Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Les contradictions d’un président américain métis, par Pasquale Noizet

6 Mars 2009 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #L'Internationale

Obama a reçu une éducation humaniste, religieuse, intellectuellement au-dessus de la plupart des présidents américains, et il porte sur ses épaules, comme le messie, l'avenir du peuple américain toutes couleurs confondues, avec comme fer de lance l'égalité. Egalité est un mot qu'il faut bien peser dans cette situation inédite d'un président américain métis. C'est là tout le nœud, qui fait de ce président là, une exception. Egalité, un pavé dans la mare des contradictions qui mènent souvent un honnête homme bien éduqué à défier les lois qui ont fait de lui un homme important, l'américain le plus brillant de sa génération. Obama est charismatique mais tout autrement que l'a été le Président Kennedy. Cependant la similitude entre ces deux hommes existe bien  et s'arrête là (mais elle est importante) ces deux hommes sont issus de « communautés » et notamment d'une communauté issue de la révolte et d'un besoin de justice : irlandaise et catholique pour Kennedy, africaine, protestante, islamique, blanche humaniste pour Obama.


Obama veut l'égalité mais sans doute ne voit-il pas que cette démarche peut mener beaucoup plus loin qu'il ne le veut au fond. Derrière lui, le  soutien et la forte attente du peuple noir, le soutien des blancs qui veulent l'égalité des couleurs de peau. Le peuple noir a été le peuple pauvre de l'Amérique. L'égalité consiste à rééquilibrer les chances des noirs qui sont les plus pauvres et ce faisant des blancs les plus pauvres très nombreux aussi puisque la crise les touche autant que les noirs les plus pauvres. Cette égalité se situe aussi au niveau des guerres. Qui va à la guerre en Amérique ? Les latinos américains, les noirs et les blancs les plus pauvres. Obama ne serait plus noir mais rouge pour les néoconservateurs américains ! Je pense qu'Obama est un président qui pense sincèrement redresser l'économie de son pays et redistribuer la richesse plus équitablement mais dans un contexte bourgeois, préserver l'emploi et relever le pouvoir d'achat, le niveau de vie comme en France lors des 30 glorieuses. De là à imaginer qu'il voudrait créer comme en France la situation de 1936 me semble chimérique. Mais  le besoin d'égalité qu'il porte le dépasse. Il fait partie de la grande bourgeoisie mais certains de ses représentants se demandent maintenant s'il ne va pas les renier. La crise est à la fois la raison évidente et le prétexte pour remettre les pendules de l'économie et de l'égalité à l'heure. Mais la crise est mondiale, la crise est celle du capitalisme, d'où la contradiction insoluble qui consiste à vouloir dans cet environnement l'égalité d'un peuple jusqu'alors bafoué dans ses droits les plus élémentaires. Je parle du peuple noir mais aussi  par ricochet du peuple des pauvres. Peuple nivelé au cours des dernières décennies autour des communautés  allant jusqu'à entrainer dans la révolte les blancs qui se croyaient à l'abri de cette misère qui secoue l'Amérique dans ses certitudes  fondées sur l'invincibilité du système capitalisme.


Alors ? Obama est aux prises avec des intérêts contradictoires : pour commencer les intérêts de classes. Les Noirs américains et les Hispaniques font dans leur grande majorité partie de la classe exploitée et ils doivent aller jusqu'à payer de leur vie pour faire la guerre parce qu'ils ont besoin d'une reconnaissance patriotique puisque bafoués dans leur identité de citoyen à part entière Alors qu'ils font la guerre, leurs familles reçoivent subsides et honneurs (surtout lorsqu'ils sont morts). Et une partie de la classe de laissés pour compte des Blancs américains est étranglée par les crédits immobiliers au moment où frappe le chômage de masse. Et la campagne d'Obama a été par contre financée par le Capital et les réseaux de son milieu d'origine.


Les contradictions du système économique et social américain recoupent celles qu'Obama porte en lui par son éducation et l'histoire de ses ancêtres. Comment raccorder deux morceaux totalement opposés dans leurs intérêts et devenus à leur insu ceux de la classe des travailleurs ? Comment un Président américain  métis élu sur les bases de la Bible et du capitalisme pourra-il recoller les morceaux d'un objet encore non identifié ?


Pasquale Noizet, le 3 Mars 2009


Lire une discussion sur ce thème ici : Le monstre jette le masque par dedefensa.org (Quel Rubicon Obama a-t-il franchi ?)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Obama aux commandes du bateau ivre américain peut-il choisir le socialisme? peut-il surtout trouver en Amérique des forces sociales organisées qui l'entrainent dans cette voie?
Répondre