Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Boycott des élections européennes, réponses aux objections : 7.- « Il vaut mieux fédérer les forces opposées à l’eurolibéralisme ... »

3 Février 2014 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Élections

Sur le site du M'PEP

7.- « Il vaut mieux fédérer les forces opposées à l’eurolibéralisme, ou à défaut aider à choisir en leur sein. C’est un moyen pour compter les forces des mouvements antilibéraux et anticapitalistes, sans la pression nationale du vote utile, afin de les encourager à ne pas abandonner le combat du premier tour pour les élections suivantes »


Résumé


Le vote utile pour le système de Bruxelles, lors des élections européennes, c’est l’existence du vote lui-même. Et ceci quelque que soit la liste que l’on choisit. Car en réalité, en votant, on aura voté pour le système de Bruxelles en le légitimant. Le problème n’est donc pas de fédérer les forces antilibérales ou anticapitalistes dans un vote au sein des institutions européennes, mais dans le boycott militant de ces dernières. Ce sera le meilleur moyen de leur donner la possibilité de peser à nouveau dans un rapport de force en les faisant sortir de leur hostilité à la souveraineté nationale. Boycott !


Développement


Le problème n’est hélas pas de fédérer les forces antilibérales ou anticapitalistes. Il est de leur donner la possibilité de peser à nouveau dans un rapport de force. Et pour ce faire, il est indispensable de les sortir de leur hostilité à la souveraineté nationale, afin que leur objectif puisse de nouveau bénéficier d’un cadre institutionnel et politique indispensable au rapport de force, sans lequel tous les objectifs, quels qu’ils soient, sont vains, tout aussi rassemblés puissent-ils être.


Il faut respecter la hiérarchie des priorités. Tous les mouvements anticapitalistes ne servent rigoureusement à rien s’ils ne peuvent s’inscrire dans des dynamiques de pouvoir réel. Tant qu’ils restent englués dans une vision mondialiste, européiste, ils ne peuvent être les relais politiques des intérêts des classes populaires, qui pour de nouveau exercer une pression démocratique efficace, doivent retrouver un environnement institutionnel et politique où la souveraineté nationale (donc populaire) est reconnue et garantie. Compter les forces de mouvements sans force dans des élections sans enjeux ne présente aucun intérêt, surtout quand pour ce faire il faut contribuer à cautionner ce qui précisément a supprimé l’efficacité des pressions démocratiques, à savoir les institutions européennes.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article