Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Point de vue de JL Cailloux sur la "charte" d'encadrement du CN

22 Février 2009 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #CN du PCF

JL Cailloux nous a envoyé ceci (17/02/2009). Mais à mon sens il suffirait que les présidents de séance aient un minimum de correction dans leurs pratiques : ne pas sélectionner les interventions, et limiter strictement la durée des interventions même quand leurs amis ou leurs chefs ont la parole. Ce projet de "charte" ne cherche pas l'efficacité, au contraire il cherche à faire diversion et à prendre place du vrai débat. Et après la charte il y aura autre chose, le rapport de la commission de transformation par exemple. Le CN pourra s'occuper des mouches pendant toutes la durée de la crise. Quand on veut pas, on veut pas! (GQ):


Les modes de travail du CN intéressent tous les communistes.

Je me suis donc livré à une lecture de la proposition de charte publiée dans « communiste »

À chacun de voir.

 

 

La charte du CN

 

 

Sur le critique sur la façon de débattre

 

La façon de débattre du CN était en fait dictée par les ordres des jours et surtout l'indétermination de la direction sur l'avenir du Parti et d'actions concrètes suivies, à contrario de l'opinion des adhérents.

Ceci entraînait de l'intervention redondante.

Cette indécision est levée a priori levée par le congrès.

A condition que la commission sur l'avenir du parti ne tourne pas à de nouveaux comportements indécisionnels de la direction.

Il ne faut donc pas construire à partir de ces situation une attitude censure et de frilosité mais a partir de la situation nouvelle.

Partir de l'adhérent.

Chaque adhérent a la droit de savoir ce que dit et écrit chacun de ses dirigeants.

A titre individuel mais aussi pour assumer  ses responsabilités devant les adhérents, chaque membre du CN a droit à l'intervention au CN comme dans les commissions.

En conséquence il est juste de publier in extenso les interventions au CN et au conseil exécutif, voir à la coordination sur un site accessible, mais cela des limites et ne soit pas éliminé les comptes rendu écrits.

Les comptes rendu CN CE Coordination et commissions

La subordination des instances Commission exécutive et Coordination devant le CN doit être totale et vérifiable dans les comptes rendus.

Les comptes rendus ne doivent pas se résumer aux prises de décisions mais doivent montrer leurs genèses dans les cadres de confrontations réelles d'opinions.

Le compte rendu journalistique est déjà dans l'huma avec les articles de O.Meyer

Communiste c'est une autre affaire où les communistes doivent pouvoir situer les idées et propositions émises avec les résumés d'intervention.

Contrairement à ce qui est proposé, les commissions ne sont pas essentiellement disponibles pour travailler à la rédaction de notes à la demande de l'exécutif, mais ont leur autonomie créative pour faire des propositions au CN lui-même.

Le pluralisme de droit évoqué comme une richesse ne vaut que pour chaque membre et non pour un étiquetage de tendance.

Sinon comment interpréter le fait qu'au dernier CN trois camarades de l'Isère disent la même chose que F Auguste dans leurs interventions ?

Ordre du jour du CN

Dressé à partir d'une liste prédéterminée par le CN en séance et annoncés plusieurs cessions à l'avance.

Les débats du CN

L'inscription 24 heures à l'avance avec le sujet d'intervention et ensuite un tri, n'est pas acceptable.

La limitation à 20 ou 30 interventions n'a pas de sens puisque dans la pratique cela dépend du nombre de points à l'ordre du jour, par exemple le dernier CN comporte 40 interventions sur le premier point et 25 sur le second point.

Répartition équitable est une formule terrible qui suppose un classement idéologique et pose le problème de fait le classement.

Faut il comme le propose F A reconnaître les tendances et des chefs de files et sur quelle base ?

Sur la base des votes sur le choix de la base commune ?

Sur les listes alternatives au congrès ?

On mesure toute la dérive que représenterait le choix proposés par FA.

Équitable : le mot équitable s'oppose à égalité, Il faut choisir l'égalité.

Sur les inscrits, il faut prioriser ceux qui ne sont pas encore intervenu dans les séances. 

Et peut être un tirage au sort pour les suivants.

