Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Appel de communistes en soutien à André Chassaigne

14 Décembre 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Élections

2012: POUR UN RASSEMBLEMENT SANS EFFACEMENT DU PCF


La campagne pour l'élection présidentielle de 2012 a incontestablement commencé. Face à la crise très grave du système capitaliste et aux besoins de se débarrasser vraiment des politiques de régression sociale, les communistes, dans le Front de gauche, ont une responsabilité historique :


- Pour faire prévaloir les exigences sociales des gens qui souffrent et qui ont besoin d'un rassemblement développant de façon cohérente le combat sur les moyens financiers et les pouvoirs en France, en Europe et dans le monde, pour une autre vie;


- Pour contribuer à faire avancer des propositions radicales et réalistes, ainsi que pour la prise en mains par les gens eux mêmes de grands axes de transformation sociale;


- Pour changer toute la gauche, afin qu'elle puisse gagner en 2012 pour un véritable progrès social et de civilisation.


Or, pendant que Jean-Luc Mélenchon est quotidiennement intronisé par tous les grands médias comme le « candidat naturel » du Front de gauche et qu'il avance ses propositions, les communistes sont, eux, invités à ne se préoccuper, pour l'heure, que « du fond », du contenu de ce que pourrait être un « programme populaire partagé ». Nous voulons partager le plus possible avec lui, comme avec d'autres d'ailleurs. Mais les idées que Jean-Luc Mélenchon exprime sont souvent, sur des sujets essentiels, éloignées des élaborations novatrices portées par les communistes.


Faudrait-il se priver de ces apports du PCF? Nous pensons que non! Déjà, avec des propositions précises, celui-ci a contribué à faire avancer dans le grand mouvement sur les retraites des exigences articulant un objectif social (les 60 ans à taux plein), de nouveaux moyens financiers, despouvoirs pour les travailleurs à une visée nouvelle de civilisation: l'utilisation de l'allongement de l'espérance de vie en bonne santé pour des activités sociales libres des retraités. Cette cohérence indispensable de grandes propositions de progrès, il faudrait la développer systématiquement, à l'appui de nouvelles luttes, à tous les niveaux. Le besoin de rassemblement à gauche ne peut signifier une réduction de l'ambition et de la cohérence des propositions transformatrices. Et rassembler ne veut pas dire déléguer, ni élaguer. Il ne saurait être question que le Front de gauche soit l'outil d'une tentative de rassemblement derrière le PCF. Il ne saurait pas plus être celui d'un rassemblement derrière le leader charismatique d'un autre parti.


Le Front de gauche a besoin d'un candidat capable de porter un contenu ample et aiguisé d'options en liaison avec les luttes populaires. Il lui faut un candidat ancré dans les aspirations du peuple, de démocratie citoyenne, qui vise au rassemblement le plus large pour changer la donne à gauche, afin de battre la droite et Sarkozy en faveur d'une politique vraiment nouvelle. On ne peut sous-estimer, comme semblent le faire certains, l'importance de l'élection présidentielle et de la personne du candidat. Leur importance est tout à fait considérable. Cette élection est devenue, qu'on le veuille ou non, le moment rare d'un débat fondamental sur le projet de société. On sait combien la campagne pour cette élection, les couleurs, les idées-forces qui y sont portées par les candidats pèsent, du fait de leur proximité, sur les élections législatives, si décisives.


Peut-on croire raisonnablement que les communistes seront bien entendus partout en portant leurs propres propositions aux législatives si, auparavant, ils délèguent, pour la présidentielle, la promotion d'un programme plus ou moins partagé à un candidat dont le style se réclame du populisme et dont les propositions les plus emblématiques sont différentes des leurs?


Par exemple, les communistes proposent une réorientation de la Banque Centrale Européenne (BCE) pour développer les services publics, sécuriser l'emploi et la formation, au lieu de la « flexisécurité » que droite et PS soutiennent, en cherchant à récupérer les exigences syndicales de « sécurité sociale professionnelle ». De même, ils mènent la bataille, en France et dans ses régions, pour un nouveau crédit sélectif, avec un pôle bancaire et financier public et des Fonds publics régionaux. Ils avancent des propositions de pouvoirs nouveaux des travailleurs et des citoyens dans les entreprises, les services publics, les localités.


Mais se feront-ils comprendre si, pour l'élection présidentielle, ils délèguent le rôle de porte-parole principal à Jean-Luc Mélenchon qui, lui, se fonde essentiellement sur l'impôt, et non sur le crédit, pour le progrès social et propose de « sortir du Traité de Lisbonne » sans prendre en compte la nécessité impérieuse d'un changement fondamental de la BCE?


