Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

Blague bulgare

15 Septembre 2016 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #l'Europe impérialiste et capitaliste, #Europe de l'Est, #Front historique

Une étude sociologique approfondie sur " la Bulgarie, avant et après le tsunami capitaliste", étudiée à travers les représentations, les récits, et la mémoire populaire, traduite de l'américain, a été publiée sur RC : La Bulgarie, avant et après, dans la perception des générations qui vécurent le tsunami capitaliste

extrait :

Il y a une blague populaire bulgare qui circule à propos d'une femme qui se réveille pendant la nuit et court dans toute la maison, regardant dans l’armoire à pharmacie, le réfrigérateur et enfin à travers la fenêtre donnant sur la rue. Soulagée, elle se remet au lit. Son mari lui demande "Qu’est ce qui ne va pas?" "J’ai fait un terrible cauchemar," dit-elle. "J’ai rêvé que nous pouvions nous payer des médicaments, que le réfrigérateur était complètement rempli et que les rues étaient sûres et propres. "Mais comment cela peut-il être un cauchemar?" demande le mari. La femme secoue la tête, "Je pensais que les communistes étaient revenus au pouvoir.” [6]

 


[6] Maria Todorova, "From Utopia to Propaganda and Back," dans Todorova and Zsuzsa Gille, eds., Post-Communist Nostalgia (Oxford 2010) 1-13.

Partager cet article

Commenter cet article

GQ 03/12/2014 15:40


les pénuries dans le bloc de l'est provoquaient la floraisons de blagues anticommunistes, que l'on appelai "Radio Erivan"; mais la misère sans fond qui a suivit la transition au capitalisme n'a
donné envie de rire à personne.

GQ 30/11/2014 21:13


traduction instantanée en ukrainien !

GQ 06/03/2014 00:22


la suite promise :



La Bulgarie, avant et après, dans la perception des générations qui vécurent le
tsunami capitaliste

GQ 14/02/2014 09:13


Un extrait de l'étude sera publié dans le numéro  2 de  la revue Unir les Communistes, qui sortira fin février ou début mars. Prix au numéro fixé désormais à 3 euro 50, abonnement (4
numéros) 12 euros. Ceux qui se sont abonnés au tarif initial de 16 euros recevront un numéro supplémentaire. Les chèques reçus seront bientôt encaissés, patience !


Ceux qui veulent diffuser la revue peuvent en commander 10 exemplaires ou plus au prix de 2 euros l'unité, et conserver la marge.


Demandes et chèques à adresser à Unir les Communistes, c/o Pascal Brula, 5 rue des Farges, 69005 Lyon. Indiquer clairement l'adresse d'envoi.

GQ 06/02/2014 20:13


c'est pas pour toute suite, un extrait va paraitre dans le numéro 2 de la revue "Unir les communistes" à la fin du mois.

Bernard Gilleron 06/02/2014 20:09


J'attends avec impatience ce rapport.


J'ai étudié à l'université l'économie des Pays  Socialistes, en me focalisant sur Cuba et la Pologne. J'ai toujours regretté de ne pouvoir y bosser plus longtemps et plus profondément.


Il y a des gens dans le réseau, qui soulignent les phases de sénilité qui ont démarré avec Brejnev, et celle de la liquidation avec Gorbatchev (simultanée à nos liquidateurs).


Travailler et communiquer plus sur ces questions permettraient de casser les inepties sur le "soviétisme".

GQ 06/02/2014 19:52


Dans l'article qui sera publié le chercheur dit que la Bulgarie était le pays socialiste de l'Est européen le plus prospère, que le regret du socialisme y est plus prédominant qu'ailleurs, même
s'il est documenté aussi en Hongrie, en Roumanie, en Pologne, en URSS, etc, et que le terme "démocratie" y a acquis depuis le retour du capitalisme une acception péjorative originale. Bizarrement
les gens regrettent le socialisme et détestent les "socialistes", c'est à dire les bifteckards et les nouveaux riches postcommunistes. Le pays est maintenant ruiné matériellement et moralement.

Bernard Gilleron 06/02/2014 19:40


Ce n'est hélas pas le cas qu'en URSS les frigos étaient remplis (à ce que j'y ai vu en 1985),ou alors de victuailles pas appétissantes.


Mais tous les pays communistes étaient loin d'être logés à la même enseigne (revoir l'excellent "Good Bye Lenin"). Même les Roumains regrettent le temps de Ceaucescu.