la réalité pathogène de la violence patronale (licenciements, destruction du tissu industriel et social, etc.) ! La société BAUD se fait ici le porte-voix d’une partie du capitalisme français qui use et abuse sans scrupule aucun de cette violence économique et sociale au quotidien et qui, lorsqu’il trouve face à lui des travailleurs qui s’organisent et résistent, a recours à l’appareil judiciaire d’État pour les briser. L’hypocrisie et le cynisme capitalistes en appellent alors à la République au mépris de la Res publica ! La société BAUD ne demande pas moins à la Cour de Cassation que d'adresser à l'ensemble des salariés en butte à la violence patronale du licenciement boursier et des profits spéculatifs un ordre simple :

SILENCE DANS LES RANGS !

AUCUNE INTIMIDATION LIBERTICIDE NE NOUS FERA TAIRE !

Confédération Nationale du Travail (CNT)
Bureau confédéral
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article