Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Clair net et sans bavure, pourquoi il faut quitter l 'euro !

14 Juin 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #l'Europe impérialiste et capitaliste

L'AVENIR DE LA FRANCE DEPEND-IL DE LA NOTATION D'UNE OFFICINE PRIVEE, la Standard & Poor's?

 

UNE REFLEXION DE NOTRE AMI

François de la Chevalerie

Chers amis,

Je vous fais part du communiqué de l'Agence de Notation bancaire, la Standard & Poor's, ci-après :

"Si les autorités françaises ne poursuivent pas la réforme des retraites, ne continuent pas de modifier la Sécurité sociale et ne consolident pas le budget face au risque d'accroissement des dépenses liées aux retraites et à la santé", alors "il est incertain que Standard & Poor's maintienne la note AAA".

Bien que cette Agence ait été incapable de prévoir la crise de 2008 (sans jamais émettre la moindre alerte sur les subprimes), pas davantage la faillite de la banque d'investissement Lehman Brothers tout en accordant en même temps les meilleures notes à des entreprises calamiteuses comme Enron (où tous les comptes étaient falsifiés), il n'en demeure pas moins qu'elle continue de faire trembler de nombreux pays.

A l'égal de ses consours, Moody's et Fitch Ratings, ces Agences sont le coeur battant du capitalisme, assenant à l'envi des communiqués de presse invitant en filigrane les économies occidentales au démantèlement méthodique des services publics.

Malgré leurs analyses peu probantes, les Agences produisent des notations faisant foi de manière absolue. De celles-ci dépendent le taux de souscription des emprunts publics nécessaires au refinancement des dettes publiques.

Par exemple, pour la Grèce, le taux à 10 ans s'est tendu à 15,70%, tandis que celui à 2 ans a bondi à 19,93%. En clair, pour chaque 100 euros de recettes fiscales, l'Etat grecque doit reporter en dépenses 48 euros au service de la dette (paiement de intérêts et capital).

Le résultat est inévitable, le pays s'enlise.

Après la Grèce, le Portugal, l'Irlande et l'Espagne, c'est maintenant au tour de la France d'être prise pour cible.

Nullement feinte, la menace est précise.

« Si la France ne parvient pas à équilibrer ses comptes publics d'ici 2016, la France pourrait ne pas conserver sa notation AAA » 

Le diagnostic est entendu.

Outre l'argument du  déficit actuel, selon l'Agence, le vieillissement de la population française (2 à 3 mois gagnés chaque année) serait un facteur aggravant. Avec un taux de croissance faible, une désindustrialisation galopante, des contraintes juridiques par trop prégnantes, un resserrement du pouvoir d'achat, la perspective de tenir dans les cordes des Agences est improbable.

Des lors, la perspective d'une dégradation s'annonce comme inévitable.

Un passage en notation AA aggraverait le taux des emprunts souscrits par l'Agence Française du Trésor et donc mécaniquement l'endettement de la France.

Une spirale invraisemblable dont il n'existe, à ce jour, aucune autre solution qu'une dévaluation de la monnaie, comme cela a été souvent pratiqué dans l'histoire et avec succès, comme cela a été récemment réalisé par la Corée du Sud en 1998.

Mais pour cela, il faudrait quitter la zone euro.

Sujet par trop tabou mais dont l'initiative pourrait paradoxalement venir du pays le plus solide de la zone euro, l'Allemagne, lequel surprend par ses décisions unilatérales, donc in fine son sens aigu de la souveraineté.

Bien à vous

François de la Chevalerie

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 02/07/2011 08:36



Jean-Jacques ROSA : "L'euro : comment s'en débarrasser "


La lettre volée Jean-Jacques Rosa. L'euro : comment s'en débarrasser Jean-Jacques Rosa est professeur d'économie à Sciences-Po. C'est un libéral sérieux, au sens où son enseignement repose sur
la…


Pour lire la suite cliquez ici



Emmanuel Lyasse 14/06/2011 23:38



Tu m'as effectivement exposé plus de dix fois les principes d'un jeu de billard à quarante-sept bandes que tu me jugeais incapable de comprendre car n'ayant plus la chance d'avoir une carte PCF
(merci Bessac, et merci Dang Tran !)


 


Mais il n'y avait rien là-dedans qui justifiât le ralliement de qui est pour la sortie de l'Euro à un candidat qui explique qu'il est indispensable d'y rester et que ceux qui soutiennent le
contraire sont des criminels.


 


On peut certes, et parfois on doit, se ranger derrière un chef qui ne défend qu'une partie de notre programme. Mais il n'y a pas, il ne peut pas y avoir, de raison d'en choisir un qui défend
exactement le contraire. La dialectique a beau être une science merveilleuse, elle ne permet pas d'aller jusque là.



Emmanuel Lyasse 14/06/2011 19:25



Alors, comment peut-on soutenir André Chassaigne ?


En voilà une, de bavure !



Réveil Communiste 14/06/2011 20:26



Emmanuel, on t'a déjà répondu dix fois , ne fais pas semblant de ne pas avoir lu.