Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Paroles de communistes, 1. Le PCF: pourquoi j'y ai adhéré

5 Août 2009 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Paroles de communistes!

Je republie ce texte que j'ai écris il y a maintenant presque deux ans, au sujet de mon adhésion au PCF. Non par mégalomanie (ha ha, qu'est-ce que j'écris bien), mais pour vous inviter, chers camarades, à nous raconter votre histoire de militant : quand avez-vous adhéré, pourquoi, dans quel état d'esprit, dans quel contexte, raconter vos expériences; vos joies et vos peines, vos combats, dans ce parti qui est le nôtre. Je vous propose d'envoyer votre contribution sur le mail du blog : reveil.communiste@gmail.com
Le but (c'est une idée qui me trotte dans la tête depuis un certains temps) est d'établir une (modeste) histoire des militants communistes français, d'hier à aujourd'hui, et de confronter nos expériences particulière pour dessiner une (petite) fresque historique des cocos, que j'intitulerai "Parole de militants communistes"
 Cette initiative a également pour but de (peut-être) gommer nos différences, et de nous rassembler autour d'un héritage commun, celui du communisme.
Enfin, étant apprentie historienne (médiéviste), cela m'intéresse, toutes ces tranches de vies, comprendre une époque à travers la microhistoire, celle des individus, des anecdotes, des histoires qui ont fait l'histoire du PCF.
J'aime les communistes dans toutes leurs diversités, je fais de nos (petites) divergences une richesse.
Bien dsur, tous les communistes sont invités à écrire, encartés, pas encartés, plus encartés. Au contraire! J'aimerais avoir le point de vue des cocos non encartés, que ce soit par choix ou par dépit.

Voilà...à vos claviers!

Astrée 4 août 2009


Publié la première fois le 26 septembre
2007

Mon premier combat aux côtés du PCF date de février 2005, au moment où le parti militait pour le NON au référendum sur le projet de Traité européen. A l'époque, j'avais 19 ans, j'étais en classe préparatoire littéraire; j'étais déja politisée mais sans appartenance à un parti. De gauche, je l'étais certainement, communiste, pas spécialement. Le PS, pour qui j'avais quelques affinités, militait ardemment pour le OUI (du moins, c'était le cas de ses dirigeants), donc pour moi il était hors de question d'y adhérer; il restait donc, à gauche, la LCR, les Verts et le PCF. C'est vers la LCR que j'aurais dû me diriger, car c'est un parti qui attire beaucoup de jeunes de gauche, mais, en côtoyant certains militants LCR dans ma promo, je me suis vite rendue compte que j'étais en désaccord sur de nombreux points avec eux (notamment concernant les questions de la sécurité et de la laicité). Quant aux Verts, ils ne m'ont jamais vraiment enthousiasmé...

Restait donc le PCF.

J'avais remarqué que pendant la campagne du NON, c'était les militants communistes qui étaient les plus dynamiques, et surtout, les plus convaincants. Je leur ai donc filé un coup de main, au début, puis petit à petit, en rencontrant des militants de mon quartier, j'ai éprouvé de plus en plus de sympathie à leur égard. A force de côtoyer presque quotidiennement des cocos, on commence par vouloir partager leurs luttes, partager leurs idéaux, partager aussi les moments de fêtes, les moments de joie, mais de tristesse aussi. La campagne a été acharnée, et le Non a fini par l'emporter...
En septembre, je me suis rendue à la fête des amis de l'Humanité. J'y ai rencontré des jeunes gens, qui m'ont convaincue d'adhérer à l'UEC. Ce que j'ai fait à la rentrée 2006. J'étais alors en DEUG d'histoire, mais de cette année, je retiendrai surtout la magnifique lutte que nous avons mené contre le CPE. Ce combat, je l'ai mené aux côtés de mes camarades du PCF et de l'UEC. J'en garde de très bons souvenirs.
Restait un cap à franchir: prendre ma carte du PCF. Ce cap, je l'ai franchi en septembre 2006. J'étais enfin adhérente au PCF, et j'en étais extrêmement fière.
Puis est survenu l'épisode des collectifs, la présidentielle, et le résultat désastreux que nous connaissons. J'ai été très déçue, en colère aussi, car j'ai activement participé à la campagne. J'y ai consacré le plus clair de mon temps, quitte à rogner sur mes cours... Bien que l'appelation "Gauche populaire et antilibérale" m'irritait passablement, j'ai décidé d'aller jusqu'au bout, puisque j'étais convaincue que le programme que nous portions était le meilleur.