Ce serait là se contenter d'en rajouter un peu dans le gauchissement du discours au gauchissement démagogique engagé par le PS à propos des inégalités, sans toucher, comme lui, aux gestions des entreprises, à leurs relations aux banques, aux critères du crédit, aux orientations profondes de la politique économique, industrielle et des services publics, jusqu'aux enjeux écologiques, aux rapports financiers de la France à l'Europe et au monde.


Cela ne ferait guère le poids face à Sarkozy qui va redoubler de démagogie, de populisme, de ciblage clientéliste, comme à propos de la dépendance, et de gesticulation au plan mondial avec la présidence française du G-20. Rivalisant avec DSK sur les problèmes financiers internationaux, il va tenter de récupérer de façon démagogique, pour la pervertir de façon réactionnaire, l'idée de réforme du système monétaire mondial. Quel gâchis de nos apports si le Front de gauche ne porte pas dans la campagne de l'élection présidentielle l'idée d'une monnaie commune mondiale, née dans les rangs du PCF, à l'opposé de la domination du dollar!


Au contraire, nous devons tout faire pour rassembler le plus possible d'électeurs de gauche et bousculer le PS sur les questions décisives des financements et des pouvoirs pour d'autres objectifs sociaux et une autre vie.


Pour toutes ces raisons, nous soutenons et appelons à soutenir les propositions de transformation radicale dans leur cohérence et la candidature d'André Chassaigne pour porter pleinement toutes les couleurs du Front de gauche en 2012.


Cathy APOURCEAU, Dante BASSINO, André BARBILLAT, Françoise BAUD, Claude BILLARD, Frédéric BOCCARA, Paul BOCCARA, Alain BOLLA, Stéphane BONNERY, Gisèle CAILLOUX, Jean-Louis CAILLOUX, Jean CHAMBON, Jackie CHÉRIN, Jacques CORBEL, Sylvain DALLA ROSA, Alain DEPOILLY, Yves DIMICOLI, Patrick DOUET, Thierry DOULAUD, Eric DUBOURGNOUX, Denis DURAND, Jean-Marc DURAND, Marie-Thérèse EYCHART, Roland FARRÉ, Liliane GALLIAN, Annie GUYOMARCH, Pierre GUYOMARCH, Anne LAFAURIE, Yvan LAVALLÉE, Michèle LEFLON, Jacky LELARGE, Hughes LIESE, Jean MAGNIADAS, Jean- Claude MAIRAL, Nicolas MARCHAND, Catherine MARTIN, Catherine MILLS, Alain MORIN, Jean-Pierre MORVAN, Jean-Claude PRADEAU, Benoit PRADIER, Raphaëlle PRIMET, Frédéric RAUCH, Denis RECOQUILLON, Jacquy RIVOALAN, Gilbert ROTBART, Marine ROUSSILLON, Roger SALIBA, Richard SANCHEZ, Paul SOUFFRIN, Jean-François TÉALDI, Claudy VALIN


(pour se joindre à cet appel: soutien.chassaigne@gmail.com)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Laurent MELY 06/01/2011 22:21



Que d'approximations, camarades ! Débattons des candidatures, oui, mais en connaissance de cause de chacune d'elle.


Un exemple : Mélenchon et la BCE ! Mélenchon ne propose pas de redéfinir le rôle de la BCE ? Non, dans son ouvrage "Qu'ils s'en aillent tous", il propose de redéfinir le rôle de la Banque de
France pour qu'elle soutienne le pays en prêtant à l'état et aux services publics (page 87), ce qui est exactement la même chose que ce que proposent le PCF, si ce n'est que Mélenchon se pose
dans le cadre de la France et le PCF de l'Europe. Différence de coupeur de cheveux en 4.


La seule vraie diffférence entre Chasseigne et Mélenchon, c'est leur conception de la gauche. Pour Chasseigne, il n'y a qu'une seule gauche, dont le PS fait partie. Le PS, celui de DSK et de
Valls ? 


Pour Chasseigne, "il ne faut pas opposer le cavalier blanc (le Front de Gauche) au cavalier noir (le PS) mais faire avancer toute la cavalerie ensemble".


 Si appeler à voter DSK au second tour et refonder la gauche plurielle, c'est votre truc, mettez Chaseigne en candidat !


