Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

pétition de soutien à la section du PCF de Paris 1er et 2ème

27 Mars 2009 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Ce qui ne peut plus durer au PCF

Les communistes ne laisseront pas passer le coup de force de la direction fédérale de Paris !

 

La secrétaire de section PCF du 1er/2e arrondissement de Paris a reçu une citation à comparaître en référé au Tribunal de Grande Instance : la fédération de Paris lui reproche en effet d'occuper illégalement les locaux du 62, rue Montmartre. Cet épisode fait suite à la fracturation de la porte de ce local le 28 janvier et le changement de serrure, actes revendiqués le soir même par Patrice Bessac, secrétaire fédéral.

Ces attaques, indignes d'un communiste, visent une section qui revendique depuis plusieurs années son opposition à la liquidation du PCF et poursuit, avec ses propres moyens, la lutte dans son arrondissement.

Nous n'acceptons pas cette volonté d'élimination de camarades qui ont acquis ce local avec leurs cotisations en 1972 au profit d'une direction fédérale qui fait la preuve quotidienne de son entreprise liquidatrice et de son illégitimité.

 

Comparution au T.G.I. du 8, rue de la Banque le 2 avril à 9h30

 

   Nom                         Prénom                           Adresse                                Organisation               Signature

 


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
un camarade nous écrit :Cher camarade,<br /> <br /> L'audience a été reportée au 4 juin, avec appel à  la conciliation.<br /> Il y avait plus d'une centaine de camarades pour soutenir Simonne, dont près de vingt de la section.<br /> En face, une avocate seule. Ni Bessac, ni Relinger, ni leur secrétaire-parachutiste ne s'étaient déplacés.<br /> Elle a commencé par soutenir ce qui était dans l'assignation, c'est à dire que Simonne n'était plus secrétaire de section.<br /> Quand le juge a demandé "Mais qui est la section ?", les copains présents dans la salle ont dit "C'est nous !".<br /> Finalement, elle a changé de ligne et s'est bornée à répéter "Je suis propriétaire. Je veux les clefs".<br /> <br /> Bref, nos adversaires se sont ridiculisés, nous sommes toujours dans le local, mais le problème de fond n'est pas réglé.<br />
Répondre