Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Au resto aujourd'hui on mange des fonctionnaires

7 Juillet 2009 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Positions


Sur le site du Cercle Communiste de Région Parisienne :http://www.rassemblementcommuniste.org/ccrp/publi.php?idArticle=2009_07_01_TVA_pour_lUMP
***********
Baisse de la TVA : cet été, les restaurateurs vont manger des fonctionnaires ! 


Deux faits à rapprocher en cette semaine pré-estivale qui indiquent l'état d'esprit de notre classe dirigeante :

La baisse de la TVA de 19.6% à 5.5%, au bénéfice des patrons des restaurants, est rentrée en application le 1er Juillet. 

Le coût de cette mesure est de 3 Milliards d'Euros par an, 2,35 Milliards d'Euros net par an si l'on déduit les exonérations dont les restaurateurs vont devoir se passer en compensation. Le gouvernement a envoyé aux patrons de restaurants 120.000 bulletins d'adhésion à l'UMP, accompagnés d'un tract « TVA à 5,5%, engagement pris, promesse tenue ». Résultat des courses assez mitigé : 300 à 400 adhésions au parti du président.

Le remaniement ministériel du 23 Juin : un joli tour de passe-passe.

Outres les réglements de comptes du roi Sarkozy, le principal tour de passe-passe de ce rémaniement, c'est l'enveloppe de 16.000 suppressions de postes à l'éducation nationale en 2010, courageusement laissée sur son bureau par Xavier Darcos pour l'arrivée de son successeur Luc Chatel. La moitié des 34.000 destructions d'emplois dans la fonction publique annoncées en 2010 sont donc passées comme un tour de Bonto.

Quelques conclusions :

- Le salaire annuel brut médian d'un fonctionnaire étant de 24.078 €1le coût du cadeau fiscal aux restaurateurs, soit 2.35 Milliards, représente les salaires annuels de 97.600 fonctionnaires,
- Le salaire annuel brut médian des français étant de 31.932 €, le cadeau fiscal représente les salaires annuels de 73.600 français,
- Les restaurateurs, qui se sont déjà bien gavés avec le passage à l'Euros, vont continuer à se faire un peu plus de gras, sur le dos de leurs employés, avec ou sans papiers, sans naturellement créer un seul emploi,
- Les classes moyennes et supérieures, qui vont parfois ou souvent au restaurant, ne bénéficieront que d'un effet d'annonce, avec peut-être des boissons 10% moins chères pendant quelques mois,
- Les classes populaires n'auront pas plus les moyens d'aller au restaurant, et ne gagneront rien, pas même sur les sandwiches, puisque la TVA sur la restauration à emporter était déjà à 5.5%,
- Les méthodes des ministres UMP ; corruption à grande échelle de patrons et braquage de la fonction publique, sont de plus en plus clairement malhonnêtes, pour ne pas dire mafieuses.

 

Cet été, soyez vigilents; le gouvernement continue de vous piller ! 
Et les plus riches s'en frottent les mains !

 

