Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Bernard Trannoy ; le PCF a-t-il la volonté de renverser l'ordre social?

15 Septembre 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Qu'est-ce que la "gauche"

La vraie question : La gauche est-elle en capacité de mettre en oeuvre une autre politique que celle de la droite ? En a-t-elle seulement la volonté ?

Plus que le doute est permis.

Le PCF a-t-il la volonté de renverser l'ordre social ? Parfois pour certain qui s’appelle communiste, j'en doute. Tellement nous sommes enfermés dans des démarches d'appareil, de sommet occupé par la lutte des places. Nous attendons trop qu’un miracle qui vienne du haut, faisant l’économie de notre engagement collectif. Amère illusion, le processus de reconstruction d'un parti se donnant pour objectif la transformation de l'ordre existant par en bas, est un processus à inscrire dans la durée.

Le problème n’est pas de nous rassembler contre, mais bien de nous rassembler pour des objectifs de transformation sociale impliquant des transferts massifs de pouvoirs aux salariés eux-mêmes. Cela passe surtout par la sortie du secteur marchand d’un certain nombre d’activités humaines : l’énergie, l’eau, les transports, les communications, la santé, l’alimentation, l’éducation, les banques et la finance, et d’une manière générale de toutes activités de base nécessaire à la prise en compte des biens communs.

L'anti-sarkozisme ambiant est, compte tenu de la nature des enjeux à très, très courte vue. En fait ne vise-t-il pas à masquer les incapacités et l’absence de volonté de mettre en oeuvre une autre politique de la part de ce qu’on appelle peut-être abusivement la gauche ? (appellation de nature largement incontrôlée).

Mettre en oeuvre une autre politique oblige à s’attaquer aux tabous européens. Aller à l’affrontement, éventuellement, quand il s’agit de l’intérêt national, de l’intérêt des salariés. Cela oblige à affronter le capital financier, de ne pas jouer à son égard, les bourgeois de Calais. Y sommes-nous prêt ? Pas seulement ceux « d’en haut », mais aussi vous, nous « en bas » ??

En fait l'objectif du capital est de s’assurer de la poursuite de la même politique avec d’autres, fussent-ils des sociaux-libéraux Strauss Kahn (directeur du FMI adoubé par Sarkozy et Bush) en particulier, mais pas seulement, actuellement objet d’une vaste promotion médiatique. D’accord qu’il est avec Sarkozy sur la liquidation du droit à la retraite à 60 ans. Ces sociaux libéraux là, n’hésiteront pas éventuellement, à nous appliquer des remèdes de démolition des droits sociaux comme leurs camarades socialistes en Grèce, en Espagne, au Portugal sous l’oeil vigilant du FMI, bras armé de la politique impériale des USA.

Ne perdons pas de vue le principe de réalité, en fait le capital ne nous laisse plus d'espace de manoeuvre, il déchire dans tous les sens tout compromis social. Ou bien on l'affronte en lui retirant ses moyens de nuisance ou bien on ne restera que ses esclaves.

De ce point de vue l’autonomie d’organisation du monde du travail, des salariés, par rapport au capital financier est plus que jamais indispensable. Et cette autonomie passe pour une part décisive par le renforcement et le repositionnement de classe du PCF.

Dernière tarte à la crème concoctée par des dirigeants en mal d’imagination : « Le programme partagé ». Bien et on partage quoi ?

Le Front de gauche, aucun intérêt, ce n’est qu’une machine à promouvoir le très populiste « Mélenchon »


Bernard Trannoy

le 15 septembre 2010

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article