Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Antoine Lubrina était au banquet "pour changer l'Europe" du PCF Paris

26 Février 2009 , Rédigé par Réveil Communiste

BANQUET POUR « CHANGER L'EUROPE » :

LE « FRONT DE GAUCHE » NE FAIT PAS RECETTE À PARIS !

 

Le dimanche 15 février, la direction du PCF Paris avait décidé de convier les Parisiens à un « repas républicain pour changer l'Europe ». 600 couverts étaient prévus, 200 convives ont répondu présents.

Est-ce pourquoi Jean-Luc Mélenchon, tête d'affiche de la réunion, n'est pas venu ? Ou bien s'est-il ravisé au dernier moment, conscient que les communistes ont bonne mémoire et qu'ils se souviennent qu'il a fait campagne pour le traité de Maastricht dans l'Essonne en 1992 ?

La peur de la discussion semble s'être propagée. Des « tables à thèmes » avaient été annoncées où il était proposé de déjeuner avec des « personnalités ». Il n'en a rien été. Patrice Cohen-Seat, animateur présumé de la table 5, n'était pas là. De débats, il n'y en eut pas. Patrick Bessac, en jeans prolétarien, et les invités d'honneur, Le Hyaric, Didier Lereste (cgt) et Eric Coquerel (representant de Melenchon) sont montes à la tribune. Eux seuls ont eu droit au micro. Sans beaucoup de succès ils ont tenté avant le début du repas de couvrir les conversations particulières. Leurs discours interminables, insistant, non pour renforcer le parti et participer activement à toutes les luttes en France métropolitaine et aux Antilles, mais martelant indéfiniment l'exigence d'un « Front de Gauche » aux élections européennes, n'ont guère convaincu les communistes, dont les assiettes restaient désespérément vides.

Décider d'initiatives sans les communistes, voire contre les communistes et leurs représentants : cela ne peut mener qu'à l'échec. Engager notre organisation sur les voies d'une recomposition politique, au nom d'une alliance électoraliste sans contenu, cela s'avère inacceptable. A Paris comme ailleurs. Ce « Front de Gauche » pour les élections européennes où le PCF se retrouve à nouveau dilué et noyé dans la ligne du PGE a déjà du plomb dans l'aile.

Les tentatives de Patrice Bessac pour verrouiller le Conseil Départemental, comme celles de Marie-Georges Buffet au Conseil National, ne peuvent et ne doivent plus empêcher la mobilisation des communistes de base.

Nous étions 5 camarades de la section du PCF Paris 13ème, soucieux de nourrir le débat, à distribuer un tract reprenant la déclaration d'une partie des élus du Conseil Départemental de Paris, contestant l'initiative unilatérale de l'exécutif départemental. Pour nous, cette politique continue à saboter et à liquider notre parti. Nous l'avons dit. L'accueil a été très bon d'un public principalement communiste avec de riches discussions avec plusieurs convives en plein soleil devant la Bellevilloise.

Militants du PCF, nous ne laisserons pas disparaître notre parti. Dans toutes les manifestations, appelons à l'adhésion, faisons savoir aux travailleurs que leur place est plus que jamais dans une puissante organisation politique (le PCF) basée sur la lutte de classes qui continue de représenter un repère de classe unique et indispensable dans notre pays. Loin des élucubrations sur « l'alliance de gauche » et « l'Europe sociale ».

Vive le PCF !

Antoine Lubrina, PCF Paris XIIIe.



Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Merci Antoine pour ce compte rendu salutaire.J'ai beaucoup ri sur les jeans prolétariens de Bessac, que l'on me pardonne.Signé Sophie, de l'Asso pour Michel Clouscard.
Répondre