En repensant à ces deux années de lutte, de militantisme au sein de mon parti, je ressens comme de l'amertume. Car je me suis battue au sein d'un parti dont aujourd'hui, certains affirment qu'il est mort. Je me suis battue au sein d'un parti, dont certains affirment qu'il est devenu inutile, archaique, dépassé. L'outil de lutte est bon pour la casse. Les militants communistes se sont battus pour un parti dont ils ne savaient pas qu'il serait en passe d'être relégué dans les oubliettes de l'histoire.
Le seul avenir possible serait la dissolution du PCF au sein d'une organisation de gauche, mais surtout pas communiste. Car le parti communiste, nous serine-t-on à longueur de journée, croule sous le poids de son passé, et a besoin de se "renouveler" (entendons par là: abandonner son nom et ses valeurs) pour mieux coller aux réalités de notre société capitaliste. Il faudrait renoncer à ce que l'on est, à ce que l'on porte, pour laisser la place à une gauche plus moderne, plus réaliste. Plus sociale-libérale, en somme.
Alors, soit, ces propos, venant de la part des socialistes, je veux bien. C'est logique. Mais venant de la part de communistes, ça fait mal...Très mal.

Je me battrai pour que mon parti, dans lequel je me suis engagée depuis deux ans, ne disparaisse pas. Je me battrai pour que nous soyons de nouveau un parti UTILE aux travailleurs, qu'ils soient ouvriers, artisans, employés dans le privé, fonctionnaires. Etudiants, travailleurs en devenir. Je me battrai pour qu'à nouveau, le parti communiste donne des solutions concrètes et révolutionnaires aux problèmes de mes concitoyens. Il ne s'agit pas de blabla. Il s'agit de se resaisir, de ré-analyser notre société, de comprendre ce que les gens attendent, et d'y répondre, par un projet communiste.
Les solutions existent. Les militants existent. Reste à oser s'affirmer face à ce magma de gauche, cette gauche de renoncement, cette gauche aveugle face aux aspirations de notre peuple, cette gauche démagogique, inutile et à la masse. Reparlons aux gens d'économie, de politique. Il ne faut pas laisser ces questions à la droite.

La brèche est ouverte. Nous avons un boulevard devant nous.

Astrée
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
<br /> <br /> Militante, puis symphatisante, au pc, je ne voterai pas pour un parti à la remorque du ps, avec des engagements à géométrie variable, selon les régions. Ce qui est sur c'est que je donnerai mon<br /> suffrage  à la vraie gauche antilibérale, pas celle qui passe des accords avec un ps/modem. Faut arrêter de nous prendre pour des C!!!!!!! Et j'ai bien lu l'article de MGB dans l'huma<br /> aujourd'hui.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
Merci Sophie, c'est super!<br /> Ecris tant que tu veux, de toute façon, si c'est trop long, je ferai qqs coupes, tout en gardant le sens de ton récit (en te soumettant avant de publier la version "synthétisée")<br /> si tu peux faire passer le message autour de toi, si l'initiative intéresse, si des jeunes camarades ont envie de "lâcher leur sac" ou tout simplement expliquer aux plus anciens leur vision de jeune militant, ce serait super. Et inversement, si des "anciens" veulent transmettre leur expérience militante aux plus jeunes, ce serait aussi très intéressant.<br /> Frater
Répondre
S
J'essaierai de te faire ça, mais ça risque d'être long, j'ai la plume facile.Bonne chance et bonne réussite à ton initiative.
Répondre
A
Merci Marie-Christine, et bienvenue sur notre blog!<br /> n'hésite pas, si tu en as l'envie et le temps, de nous envoyer ta contribution.<br /> Fraternellement<br /> Astrée
Répondre
S
Bravo et merci pour ce témoignage ! le PCF DOIT vivre !!!!!!!!!!!!!!!!!! Ce n'est pas un besoin mais une nécessité absolue !!!!!!!!!!!!!!!!!
Répondre