Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Communiqué du Rassemblement des Cercles Communistes

22 Février 2009 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #L'Internationale

Nous avons reçu ceci :

Rassemblement des Cercles Communistes
 (Cercle Henri Barbusse, Coordination Communiste 59/62, Cercle Communiste 
d'Alsace, Cercle Communiste de Région Parisienne)
 www.rassemblementcommuniste.org
 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 DECLARATION DE SOUTIEN (20 février 2009)
 
 
Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion :
Les travailleurs et leurs syndicats montrent la voie des conquêtes sociales 
et démocratiques
 
Impulsée par le collectif LIYANNAJ KONT PWOFITASYON depuis plus d'un mois, 
la Guadeloupe est en grève générale interprofessionnelle pour la 
satisfaction de 131 revendications qui s'attaquent à la vie chère, exigent l'augmentation 
des salaires de 200 euros et remettent en cause la domination des « Békés » 
(descendants des esclavagistes et colons blancs ), base sociale de l'exploitation 
coloniale par les monopoles impérialistes.
 
La grève générale se répand comme une traînée de poudre à la Martinique, à 
la Guyane, à la Réunion fissurant le système colonial mâtiné des séquelles 
de l'esclavage qui perdure aux Antilles.
 
Dans un premier temps, le pouvoir sarkoziste s'est emmuré dans un mutisme 
méprisant, colonialiste, relayé par le demi-silence assourdissant des médias 
hexagonaux. C'est le début de la contagion du mouvement gréviste à la 
Martinique, puis à la Guyane et à la Réunion, puis les appels en 
"Métropole", après le succès des 2,5 millions de grévistes et manifestants 
du 29 janvier, « à suivre l'exemple antillais », qui conduit à l'envoi du 
Secrétaire d'état aux colonies, Yves Jégo, lequel est tout de suite rappelé 
pour être désavoué par l'Elysée.
 
Mais la surdité politique gouvernementale couvrait en fait l'envoi de 
"Métropole" des forces de répressions de plus en plus nombreuses, lesquelles 
vont abattre la provocation et la répression. Relatons ici un extrait de la 
lettre qu'un de nos camarades a reçue : « Avec des camarades de l'U.G.T.G. 
et de la C.T.U., nous faisions tout pour calmer le jeu et encadrer les 
manifestants qui étaient pour la première fois venus nous apporter leur 
soutien. Nous avons vu tomber sur nous une véritable tornade de coups de 
matraque alors que nous avions déjà quitté les abords de la route nationale. 
Les « mamblo » nous ont pourchassés dans les ruelles de Belle-Plaine et même
la mangrove, ils n'ont pas abandonné leur traque. C 'est ainsi que j'ai 
compris qu'ils n'étaient pas seulement venus lever des barrages mais qu'ils
étaient venus « casser du nègre » comme ils l'ont dit eux-mêmes. Ils m'ont
encerclé et frappé. Je dois vous préciser ce qu'ils m'ont dit car je veux 
que vous compreniez à qui nous avons affaire. Lors que je recevais des coups 
de pieds dans le ventre et que je me traînais par terre, voilà ce qu'ils 
m'ont dit : « On a vu ta sale gueule à la télé, on va te la casser et tu ne 
pourras plus la montrer. On va vous casser sales nègres, chiens de nègres> !
».

Voilà le contexte dans lequel Jacques Bino, un des syndicalistes 
dirigeants et organisateurs du mouvement gréviste, a été abattu d'un coup de 
feu à la poitrine à la sortie d'une réunion syndicale.
 
Conformément à « l'Appel au mouvement ouvrier et démocratique 
international » du collectif LIYANNAJ KONT PWOFITASYON de Guadeloupe, nous 
disons au gouvernement colonial de Sarkozy : Assez de manoeuvres dilatoires, 
de répressions ! Satisfaction des revendications légitimes de la Guadeloupe, 
de la Martinique, de Guyane, de la Réunion !
 
« Les travailleurs de Guadeloupe ont le droit de se battre pour leurs 
légitimes revendications
», cette déclaration du collectif LIYANNAJ KONT 
PWOFITASYON nous rappelle que nous avons, en tant que travailleurs, 
militants politiques, citoyens de la "Métropole" coloniale le devoir 
internationaliste de dénoncer et de nous opposer aux ratonnades racistes de 
notre impérialisme colonisateur dans les Antilles, tout comme nous l'avons 
fait contre les massacres du sionisme colonial israélien en Palestine. Les 
syndicats doivent appeler à une minute de silence dans toutes les 
entreprises de France à la mémoire du syndicaliste assassiné Jacques Bino et 
cinq minutes d'arrêt de travail en solidarité
.
 
La colère et la mobilisation montante des travailleurs dans l'hexagone pour 
faire payer les riches, les actionnaires du CAC40 doit aussi s'inspirer de 
la volonté et de la stratégie gagnante des travailleurs guadeloupéens pour 
gagner en France.
 
------------------
Le Rassemblement des Cercles Communistes.
 
Ecrivez nous : rcc@rassemblementcommuniste.org
 
Consultez notre site : http://www.rassemblementcommuniste.org/

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article