Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

COMITÉ DE SECTION PCF BÉZIERS du 17 mai 2010

21 Mai 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008


 

RAPPORT INTRODUCTIF

 

La nocivité du système capitaliste vis à vis des populations continue de plus belle. Après avoir touché le système bancaire qui s'en est tiré avec des profits conséquents sur le dos des populations, ceci grâce aux milliards injectés par les gouvernements en faveur des banques, voici les établissements financiers qui s'attaquent aux États en manipulant et utilisant leurs agences de notation et qui régulent de fait les places boursières. Les gouverne­ments européens, français et allemand en tête, qui dirigent leur budget comme des fonds de pension, craignent de ce fait les notes de ces agences. Ils ont trouvé qu'une solution: faire bénéficier les banques des déboires financiers des États les plus faibles économiquement en leur prêtant des fonds à des taux « usuraires ». Le comble étant que ces banquiers et gou­vernements, accompagnés des grandes entreprises, sont les seuls responsables de cette situation uniquement catastrophique pour les ci­toyens. Les marchés, c'est à dire les capitalistes, font la loi.


Le peuple grec est pour le capitalisme le premier à payer les futurs dividendes. Pour la Banque Centrale Européenne et pour le FMI, dont nous ne devons rien attendre, dirigés par deux sociaux démocrates, l'unique solution, peut importe le mot employé, c'est l'austérité et la rigueur pour les salariés, les retraités, la jeunesse... et surtout ne pas toucher aux capitaux privés et leurs profits. Les Portugais, les Espagnols, les Italiens et nous mêmes allons connaître les mêmes expédients dic­tés, à travers les dirigeants de l'Union Européenne, par les banques créancières... Ce n'est pas « la faillite de l'Europe libérale » comme le titrait l'Humanité du lundi 10 mai, c'est simplement la logique du capitalisme dont entre autres le traité de Lisbonne est l'instrument.


Sarkozy et Fillon prennent les devants. Rigueur et austérité, peut importe le nom, déjà appliquées depuis plusieurs années vont s'accentuer; pour commencer, disons plutôt pour continuer, salaires et retraites bloqués et attaqués, baisse des dépenses d'intervention concernant l'aide au logement, le RSA, les adultes handicapés... réduction des services pu­blics ou leur privatisation... Et surtout ne pas toucher aux dizaines de milliards de cadeaux fiscaux ou exonérations multiples qui font les profits du MEDEF!

Cerise sur le gâteau, la Commission de Bruxelles veut décider, avant les Parlements, si les budgets nationaux sont bien dans le moule d'une politique d'austérité européenne pour favoriser la concurrence libre et non faussée au service du Capital. Ainsi la souveraineté de la Nation passerait sous la surveillance de commissaires « économiques » dont le credo est profit pour l'ac­tionnaire, austérité et dénuement pour les autres... Le paupérisme est donc à l'ordre du jour!

Et pendant ce temps les médias présentent les événements non pas comme « une crise structu­relle mais une crise existentielle » et nous vendent en vue des Présidentielle de 2012 du Strauss-Khan. Ce nuage FMIste, entre autres faits divers, étant destiné à cacher la destruction de nos systèmes de re­traite, hospitalier, d'enseignement, de services sociaux et publics.


Pour expliquer cette situation catastrophique pour notre Peuple, notre responsabilité de communistes est comme toujours, mais encore plus qu'hier, en première ligne. La ba­taille pour une retraite digne est engagée par les syndicats. Cela n'est pas suffisant. Il nous appartient de continuer à donner nos explications qui doivent être d'ordre politique et idéo­logique. Nous devons expliquer sans relâche que le capitalisme détruit l'être humain et son cadre de vie, que seul le socialisme, au sens marxiste du terme dans un vaste mouvement rassembleur, est la solution. Nous devons mettre, après notre Assemblée Générale du vendredi 28 mai, ceci au premier rang de notre conférence départementale du 5 juin, conférence en vue du Congrès du Parti de la mi-juin 2010. Cela signifie que non seulement notre identité communiste doit être conservée et apparente, mais qu'elle doit être aussi celle de la lutte des classes.

Nous allons à cette Conférence départementale certainement plus serein qu'à la dernière. Les positions politiques des communistes, au sein de notre fédération, ont évolué dans notre sens. Mais comme dans tout combat rien n'est définitivement acquis et il y a encore à faire.