Une démonstration de la méthode de relevé FPH cartographie doit être testée, mais ne lève pas la question de qui sélectionne les points relevés pour être cartographié. Il ne s'agit que d'une aide technique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Emmanuel Lyasse 17/02/2009 16:03

Je crois que ça ne changerait pas grand-chose au problème de fond. Ce serait encore beaucoup trop pour débattre, et surtout ça maintiendrait le principe absurde: les militants délèguent totalement pour trois ans tous leurs pouvoirs à la majorité d'une assemblée élue. La proportionnelle intégrale n'aurait aucun effet décisif tant qu'il y aurait majorité pour une liste. Si ce n'était pas le cas, elle conduirait à des compromis entre tendances ou sous-tendances, sans que les militants aient leur mot à dire.A mon avis, le bon système serait une direction de trente personnes maximum, élue solidairement , et qui aurait à rendre des comptes plusieurs fois par an devant une assemblée formée de délégués mandatés par les fédérations, élus spécialement pour cela après débat à tous les niveaux, et qui aurait le pouvoir de la remplacer. On pourrait à ce niveau là envisager une forme de proportionnelle (en revenant au vieux système du vote par mandat, par exemple, qui complique les comptes, mais évite les effets de seuil).Le problème fondamental est bien sûr la façon dont on a importé dans les partis ouvriers le principe de base de la démocratie bourgeoise "Tu votes tous les cinq ans (là, trois) et entre-temps, tu n'as que le droit de fermer ta gueule". La notion même de mandat à durée fixe devrait être proscrite. 

gilles questiaux 17/02/2009 13:48

D'où on arrive à la conclusion qu'il faut élire un nombre limité de membres du CN (120, 150) à la proportionelle intégrale, sur la base des listes proposées au congrès, et plus important, choisir les délégués congressistes de la même manière sur la base des textes proposés au vote des militants. On pourrait aussi bloquer un certain nombre de places au CN pour des réprésentants du mouvement syndical. Le fonctionnement actuel ( qui est un non-fonctionnement délibérément organisé en fait) est très malsain non pour des raisons formelles mais à cause de l'esprit d'un groupe dirigeant qui fait sans arrêt le contraire de ce qu'il dit. En cela je pense que JL Cailloux fonde trop d'espoir sur les assurances de conservation du parti qui sont sorties du congrès. Les questions indentitaires ce ne sont que des ballons pour détourner l'attention et nous faire courrir pendant qu'on opère le tournant "euroconstructif".

Emmanuel Lyasse 17/02/2009 13:14

Il me semble que ce débat montre surtout l'absurdité (voulue) des statuts de 2001: un CN pléthorique incapable d'avoir le moindre rôle politique, une direction réelle irresponsable.Il est assez comique de voir ceux qui ont imposé ces statuts en dénoncer les conséquences, et en tirer prétexte pour réduire encore les possibilités de débat.L'idée même de sélection ou de limitation des interventions dans ce qui est sensé être un organisme collégial de direction est proprement scandaleuse. Mais elle renvoie au problème de fond: on ne peut pas débattre à 250. Chacun vient écouter le rapport, puis tenter de prononcer l'interv qu'il a écrite à l'avance, pas pour convaincre dans la salle, mais pour s'adresser à ceux qui liront le compte-rendu. Finalement, on gagnerait à faire tout ça par correspondance.Les anciens statuts du PCF n'étaient pas bons pour une raison évidente: un comité central trop nombreux pour débattre efficacement, et irresponsable entre deux congrès, servait surtout d'édredon entre la base et le Bureau politique, qui était la direction collégiale réelle. En 2001, des gens qui avaient la démocratie plein la bouche ont délibérément aggravé ce défaut, pour arriver à leur but: l'irresponsabilité totale de la direction. La proportionnelle (truquée) ne change rien, puisque (comme dans toutes les orgas qui l'utilisent) le seul rôle réel de l'assemblée élue ainsi est d'élire à son tour l'exécutif… au scrutin majoritaire.Le fonctionnement est le même à tous les niveaux.Le mot d'ordre lancé au moment de Martigues était "abolition des structures pyramidales". C'était doublement surprenant: d'abord parce que c'est la structure pyramidale qui permet à la base d'avoir un contrôle sur le sommet, ensuite parce que justement la structure du PCF ne l'était pas assez (comité central coupé des fédés, fédéral coupé des sections, de section coupé des cellules). Maintenant, elle ne l'est plus du tout.

gilles questiaux 17/02/2009 12:00

Mais ça ne va pas sans résistance, dans les deux cas!

Jonathan 17/02/2009 11:56

La "charte" du CN arrive au même moment où l'UMP modifie profondément le réglement de l'Assemblée nationale... de l'un à l'autre, le pas est vite franchi, et moi je le franchis sans problème ! La direction du PCF veut liquider le débat, avoir les mains libres pour casser le PCF comme l'UMP casse l'Etat ; la direction du PCF veut avoir les mains libres pour caporaliser ce qui reste du PCF, comme l'UMP caporalise ce qui reste de l'Etat.