 Mais pour moi, c'est non !



pavel loz 31/12/2010 18:34



D'ac avec Roquet



roquet 31/12/2010 16:56



Complément de ma réponse à el diablo. Autant je combats l'opération Front de Gauche dont le but est de faire disparaître le PCF de l'échiquier politique français,notamment en l'éjectant de la
campagne présidentielle, autant je ne saurais me satisfaire de la présence d'un candidat présenté directement par le PCF, portant non pas l'étiquette Front de Gauche mais bien l'étiquette
communiste, mais qui aurait dans ses propositions quelque chose comme l'Appel de "l'Humanité" pour sauver l'Union Européenne. Alors là,ma réponse serait le refus de vote. Roquet



Pavel Loz 30/12/2010 19:56



Bon, je crois que Diablo m'a convaincu ! non seulement il faut un candidat communiste mais en plus il faut qu'il soit clair et parle clairement ! Il faut qu'il avance un programme marxiste,
révolutionnaire, internationaliste et sans concessions avec la bourgeoisie (de DSK à Sarkpzy en passant par Aubry and coe) ces institutions et la 5e République. Un candidat qui avance la
perspective d'un gouvernement ouvrier ou des travailleurs se fixant comme objectif la rupture révoltionnaire avec le capitalisme, ces institutions etc...Pour éviter que le FN ne rafle la mise
(sans parler de l'abstention bien compréhensible dans les masses) il faut un programme d'action immédiat....Quelques éléments qui me viennent à l'esprit et que j'ai tenté de résumé dans une forme
d'intro....


"Les éléments du programme que le PCF met à disposition du peuple de france pourraient tenter d’apporter une première
réponse aux problèmes vitaux qui concernent tous les travailleurs. Toutes les
propositions qu’il contiendra, et que les militants communistes du PCF qui l’auront rédigé pourrait être soumis à la libre discussion de tous durant la campagne. Je pense qu'ils pourraient se
résumer en quelques mots :



Contre la barbarie capitaliste qui s’étend, il est possible de combattre, pour
·  unifier toutes les forces de la classe ouvrière et des masses laborieuses en
général, pour préparer l’organisation du combat,
·  imposer aux dirigeants ouvriers de nos syndicats et partis la grève générale illimitée qui chassera le gouvernement Sarkozy, le gouvernement des exploiteurs,
·  porter au pouvoir, dès que l’immense masse des exploités se sera mise en
mouvement, un gouvernement des travailleurs qui prendra toutes mesures
pour satisfaire les revendications légitimes de la grande majorité des créateurs
de richesses.
Pour atteindre ces objectifs sans la réalisation desquels il n’y a qu’un avenir de
déchéance et de misère pour le plus grand nombre, un seul mot d’ordre :
s’organiser pour imposer l’action unie de la masse contre le patronat et son gouvernement et contre les dirigeants ouvriers (PS, direction mutante du PC, direction réformiste de la CGT...) qui
veulent l’empêcher ou la dévoyer,
s’organiser pour rassembler à la base les travailleurs dans leurs partis (le pcf), dans des Collectifs, dans des Comités et toutes formes d’organisation de masse pour préparer et imposer la GREVE
GENERALE (cf l'expérience de nos camarades du KKE en Grèce),
s’organiser en un parti communiste réellement révolutionnaire armé d’un programme, dont le présent texte (qui n'est pas écrit nota) ne sera qu’un élément soumis à la discussion entre les
travailleurs, afin de reconstruire
la force politique qui manque encore : le PCF véritable
Travailleurs, ouvriers, jeunes, etc...le moment est venu de confronter tous les points de vue de ceux qui veulent combattre en toute conscience le régime capitaliste mondial, pour le renverser,
pour lui substituer le pouvoir de la classe ouvrière, en France et dans le monde entier.
S’organiser dans le PC, avoir pleine conscience des enjeux de la lutte inévitable qui nous attend dans l’avenir, c’est déjà faire un pas en avant décisif vers le socialisme qui reste la seule
perspective humaine à opposer à une société bourgeoise en faillite totale !
La crise mondiale du capitalisme a éclaté. Tous les discours assurant que le
capitalisme était le meilleur système possible, qu’il suffisait de corriger ses excès
pour assurer le développement de la société, s’effondrent devant la réalité. Partout dans le monde, les ravages de la crise s’étendent.
Renflouant les banques et les entreprises à coups de milliards d’endettements
publics, les gouvernements bourgeois n’ont gagné qu’un court répit. Chacun peut
voir l’absurdité d’un système, celui du mode de production capitaliste, parvenu au
stade du pourrissement : d’un côté on manque de tout, de l’autre on produit trop de marchandises.Ainsi, la course au profit implique la baisse des salaires, la diminution du nombre de
travailleurs employés, la suppression de tout ce qui est un coût insupportable pour la bourgeoisie, comme le droit à la santé, à la retraite, à l’éducation, au logement, les services publics,
etc… Et dans le même temps, les patrons ferment les usines, faute de trouver des débouchés pour vendre auprès des populations qu’ils réduisent eux-mêmes à la misère. Les gouvernements bourgeois
parlent de reprise. Mais ils sont incapables d’arrêter
la crise. Les milliards qu’ils ont distribués aux actionnaires et aux banquiers ne
peuvent s’investir et ne font que nourrir de nouvelles spéculations.
Inéluctablement, la catastrophe est au bout.
A nouveau le capitalisme montre son vrai visage : pour tenter de se sauver luimême, le capitalisme ne peut que plonger les populations dans une misère
effroyable et dans la barbarie. La classe ouvrière, la jeunesse, les paysans, pêcheurs, travailleurs indépendants, tous ceux qui n’ont que leur travail pour vivre, sont écrasés chaque jour un peu
plus. Les populations des pays dominés par l’impérialisme meurent de faim et de soif.
Cela ne peut plus durer. Il faut ouvrir la perspective du combat centralisé des masses dans la grève générale pour renverser le gouvernement des patrons.
Il faut ouvrir la perspective d’un gouvernement des travailleurs.
Dans la situation de crise générale où est parvenu le capitalisme aujourd’hui, les
masses n’ont pas d’autres solutions pour se défendre que de combattre pour
renverser le gouvernement des patrons et des banquiers, prendre le pouvoir,
s’attaquer au capitalisme en faillite, pour organiser la société pour les hommes et
non plus pour l’exploitation des hommes.
Mais comment y parvenir ? Aux travailleurs en France qui subissent de plein fouet les conséquences de la crise économique mondiale et cherchent à unifier leur lutte sur un programme, nous,
militants du PCF, soumettons le nôtre qui s’inspire des problèmes posés par la situation présente et du plus important de tous, la conquête du pouvoir politique par les travailleurs.



