Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Appel du 4 décembre pour un candidat communiste : les signataires du Rhône écrivent à Pierre Laurent

2 Avril 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Élections

sur lepcf.fr


Pierre Laurent sera dans le Rhône le 5 avril pour un Conseil Départemental sur les présidentielles et législatives.

Les signataires de l’appel "Pour une candidature communiste aux présidentielles" lui ont demandé une rencontre ainsi que l’élargissement de la réunion du Conseil départemental à tous les communistes qui le souhaitaient.

Le rendez-vous comme l’élargissement de la réunion ont été acceptés.

A Pierre LAURENT Secrétaire national PCF 2 place du Colonel Fabien 75019 Paris Copie : Danièle Lebail, Secrétaire départementale Fédération du Rhône

Le 29/02/2009

Cher camarade,

Nous avons été informés de ta venue le 5 avril pour un Conseil départemental élargi aux secrétaires de section pour « faire un bilan des attentes, des propositions des communistes sur le projet, le cadre de la campagne et le choix de la candidature » aux élections présidentielles de 2012.

La forme proposée pour cette réunion –Conseil départemental élargi aux seuls secrétaires de section- ne permet pas la discussion large et franche qu’il faut favoriser entre les communistes dans ce département. Cette initiative parait bien étriquée au regard du débat qui traverse le Rhône.

Tu n’es pas sans savoir que de nombreux communistes du Rhône –près de 300- se sont joints à l’appel « Une candidature communiste pour les élections présidentielles 2012 » aujourd’hui signé par près de 1200 communistes de tous les départements de France.

Au nom de ces communistes signataires dans notre département, nous sollicitons d’une part un rendez-vous à l’occasion de ta venue dans le Rhône pour te faire part de notre réflexion au sujet des présidentielles. Cela serait un signe fort d’une volonté de débat avec tous.

D’autre part, il est encore temps d’imaginer pour le 5 avril une assemblée permettant la participation la plus large des communistes.

Trois cent communistes ont participé le 12 février -en l’absence de la direction départementale- au débat entre André CHASSAIGNE et André GERIN dans un climat de fraternité et d’unité. Ce débat a montré la légitimité de nos candidats potentiels aux élections présidentielles, leur capacité à débattre et dégager le chemin de l’unité des communistes au-delà des différences d’opinions assumées sans complexe. Il a été une bouffée d’air pour tous ceux qui y ont assisté.

Depuis, il y a eu les élections cantonales que nous devons prendre en compte dans notre réflexion pour les présidentielles.

La remontée du Front national et les taux jamais atteints d’abstention confirment la profondeur de la crise politique qui atteint tous les partis.

Dans cette situation, les candidats communistes maintiennent voire renforcent leurs positions. Ils apparaissent comme les mieux à même de rassembler l’électorat populaire. Les forces militantes du PCF ont joué un rôle essentiel dans ce résultat ce qui a fait dire à beaucoup de commentateurs, le Front de gauche c’est surtout les communistes !

Durant toute cette période, Jean-Luc Mélenchon n’a cessé de jouer cavalier seul. Sur deux questions essentielles, l’intervention de la force armée française en Libye et l’abandon de l’énergie nucléaire, il a pris publiquement et sans discussion des positions qui n’ont rien à voir avec celles du PCF, tanguant en quelque sorte entre les socialistes et les verts au gré de l’actualité. Nous considérons donc que toute tentative de régler la candidature aux présidentielles en catimini au prochain Conseil National serait un déni de démocratie.

Les communistes doivent pouvoir se prononcer avant la Conférence nationale sur leur préférence ou pas pour un candidat communiste, quel que soit par ailleurs le cadre de la campagne.

Nous te renouvelons notre demande de rencontre,

Fraternellement,

Sophie Barcelo, Pascal Brula, Marie-Christine Burricand, Blandine Chagnard, Edith Chagnard, Marie-Christine Eigeldinger, André Gerin, Roland Lebouhard, Bernard Lemée, Pierre-Alain Millet, Alain Picard, Michèle Picard, Mireille Popelin, Gilbert Rémond, Henri Thiviller, Serge Truscello, Jean Zunino.