Au delà de JC Gayssot qui s'est « exclu de lui même du Parti », exclusion morale ratifiée par une très large majorité du Conseil Départemental, sachons qu'il y encore des adhérents du PCF qui le soutiennent, parfois par méconnaissance, par électoralisme, mais aussi pour d'autres, et plus grave, pour obtenir la disparition du Parti dans un conglomérat plus proche de la social-dé­mocratie que du combat de classe... L'exemple type étant la section de Murviel qui, dans un communiqué fourre-tout et mensongé du 10 mai, condamne la fédération de l'Hérault et notre section, soutient Gayssot et Collerais, se réjouit d'avoir des élus à la Région pour mener la politique de Frêche.


Le Bureau de notre section a soumis aux communistes de Béziers et d'ailleurs un document de travail intitulé : « PCF 34, POUR UNE DIRECTION FÉDÉRALE, UN EXÉCUTIF UNITAIRE ET ACTIF D’ICI LE CONGRÈS DE 2011 » Ce document d'analyse et d'orien­tation, mis en débat, sera à nouveau joint à la convocation de notre Assemblée Générale de la semaine prochaine (vendredi 28 mai). Le titre de ce document est clair. Sur la base de la réalité politique, idéologique et organisationnelle de notre fédération, nous devons arriver démocratiquement à proposer quelques orienta­tions structurantes pour celle-ci afin de redon­ner toute sa place dans le combat politique à notre Parti et à ses adhérents.  


Pour ce faire nous proposons:
- la désignation des camarades ayant clairement exprimé dans la plus grande diversité leur objectif de maintenir et renforcer le PCF; camarades qui font au quotidien vivre leur sec­tion, portent le plus grand soin au carac­tère collectif du travail et s’engagent sur cette base à participer régulièrement aux travaux du Conseil Départemental et de l’exécutif fédéral.
- que la population active et retraitée soit normalement représentée aux côtés de camarades, parfois élus, travaillant peu ou prou pour l’institution fédérale.
- l'exclusion des directions de tous les anciens membres du Conseil qui ont participé à la campagne de Frêche au premier et second tour, contre l’avis de la conférence régionale rati­fié par 80% des com­munistes, du C.D. et de la liste « A GAUCHE mainte­nant! »


Ces camarades élus devront s'engager sur les perspectives de travail suivantes :
- Faire revivre les cellules de quartier et d’entreprises. Suivre avec régularité à tous les ni­veaux de responsa­bilités les questions d’organisation : contrôle des tâches et respect des décisions prises collectivement, suivi des adhésions, collecte régulière des cotisations.
- Construire au quotidien et dans la durée l’or­ganisation communiste contre l’idéologie domi­nante.
- Redonner vie le plus rapidement possible aux mo­ments de rencontre entre communistes de différentes cellules ou localités : fêtes de section, fête fédérale.
- Publication à nouveau d’un mensuel communiste fé­déral, dans la tradition de ce que fût longtemps le «Travailleur du Languedoc», organe de liaison là aus­si entre tous les com­munistes, leurs luttes, celles de l’ensemble des exploités.
- Rédiger lors des bureaux et des C.D. un procès-verbal accepté par tous et remis aux camardes de l’instance concernée.
- Remettre en route un cycle de formation au mar­xisme et à l’action communiste au travers d’écoles de cellule, de section, fédérale. Dans cet esprit organiser dans les sec­tions la commémoration du 90 ème anniversaire du PCF.
- Contribuer à chaque moment de leur mandat (temps et lieu) à l’exercice de la souveraineté des com­munistes.


A travers ces propositions d'organisation et de travail, il s'agit de construire avec tous le Parti communiste du XXIéme siècle dans l’Hérault et au delà...


Pour l'heure, le Bureau de section a entrepris de contacter tous les camarades pour qu'ils se mettent à jour de leur cotisation en vue d'obtenir notamment un maximum de délégués à la Conférence Départementale, mais aussi d'affecter les nouveaux camarades et quelques anciens isolés à une de nos cellules. La vie de celles-ci est nécessaire, non seulement à celle de la section, mais aux contacts et échanges entre camarades pour déterminer la diffusion de nos idées com­munistes.


La Fête de La Plantade des 4 et 5 septembre sera là aussi importante et réussie si tous, en fonction de leurs possibilités, y participent à travers l'organisation et les débats. Nous y re­viendrons au point à l'ordre du jour la concernant.


Pour terminer, rappelons la dimension politique de la soirée débat de vendredi pro­chain 21 mai, consacrée au combat pour les retraites, avec sur leur demande la participation des premiers responsables de l'Union Locale CGT de Béziers. Cette soirée rentre dans la lutte pour les retraites avec la distribution du dépliant national à continuer, le collage d'affiches... et sur ce sujet notre participation active à la manifestation du 27 mai à l'appel de l'intersyndicale.


Hugues Bousquet

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article