el diablo 30/12/2010 17:52



Bonsoir,


Je ne me fais aucune illusion : le candidat porteur du "programme communiste" ne serait pas élu président et ne ferait qu'un (petit) tour. Le problème n'est pas là! aujourd'hui il y a un fort
mécontentement populaire (comme jamais sans doute depuis la Libération) et en même temps aucune force politique n'est porteuse de ce mécontentement.


Mécontentement populaire : les salaires même moyens ne permettent plus de vive décemment, ceux qui travaillent subissent les formes de direction
("management") inventées aux USA et en contradiction avec le système d'encadrement en vigueur jusqu'il y a quelques années en France. Résultat des millions de travailleurs sont épuisés par leur
travail et des millions d'autres sont déprimés de ne pas en avoir.


Mécontentement populaire : Les services publics , école, santé, poste, transports, sécurité sont en décomposition


Mécontentement populaire :la démocratie est bafouée (cf référendum de 2005) etc...donc çà sert à rien de voter puiqu'après ils changent tout si
notre vote est "mauvais" d'où les abstentions massives.


Mécontentement populaire :L'union européenne est porteuse de misère et de vie chère (euro) et celle n'a rien a voir avec l'amitié entre les
peuples et la paix auxquels tout le monde aspire mais ces argument sont utilisés comme un leurre pour imposer une machine ultracapitaliste qui s'appelle l'UE et qui est irréformable!


etc...


Dans ce contexte, le lien avec les milieux populaires  a été coupé : les cités populaires sont devenus des déserts militants, les dirigeants du PCF se sont boboïsés et toutes leurs démarches
tournent autour de la problématique : comment conserver nos sièges (et nos avantages d'élus)?


Donc, c'est clair on est loin très loin de ce qu'il faudrait .


Ainsi, l'élection présidentielle étant un moment où l'on parle beaucoup de politique (c'est comme çà) il faut donc en profiter pour engager, à travers l'écriture d'un programme communiste un
recrutement dans nos quartiers et pour cela on aurait besoin de tous les communistes.


Eh oui : avant de regagner des électeurs il faut d'abord regagner des militants car c'est pas la télé et nos quelques blogs qui suffiront!


çà pourrait être l'ambitieux objectif des communistes pour 2012.


C'est mon idée même si je ne développe pas trop pour éviter de paraître "rasoir" et donneur de leçon (c'est pas vraiment mon genre)