1http://www.fonction-publique.gouv.fr/article882.html?artsuite=1

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Je vous présente mes excuses pour le ton agressif de notre texte, c'est vrai qu'en le relisant je me rends compte que nous aurions pu nous abstenir de certains mots (comme "naze" par exemple) car les mots outrageants ne font pas avancer le débat. Il n'en reste pas moins que je suis en désaccord avec votre argumentaire, mais nous pouvons en discuter, si vous le voulez bien, en toute camaraderie.<br /> Astrée
Répondre
C
Je ne sais pas ce qui nous vaut les insultes fleuves de Gilles Gourlot et Astrée, mais elle n'est pas vraiment un exemple de bonne foi et de contradiction constructive. J'espère que le comité de Paris a d'autres niveaux de débat que l'injure publique. Cette brève ne visait qu'à mettre en parallèle deux évènements qui ont eu lieu la même semaine et en particulier à cerner le coût très concret, en postes, d'une mesure assez anodine dans sa présentation. Restons dialectique, nous retenons la critique que nous n'avons pas pris le temps de réinsister sur la nécessité de baisser la TVA sur tout, et en particulier les produits de première nécessité.
Répondre
G
zut le truc vient de bouffer le commentaire que je venais d'écrire grrrJe crois qu'aujourd'hui on ne peu plus se contenter de réponse de normand. Comme celà est la tradition au pcf: le cul entre deux chaises et les deux pieds pris dans le tapis. (voir par exemple la position du parti sur la burka)Notre problème n'est pas tant de dire que le gouvernement fait tout de travers (ça tout le monde le sait) mais de dire ce que nous voulons faire et en matiere de fiscalité ça ne passe surement pas par un taux de tva élevée ( première nécéssité ou pas).tout le reste n'est que blablatage inaudible pour "les gents" que j'ose encore appeler peuple.
Répondre
E
Je ne suis pas en désaccord avec ce que tu dis, Gilles, mais pas tout à fait d'accord non plus. C'est peut être mon réflexe de normand d'adoption ? P't être ben qu'oui ? P't être ben qu'non ?Sur la baisse de TVA demandée par le PCF, elle repose sur les produits (ou services) de première nécessité comme l'alimentaire. Je ne considère pas la restauration comme un "service de première nécessité" (sauf dans le cas des salariés devant manger hors foyer et sans cantine).Et sur cette baisse-ci, la critique essentielle repose, comme pour l'automobile ou la finance, sur l'absence de contrepartie sociale ou salariale ! Dans la vie courante, quand on paie pour un service et que ce service n'a pas lieu ou ne correspond pas à l'attente, il y a arnaque. Cela ne me dérange pas de payer mon loyer ; encore faut-il qu'on me fournisse le logement qui va avec !Dans le cas de la restauration, ce n'est pas tant la baisse de la TVA qui gène mais le fait que les retombées en terme d'emploi ou de salaires dans la branche sont largement imprévisibles et seront probablement très faibles. En clair, que l'argent de contribuable serve à engraisser certains restaurateurs.C'est dans ce sens que la baisse de la TVA dans la restauration illustre la politique de cadeaux aux petits copains de la droite. Et c'est cette philosophie qui doit être dénoncée.Pourquoi ne pas relancer la campagne du Parti pour une baisse de la TVA sur les produits de première nécessité ?
Répondre
E
Comme Gilles, je trouve cette comparaison pertinente.La droite argumente, comme toute société privée, sur les comptes défaillants de l'Etat pour justifier ses licenciements déguisés alors que, parallèlement, le gouvernement reverse des liquidités à des entreprises privées sans aucune contrepartie sociale ou salariale ! On le voit avec la restauration, on l'a vu avec le secteur automobile (6 milliards pour Renault et PSA et l'annonce de suppression de postes chez ceux-ci dans les jours qui ont suivi !) et, surtout, on l'a vu dans le secteur bancaire et financier (250 milliards, tout de même !).En clair, l'argument des caisses vides de l'Etat sert seulement à détruire le service public pour réorienter un maximum d'argent vers les intérêts privés.La restauration en est un exemple édifiant !
Répondre
G
<br /> Merci de citer les 6 milliards pour les constructeurs automobiles ( qui n'ont pas vraiment baissé leurs tarifs et qui virent a tour de bras, contrairement au secteur de la restauration) et pareil<br /> pour les banques qui ne prêtent plus d'argent ax petites entreprises ( savez-vous à quel taux on prête à un artisan qui veut développer son activité et à quel taux on prête à un industriel pour<br /> racheter et "restructurer" à coup de licenciement des boites: la différence est édifiante ! et c'est celle-la même qui fait la différence entre une politique économique de droite et une de<br /> gauche).<br /> Mais cela ne fait que renforcer pour moi le sentiment que l'argumentaire de ce texte est à coté de la plaque voire même dangereux car il nous fait passer pour des cons qui ne savent pas ce qu'ils<br /> veulent.<br /> Car c'est cela aussi la liquidation du pcf, une accumulation de positions mal ficelées et contradictoires entre elles. Imaginez-vous distribuer un tract comme ça aux gens à qui on a pris un temps<br /> fou à expliquer que les baisse d'impôts de sarko c'était une arnaque pour les plus pauvres et qu'il valait mieux baisser la tva.<br /> De toute façon dans l'absolu je suis contre la tva qui est l'impôt le plus injuste qui soit (et qui en plus permet de virer des fonctionnaires des impôts car se sont les entreprises qui la prélève.<br /> A prélèvement égal il faut 10 fois moins d'agents des impôts pour traiter la tva que pour tous les autres impôts). L'argument selon lequel les riches dépenseraient plus en restauration que les<br /> autres n'est qu'une vue d'esprit et ne repose sur aucune statistique (de toute façon, souvent, vu leur situation professionelle, les riches mettent leurs gueuletons en frais professionels et<br /> récupèrent la tva)<br /> Sarko s'amuse beaucoup à nous jouer des tours de cochon ( comme avec la suppression de la publicité sur les chaines publiques) et brouille les pistes en prennant des mesures "de gauche" appliquées<br /> de manière à ce qu'elles soient de droite (remarquez, la gauche a fait la même chose, rappelez vous de comment le gouvernement jospin a traité les 35h.) A nous de le dénoncer. A nous d'être un peu<br /> plus malin et de le coincer là où ça fait mal.<br /> <br /> Pour l'instant dans mon quartier les cafetiers et restaurateurs ont bien reporté la baisse, par contre j'ai vu que dans certains endroits moins "populaires" celà n'était pas forcément le cas.<br /> Perso je pense avec l'expérience de la baisse du taux de 20,6 a 19,6 que de toute façon la perte de prélèvement est en partie compensée par l'augmentation du volume.<br /> <br /> Franchement les 2,2 hypothétiques milliards que celà coute, c'est bien peu, et qu'avec quelques mesures de contrôle et de contrainte celà aurait été une excellente opération pour tout le monde. La<br /> question du budget de l'Etat n'est pas déterminante, dans cette affaire il y a bien d'autre prélèvements que l'on pourrait augmenter, voire créer. Sans parler de l'utilisation du crédit...<br /> <br /> <br />