NB : l’appel et les signataires sont consultables sur le site lepcf.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gilles G 05/04/2011 21:06



a marcel
Y'a pas de comparaison entre l'épopée africaine des cubains et l'escapade tragi -comique des américains en somalie. Je faisais juste un trait d'humour sur la mésavanture des second.



Quoique les premiers pas du che sur le continant n'ai pas laissé un souvenir bien glorieux helas...
 La suite est d'un tout autre acabit. mazette!



Je crois effectivement qu'on peu rendre hommage au combat des cubain contre l'impérialisme néo colonial en Afrique. Même si cela ne leur a pas rapporté grand chose.



Mais en Afrique si il y en as qui ont vraiment tout compris aujourd'hui : Ce sont les chinois et cela sans tirer un coup de feu!


 


A jonathan bien d'accord avec toi sur le constat en 79.



Mais mon commentaire étais emprunt d'une certaine provocation quand je dit que l'intervention soviétique revêt une dimension humanitaire au vue de ce qu'il s'est passé ensuite.



Je doute fort que les motivations originale des soviétiques soit si "humaniste" que cela. Et puis même le jeu en valait il la chandelle?



Les femmes Afghanes n'ont rien gagné a ce long conflit, Je ne parle même pas des mères de soldats soviétiques.



gilles G



gilles G 05/04/2011 15:04



Dites vous avez fini d'enfoncer des portes ouvertes !? Sinon ce dialogue va finir par ressembler a certaine bulles tintinesque entre dupond D et dupont T. Sauf que la on est trois mdrrr


 


 



marcel raym 05/04/2011 08:53



A Gilles: si les Cubains sont repartis d'Angola sans rien emporter c'est qu'ils l'ont VOULU et c'est leur honneur d'internationaliste. Les americains sont repartis sans rien de Somalie (je crois
qu'ils y reprennent pied) mais ils ne l'ont PAS VOULU. Grosse différence non ?


A Jonathan: tout à fait d'accord . On oublie vite les photos des étudiantes en jupe courte à Kaboul et le Général femme en Irak. Cela semble incroyable aujourd'hui, depuis que ces deux pays
ont été libérés par nos glorieuses armées occidentales. La femme Libyenne n'a qu'a bien se tenir.. 



Jonathan 04/04/2011 23:34



Sur l'URSS en Afghanistan, il faut simplement rappeler qu'en 1979, le régime afghan était menacé par les islamistes, déjà, et que le pays était engagé dans un processus progressiste : les femmes
n'étaient pas obligées de porter le voile, et elles allaient à l'école. L'intervention soviétique, certes maladroite, visait à pérenniser ce régime. Malheureusement, sous l'influence des
idéologues humanitaristes et anti-communistes occidentaux, qui y ont trouvé un premier terrain de jeu, les progressistes européens ont vu dans les moudjahidines les libérateurs de leur peuple, et
ont laissé les progressistes afghans se faire écraser. Je voudrais aussi préciser que Massoud, encensé par l'occident, n'était qu'un islamiste "modéré", opposé aux talibans, mais sûrement pas un
progressiste.


 


 



gilles G 04/04/2011 20:59



Oui bien sur tu as raison pour cuba. ( Je ne crois pas qu'ils en aient gardés un très bon souvenir).



Remarque repartir avec rien, c'est déjà pas si mal quand on pense aux américains en somalie qui sont repartis avec un coup de pied au cul, un nez rouge et un bonnet d'âne en prime. lol



Par contre je vois tout a fait l'interet immediat que pouvaient retirer les sovietiques de leur intervention en afganistan:


Tout simplement éviter que ce pays ne parte dans une dérive qui leur seraient peu favorable voire risquerais de contaminer les républiques adjacentes.



Quand on sait, ce qu'il advint de l'Afghanistan après leur départ sous la houlette de ceux que certain nommèrent "les combattants de la liberté"; On peu, effectivement se demander, si d'un point
de vue purement humanitaire, cette intervention ne trouve pas sa justification rétrospectivement.



Enfin bref, l'histoire est la et elle a, à de multiples occasions, démontrée que l'idée de la guerre humanitaire est souvent un piège pour ceux qui interviennent et encore plus souvent une
catastrophe pour ceux que l'on est censé protéger.


Gilles G